Paris autrement

Paris autrement

Blog principalement consacré à Paris, ville touristique qui a la réputation d'être la plus belle ville du monde. Vous découvrirez également un Paris pittoresque, insolite et secret : ce sont des endroits souvent méconnus des Parisiens. Sans oublier la région Ile de France.

 "Ajoutez deux lettres à Paris : c'est le Paradis." Jules Renard

Le mur murant Paris, rend Paris murmurant    Anonyme

Paris se visite le nez en l'air  :   http://www.parislenezenlair.fr/ 

J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire

                       

  Chaque article où ce logo apparaît fait l'objet d'un dépôt chez un huissier de justice

Les écrits et les photos  de ce blog ne sont pas libres de droit. Ils ne peuvent être utilisées, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur.

" L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial " Article L111-1 du code de la propriété intellectuelle

Bien faire et laisser braire

Catégorie: Hauts de Seine

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Jardin Albert Kahn
La forêt vosgienne

 

Albert Kahn a reconstitué dans son jardin une forêt vosgienne miniature. L’effet est bluffant, tout y est, y compris la ferme; on se croirait réellement dans les Vosges. 

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne
Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Le caractère exceptionnel de cette parcelle, mise en chantier dès 1902, réside dans l’évocation de vastes paysages sur une petite surface. Sur 3000 m² elle reproduit un espace qui, dans les Vosges, occupe près de 800 000 hectares, et ceci en plein coeur de l’Ile de France !

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Une scène paysagère de la mémoire
Cette forêt est directement liée à la vie d’Albert Kahn. En effet, il est originaire de Marmoutier, dans le Bas Rhin. Il a souhaité reconstituer ce décor montagneux de son enfance. Les deux versants, lorrains et alsaciens, y sont représentés. Il donne ainsi une touche personnelle à son jardin, dont les scènes paysagères emblématiques sont le jardin japonais et la forêt vosgienne.

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Selon les témoignages, les gros blocs de granit et les arbres déjà de haute taille ont été transportés des Vosges par wagons spéciaux, et il a fallu démonter les fils électriques du quartier pour les faire passer.

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Le versant lorrain, conçu à l’époque d’Albert Kahn, se caractérise par les nombreux épicéas verts mêlés à quelques feuillus, charmes, hêtres, noisetiers et chênes.

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Les sous-bois sont jonchés de lierre et de fougères, et à la belle saison, les digitales se dispersent dans le décor, tandis qu’au printemps le sol se tapisse de jonquilles, qui rappellent la fête traditionnelle vosgienne qui met ces fleurs à l’honneur.

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Les gros blocs de granit rappellent les Hautes Vosges. Pour parfaire le décor, le relief est accidenté, les sentiers sont sinueux et dénivelés.

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Au centre, un ravin sec, dont le chemin de roches conduit le regard vers la serre.

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Le versant alsacien est une création contemporaine. Ici les pins sylvestres, les pins noirs de Corse, les chênes sessiles et les hêtres communs se développent dans un décor de grès rose. Le chemin creux et le dénivelé, créés artificiellement, dissimulent les bâtiments alentour, surplombent le visiteur, et suscitent ainsi chez lui le sentiment de solitude, d’éloigenement et de paix des grandes forêts.

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne
Sources : Le Jardin Albert Kahn, parcours historique et paysager, édité par le Conseil général des Hauts de Seine

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Jardin Albert Kahn La forêt vosgienne

Jardins Albert Kahn

Jardins Albert Kahn

10-14, rue du Port, 92100 Boulogne-Billancourt Hauts de Seine ( 92 )

 

Le jardin japonais contemporain

Entre tradition et modernité

En 1989, le département des Hauts-de-Seine a souhaité rendre hommage à la vie et à l’œuvre d’Albert Kahn par la création d’une œuvre paysagère contemporaine. Ce jardin japonais, conçu par le paysagiste Fumiaki Takano, est une métaphore de la vie d’Albert Kahn.

Jardins Albert Kahn

Jardins Albert Kahn

Jardins Albert Kahn

Un nouveau jardin japonais a été implanté à la place de celui qu’Albert Kahn avait créé en 1908-1909. Il ne subsiste plus rien de l’ancien jardin excepté le grand cèdre de l’Himalaya et le hêtre pleureur sur le petit îlot, les deux ponts, ainsi qu’un portique en bois donnant sur le verger.

Jardins Albert Kahn

Jardins Albert Kahn

Cet espace est une conception moderne : il a été créé entre 1988 et 1990 par le paysagiste Fumiaki Takano et co-financé par un mécène japonais, Monsieur Murata, et le Conseil général des Hauts-de-Seine.

Jardins Albert Kahn

Jardins Albert Kahn

Cette création contemporaine rend hommage à la vie et à l’oeuvre d’Albert Kahn, en souvenir des liens étroits qu’il entretenait avec le Japon. La symbolique de cet espace suit trois axes essentiels, se joignant tous en une pierre centrale :
– l’axe de la vie (Yang), symbolisé par la rivière et par les constructions coniques en relief ;

Jardins Albert Kahn
– l’axe de la mort (Yin), représenté par les constructions en cône inversé ;
– l’axe féminin – masculin, déterminé par le hêtre et le cèdre.

Jardins Albert Kahn

Jardins Albert Kahn
Cette symbolique reprend le principe fondamental du Tao, celui de la complémentarité dans l’opposition pour former un tout.
L’eau est l’élément dominant. Son parcours symbolise la vie d’Albert Kahn.

Jardins Albert Kahn

Jardins Albert Kahn

Le Jardin Français et le verger-roseraie

Hommage au classicisme du 17ème siècle

Jardins Albert Kahn

Jardins Albert Kahn

En 1895, Albert Kahn fait appel aux prestigieux paysagistes Henri et Achille Duchêne pour créer une toute première scène : celle du jardin français et du verger-roseraie.

Jardins Albert Kahn

Jardins Albert Kahn

Jardins Albert Kahn

Cet ensemble, comme toutes les œuvres des deux célèbres créateurs, est un hommage au classicisme du XVIIe siècle dans le jardin français et à l’art du jardin de la Renaissance dans la roseraie.

Jardins Albert Kahn

sources :

http://albert-kahn.hauts-de-seine.fr/

Jardins Albert Kahn

Jardins Albert Kahn

Passage des écluses de Suresnes

Passage des écluses de Suresnes

Suresnes Hauts de Seine 92

 

A l’aller, en direction des Yvelines, avec les tours de La Défense en toile de fond. Le passage a pris un petit quart d’heure.

écluses de Suresnes

écluses de Suresnes

écluses de Suresnes

écluses de Suresnes

écluses de Suresnes

Afin d’ assurer un tirant d’ eau de 2 m minimum à la Seine, entre Paris et la Belgique d’ une part, et Paris et le Havre d’ autre part, il est décidé en 1867 de construire un barrage à Suresnes sur le bras gauche du fleuve et un barrage à Neuilly sur le bras droit. Trois éléments composent ce barrage :  sur la rive gauche, une écluse de 57 m de long,  un déversoir de 40 m de long, à la pointe de l’ île de Puteaux, et un barrage à Aiguilles de 73 m de large entre l’ écluse et le déversoir.

écluses de Suresnes

écluses de Suresnes

écluses de Suresnes

écluses de Suresnes

écluses de Suresnes

Retour vers Paris

écluses de Suresnes

écluses de Suresnes

En 1880, il est décidé de porter à 3 m le mouillage de la Seine sur toute la traversée de Paris. L’ ingénieur Auguste Boule double l’ ancienne écluse par une nouvelle, longue de 120 m et large de 12 m.

écluses de Suresnes

écluses de Suresnes

Il reconstruit le barrage de Suresnes sur le bras gauche et remplace celui de Neuilly par un autre sur le bras droit de Suresnes. L’ensemble des ouvrages de Suresnes est achevé en 1884, les barrages fonctionnent dès 1885. Vers 1930, entre les anciennes écluses et la rive gauche, une troisième écluse est construite. Elle permet le passage de convois de 11 péniches. Il y a un remorqueur par écluse.

écluses de Suresnes

écluses de Suresnes

L’écluse mesure 199 m de long, 12 m de large et 4 m de tirant d’ eau. Le barrage a été reconstruit ainsi que la passe navigable du déversoir, qui est reporté 50 m en aval et compte désormais 2 passes de 30 m de large fermées chacune par 2 vannes métalliques superposées.

écluses de Suresnes

écluses de Suresnes

Les travaux sont conçus et dirigés par les ingénieurs Lang et Morane. Les parties métalliques proviennent des ateliers Moisant, Laurent et Savey. Une 4e écluse est construite en 1972 le long des 2 premières, à travers le barrage existant, destinée à permettre la navigation en Seine de convois de 5000 tonnes d’ un tirant d’ eau de 4 m.

écluses de Suresnes

écluses de Suresnes

La nouvelle écluse conçue et réalisée par les ingénieurs Alain Gauthier et Michel Paquet, mesure 185 m de long, 18 m de large et 5 m de profondeur.

Sources :

http://dismoiou.fr/p/fra/suresnes/CxXjOr/ecluse-de-suresnes

Les écluses de Suresnes

Les écluses de Suresnes

Hauts de Seine  92

Une récente croisière m’a amenée à passer par ces ouvrages sur la Seine, la triple écluse de Suresnes. Voici un plan pour que vous les situiez sur la Seine et par rapport à Paris. En direction des Yvelines, les tours de La Défense se profilent à l’horizon. Sur les bâtiments, trois lettres en vert VNF, pour Voies Navigables de France.

plan de la Seine

Les écluses de Suresnes

Les écluses de Suresnes

Les écluses de Suresnes, unique porte d’entrée fluviale de Paris
Les écluses de Suresnes sont la seule porte d’entrée fluviale de Paris.

Les écluses de Suresnes

Les écluses de Suresnes

Chaque année, ce sont 23 millions de tonnes de marchandises ( des céréales, des minerais, des matériaux, du sable et quelques porte-conteneurs ) et 7 millions de passagers ( touristes sur bateaux de croisière ou plaisanciers ) qui transitent par ces écluses. Elles sont donc une voie de circulation autrement plus importante que la route. Pourtant, les automobilistes qui empruntent chaque jour les berges de Seine passent à côté sans les voir.

Les écluses de Suresnes

Les écluses de Suresnes
« Une seule écluse peut contenir quatre bateaux de 38 mètres en longueur et deux en largeur », fait valoir l’éclusier Xavier Mahé. « C’est l’équivalent de 250 camions en un passage », souligne François Droin, adjoint au responsable de l’unité exploitation des ouvrages chez VNF (Voies navigables de France). En moyenne, 80 bateaux empruntent chaque jour la triple écluse dans l’un ou l’autre sens de navigation. Avec ses écluses et ses deux barrages, Suresnes est le seul ouvrage de régulation de Paris. Le poste de commandement contrôle les 17 km de Seine jusqu’à Maisons-Alfort (Val-de-Marne).

Les écluses de Suresnes

Les écluses de Suresnes
Des écluses entièrement automatisées
 » En ce jeudi, jour pourtant réputé calme pour la navigation sur la Seine, le téléphone et la radio n’arrêtent pas de retentir dans le poste de commandement. Une petite tour carrée plantée sur le quai central et vitrée à 360°. « Ici Sainte-Adresse. je suis rentré à la pointe. J’arrive dans cinq minutes », crache la radio. « Très bien. Faites attention, j’ai un plaisancier qui arrive en rive gauche », lui répond Xavier Mahé. Agé de 39 ans, ce dernier est devenu éclusier en 2002 lorsqu’il a été décidé de faire fonctionner les écluses 24 heures sur 24. « Au départ, j’étais paysagiste. J’ai passé le concours pour devenir agent d’exploitation VNF, sans trop savoir ce que c’était », se souvient Xavier. Aujourd’hui, il fait partie des sept éclusiers qui se relaient en équipe pour faire fonctionner l’ouvrage 359 jours par an. »

Les écluses de Suresnes

Les écluses de Suresnes

« Notre travail est de faire passer tout type de bateau en sécurité, veiller au bon état des ouvrages, surveiller la hauteur des eaux, contrôler les autorisations spéciales de transport (NDLR : par exemple pour le convoyage de bateaux-logement), remplir le carnet de l’éclusier… » Nouvel appel. « Nous sommes deux bateaux de commerce qui arrivent avalant. » Comprenez de Gennevilliers, vers Paris. « En écluse centrale, c’est tout bon, explique Xavier. En tirant d’eau, je suis à 2,40 m. » « Ça passe, je suis à 2,25 m. » Le tirant d’eau, c’est la hauteur de la partie immergée du bateau. Elle varie en fonction de la charge transportée. En ce jour d’août, il y a trois mètres de différence entre l’aval et l’amont de l’écluse, « un maximum ». Xavier active le feu vert, les bateaux rentrent, les portent se ferment. Les trois écluses sont automatisées. »

Les écluses de Suresnes

Les écluses de Suresnes
 » Tout en appuyant sur les boutons, au gré des bips qui signalent les étapes, Xavier surveille la hauteur des eaux. « On m’a signalé une ouverture du barrage du port à l’Anglais à 23 km. L’eau monte doucement. J’ouvrirai bientôt mon barrage à vannes pour réguler », note le jeune agent d’exploitation. »

Les écluses de Suresnes

Les écluses de Suresnes

Les écluses de Suresnes
Un rôle de protection de Paris en cas de crue
Les deus barrages de Suresnes sont classés Vigipirate Rouge et sont absolument fermés au public.Ils doivent assurer toute l’année une profondeur minimale pour la navigation de grands gabarits sur la Seine. Ils doivent aussi protéger la capitale des inondations lors des crues. « En été, ce sont les basses eaux : 84 m3/seconde, explique François Droin. A 800 m3/s, on ouvre tout. A 1500 m3/s, la petite écluse est sous les eaux. » Là, il n’y a plus qu’à attendre…

Les écluses de Suresnes

Les écluses de Suresnes
« Depuis plus de dix ans à son poste de commandement, Xavier en a presque oublié la beauté de cet endroit unique. Placé au-dessus du fleuve, la vue est magnifique : d’un côté les tours brillantes de la Défense, de l’autre les hauteurs de Suresnes et derrière la verdure de l’Ile de Puteaux, le sommet de la tour Eiffel… »

Les écluses de Suresnes

Les écluses de Suresnes
 » Quand on est « avalant » on va dans le sens du courant (de la source à la mer), donc les deux péniches vont dans le sens Paris-Gennevilliers! »

Les écluses de Suresnes

Les écluses de Suresnes

sources : www.leparisien.fr

Mercredi nous franchirons ces écluses

Cerisiers en fleurs bosquet Sud Parc de Sceaux

Cerisiers en fleurs

Domaine de Sceaux Hauts de Seine 92 

 

Ma participation à Flower Power : http://www.bernieshoot.fr/2015/04/groupe-flower-power-projet-photo.html

 

 

 

Bosquet Sud

Malgré son nom, le bosquet sud est moins bien exposé au soleil que le bosquet nord, ce qui explique pourquoi la floraison n’est pas aussi avancée que celle des cerisiers roses. Parc de Sceaux cerisiers du Japon

Parc de Sceaux cerisiers du Japon

Parc de Sceaux cerisiers du Japon

Au parc du Domaine de Sceaux, ce sont 254 au total cerisiers qui sont couverts de fleurs, uniquement de rose et de blanc. Ils sont répartis en deux bosquets : le bosquet nord compte 150 cerisiers roses Prunus serrulata ‘Kanzan’, le bosquet sud est planté de 104 cerisiers blancs. Parc de Sceaux cerisiers du Japon

Parc de Sceaux cerisiers du Japon
L’apparition des fleurs marque l’arrivée effective du printemps. Parc de Sceaux cerisiers du Japon

Parc de Sceaux cerisiers du Japon

Les deux bosquets se trouvent dans la partie ouest du parc, le long du Grand canal, de part et d’autre de la grande pelouse plaine de Châtenay.Parc de Sceaux cerisiers du Japon
Ces cerisiers blancs sont en fait des merisiers des oiseaux, Prunus avium et P. avium ‘Plena’.

Les fleurs sont simples, les arbres sont plus haut.Parc de Sceaux cerisiers du Japon

Parc de Sceaux cerisiers du Japon

La floraison est beaucoup moins spectaculaire que celle des cerisiers roses. Néanmoins les Japonais viennent en nombre sous les cerisiers en fleurs.Parc de Sceaux cerisiers du Japon

Parc de Sceaux cerisiers du Japon

Au final, ce sont des centaines de Japonais d’Ile-de-France qui viennent « hanami », comme Kiwa et Noriko, venues avec leurs filles Yura, Elise et Alicia. Ils fêtent le printemps en pique-niquant sous les cerisiers en fleurs.
« J’adore voir les couleurs du sakura », confie Alicia, 6 ans. Ce jour-là, la petite-fille est venue avec sa maman et sa petite sœur pour célébrer  » hanami ». « Au Japon, le hanami est une tradition : tout le monde se rassemble pour boire et manger sous les cerisiers », explique sa maman Noriko.Parc de Sceaux cerisiers du Japon

Parc de Sceaux cerisiers du Japon

Parc de Sceaux cerisiers du Japon

Au Japon, il poussent naturellement, il y en a partout. Parc de Sceaux cerisiers du Japon

Parc de Sceaux cerisiers du Japon

Parc de Sceaux cerisiers du Japon

« Mais à Paris, il n’y en a pas beaucoup ». Ce qui explique que les Japonais sont venus nombreux ce week-end profiter du soleil dans le magnifique parc de Sceaux. Le parc départemental rassemble deux cerisaies : le bosquet nord compte 150 arbres roses, le sud une centaine à fleurs blanches.
« Ah ? Les Français les appellent cerisiers japonais ? s’étonne son amie Kiwa. Au Japon, ce ne sont pas les mêmes variétés : ils ont moins de pétales et les blancs sont un peu plus… roses ! « 
« Assises sur leur natte, les deux amies ont fini de déguster des bento (NDLR : boîtes alimentaires à compartiments) remplis de viande hachée, de riz et de légumes. Leurs petites filles leur réclament des « araré », friandises de riz multicolores, dégustées pour la « fête des petites filles », le 3 mai. Tandis que plus loin, une femme en kimono traditionnel procède à la cérémonie du thé, Arielle et Sylvie mangent leur sandwich et leur salade. « On n’est pas Japonaises mais on s’est dit que ça pouvait être sympa de venir pique-niquer avec eux sous les cerisiers », expliquent les deux Parisiennes. »

Sources Le Parisien, Adeline Daboval, 19 Avril 2015

© Tous droits réservés, Visites guidées.net, © 2009-2017. Site optimisé pour Mozilla Firefox, Google Chrome et Internet Explorer 7+