Paris autrement

Paris autrement

Blog principalement consacré à Paris, ville touristique qui a la réputation d'être la plus belle ville du monde. Vous découvrirez également un Paris pittoresque, insolite et secret : ce sont des endroits souvent méconnus des Parisiens. Sans oublier la région Ile de France.

 "Ajoutez deux lettres à Paris : c'est le Paradis." Jules Renard

Le mur murant Paris, rend Paris murmurant    Anonyme

Paris se visite le nez en l'air  :   http://www.parislenezenlair.fr/ 

J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire

                       

  Chaque article où ce logo apparaît fait l'objet d'un dépôt chez un huissier de justice

Les écrits et les photos  de ce blog ne sont pas libres de droit. Ils ne peuvent être utilisées, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur.

" L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial " Article L111-1 du code de la propriété intellectuelle

Bien faire et laisser braire

Catégorie: Réunion

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Temple tamoul de Bois Rouge
Sainte Suzanne La Réunion

Comme à l’Ile Maurice, sa voisine, la Réunion comporte une communauté Tamoule très présente, et de nombreux temples typiques et colorés, comme vous avez vu chez Chevrette. Les fêtes religieuses se déroulent en janvier et février. J’ai très peu d’informations sur ce joli temple, ainsi que sur les divinités hindoues représentées. 

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Temple tamoul de Bois Rouge
Le temple de Bois Rouge jouxte l’usine sucrière de Sainte Suzanne. Ce temple est dédié à Karli, Kali, la « déesse sanguinaire », avatar de Shiva dont le caractère colérique et démoniaque n’est apaisé que par le carême et le rituel.

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne
Un hindouisme bien implanté
Les premiers esclaves venus d’Inde se sont convertis pour la plupart convertis au catholicisme, pressés par un clergé omniprésent. Mais le culte hindou est resté très vivace, d’abord dans le secret des foyers, puis au grand jour, avec l’arrivée des « engagés », après l’abolition de l’esclavage à la fin du XIXe siècle.

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Les Malbars et les Tamouls ont élevé des temples colorés où ils fêtent la trinité hindoue, (Trimurti), composée de Brahmā ( dieu de la création, de Shiva (dieu de le destruction et de la dissolution) et Vishnu (dieu solaire et salutaire).

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne
Selon les Hindous (et beaucoup d’autres personnes), la Vie est soumise au cheminement à travers trois étapes : la création, symbolisée par Brahma ; le maintien, la préservation, dont Vishnu est le symbole ; et enfin la destruction, représentée par shiva.

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne
« Création, Préservation, Destruction » est un concept essentiel dans la religion hindoue.
Avec plus de 30 millions de Dieux, on pourrait croire qu’il est impossible de s’y retrouver… Seule une dizaine de Dieux sont néanmoins particulièrement représentés et vénérés.

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Les lieux de culte
Les temples traditionnels sont construits dans l’espace géographique des plantations de canne à sucre, c’est à dire sur les basses pentes de la région au vent de l’île et à mi-pente de la région sous le vent, zones de forte densité de peuplement malbar. Ils sont presque tous édifiés à proximité des usines sucrières dans les anciens camps d’esclaves ou d’engagés : Grand-Bois, Vue belle, Stella, Camp de Villèle, Savannah, La Mare, Bois-Rouge, Colosse, Beaufonds en sont des exemples.

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Au nombre d’une cinquantaine, ils sont souvent édifiés près d’un affouche. La quasi-totalité de ces temples est consacrés à la diviné principale Pandialé pour qui on fait la marche sur le feu, d’où leur appellation de  » sapèl Pandialé  » ou  » Sapèl mars dann fe « . Autour de Pandialé sont regroupées les divinités végétariennes telles que Maryamin et Krishna.

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Les sapèl Pandialé abritent généralement la divinité Karli autour de laquelle sont regroupées les divinités carnivores telles que Mardévirin et Mini. Parfois les divinités végétariennes et les divinités carnivores cohabitent dans le même sanctuaire ; parfois, elles sont nettement séparées et regroupées dans deux sanctuaires différents. Dans des cas extrêmes, le temple est consacré uniquement à Kali, et dans ce cas, on n’y fait pas de marche sur le feu.

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Temple tamoul de Bois Rouge Sainte Suzanne

Sources : http://www.mi-aime-a-ou.com/

Tour des Roches Moulin et roue à eau de La Perrière Saint Paul

Tour des Roches

Saint-Paul – Ile de la Réunion

 

Le Tour des roches un endroit hors du temps

Le Tour des Roches : une petite balade en voiture ou en vélo à quelques minutes de Saint-Paul pour voir la Réunion autrement. Dès l’entrée sur le site, le ton est donné, nous sommes dans un endroit très pittoresque,  hors du temps. 

Tour des Roches Saint Paul Réunion

Tour des Roches Saint Paul Réunion

Tour des Roches Saint Paul Réunion

C’est une zone marécageuse proche de l’étang de Saint Paul. On y trouve une multitude d’espèces végétales : bambous, cocotiers, papyrus, palmiers.

Tour des Roches Saint Paul Réunion

Tour des Roches Saint Paul Réunion

Tour des Roches Saint Paul Réunion

On vient se rafraîchir près du bassin de La Perrier, de l’ancien moulin à eau, et rêver avec nostalgie du temps « lontan ».

Histoire du Moulin et roue à eau de La Perrière
Cette roue est le dernier élément d’un moulin à manioc des années 1820, appartenant à la famille Delaunay de La Perrière, grands propriétaires fonciers.

Le moulin à eau a aujourd’hui complètement disparu. La roue dont la base plonge dans un petit canal était entraînée par le mouvement de l’eau, pour produire de l’énergie et ainsi actionner la meule du moulin, pour produire de la farine de manioc.

La roue à eau de La Perrière servait encore au début du XXe siècle pour l’irrigation des champs à l’Ouest de La Perrière.

Le moulin à eau, tout comme le moulin à vent, a été supplanté au 19e siècle par l’arrivée de la machine à vapeur, puis par le moteur électrique.

Tour des Roches Saint Paul Réunion

Tour des Roches Saint Paul Réunion

Le manioc à La Réunion
Le manioc, Manihot esculenta Crantz, a été introduit du Brésil dans l’île en 1742, sous le règne de Mahé de Labourdonnais, Gouverneur général de Maurice et de La Réunion, alimentation de base de beaucoup d’Africains et des esclaves de l’époque coloniale, le manioc a constitué à La Réunion, pendant la guerre une nourriture de disette.

Tour des Roches Saint Paul Réunion

Tour des Roches Saint Paul Réunion

Le tour des roches 

Les villageois vivent d’une exploitation agricole mesurée et biologique en harmonie avec ce cadre surprenant où l’on peut admirer un ancien moulin à eau.

Tour des Roches Saint Paul Réunion

Tour des Roches Saint Paul Réunion

En voiture, ce parcours dépaysant dure environ une demi heure.

Tour des Roches Saint Paul Réunion

A quelques minutes de Saint-Paul, le Tour des Roches est un circuit de promenade (en voiture ou en vélo) très plaisant, et hors du temps. La végétation luxurieuse mérite le détour, surtout tôt le matin ou en fin d’après-midi afin de profiter des jeux de lumière du soleil levant ou couchant.

Tour des Roches Saint Paul Réunion

Tour des Roches Saint Paul Réunion

On notera la présence du moulin à eau et de son petit bassin : propice à la baignade ou tout du moins au rafraîchissement.

Tour des Roches Saint Paul Réunion

Tour des Roches Saint Paul Réunion
Compte tenu de la végétation dense, le Tour des Roches est un lieu où les moustiques ne sont pas rares, surtout pendant la saison des pluies. Prenez vos précautions.

Tour des Roches Saint Paul Réunion

Sources :

http://www.mi-aime-a-ou.com/saint_paul_moulin_roue_eau.php

Cascade Langevin Saint-Joseph

La cascade Langevin ou de Grand Galet

Saint-Joseph Réunion

Cascade Langevin Saint-Joseph

Cascade Langevin Saint-Joseph

Cascade Langevin Saint-Joseph

Cascade Langevin Saint-Joseph
La cascade Langevin dans le sud de la Réunion est peut être la plus belle de l’ile, elle est située le long de la rivière Langevin à Saint-Joseph.

Cascade Langevin Saint-Joseph

Cascade Langevin Saint-Joseph

Cascade Langevin Saint-Joseph

La cascade Langevin (ou de Grand Galet) constitue un des bassins qui jalonnent la rivière Langevin. Il s’agit certainement de la plus belle cascade de l’Ile.

Cascade Langevin Saint-Joseph

Cascade Langevin Saint-Joseph
Les abords de la rivière Langevin sont une destination privilégiée pour le traditionnel pique-nique du dimanche des réunionnais.

Cascade Langevin Saint-Joseph

Cascade Langevin Saint-Joseph

Cascade Langevin Saint-Joseph

Tuit-tuit Réunion

Tuit-tuit Réunion

Coracina newtoni

Ce tout petit et adorable oiseau est hélas menacé de disparition, au même titre que le moineau chez nous. Photos prises sur la route du piton Maïdo.

Tuit-tuit Réunion

Tuit-tuit Réunion

Tuit-tuit Réunion

Le tuit-tuit 
L’Echenilleur ou Tuit-Tuit est un oiseau exclusivement forestier. Il possède un petit bec fin, noir et légèrement recourbé vers le bas. Le mâle adulte a un plumage gris-bleu cendré et noir. Il chasse des insectes (papillons, larves, chenilles…) et araignées et ne dédaigne pas les fruits du Change Ecorce.
Espèce uniquement présente à La Réunion, elle n’est localisée que dans 16 km2 au nord de l’île (Réserve de la Roche Ecrite) entre 1.200 et 1.800 m d’altitude.
Cette espèce menacée figure sur la liste des espèces protégées.

Tuit-tuit Réunion

Tuit-tuit Réunion

Il est peu craintif mais très discret ce qui rend son observation difficile.

Il se nourrit d’insectes et est particulièrement friand de chenilles et d’araignées.

Tuit-tuit Réunion

Tuit-tuit Réunion

Statut IUCN
L’espèce, endémique de La Réunion, est rare et localisée sur seulement 12 km² dans la Réserve Naturelle de La Roche Ecrite. La population est estimée à 50 à 70 reproducteurs. Cette espèce est protégée : la chasse, la capture ou la vente sont totalement interdites et sont considérées comme un délit passible d’une peine de prison et d’une forte amende.

Tuit-tuit Réunion

Tuit-tuit Réunion

Histoire du Tuit-tuit.

L’Échenilleur de la Réunion Coracina newtoni, a été observé avec certitude pour la première fois par Jacob de Cordemoy en 1860, sous le nom de Lannius ferrugineus. Par la suite, d’autres auteurs l’ont rattaché au genre Schetba sous le nom de Schetba ferruginea avant de le rattacher aux espèces malgache et mauricienne en tant que Oxynotus ferrugineus. C’est le naturaliste Hollandais Pollen, qui l’a décrit pour la première fois avec précision en janvier 1865.

Tuit-tuit Réunion

Tuit-tuit Réunion
Auparavant, l’Echenilleur de la Réunion était connu des créoles sous les noms vernaculaires de Tec-Tec des Hauts, Tuit-Tuit, Merle Blanc ou encore Grive. Par la suite, aucune mention de son existence n’est publiée avant celle de Milon en 1948, qui n’en a observé qu’un exemplaire. Sa dénomination est alors changée pour devenir Coqus newtoni, avant d’être modifiée à nouveau par Vincent en 1966, sur les conseils de Jouanin elle devient l’appellation actuelle, Coracina newtoni.

Tuit-tuit Réunion
La description du Tuit-Tuit du naturaliste François P.L. Pollen né en 1842 et mort en 1886 se trouve dans l’Album de La Réunion d’Antoine Roussin, elle est datée de janvier 1865. Dans cette description Coracina newtoni est nommé de son ancien nom Oxynotus ferrugineus, et Tuit-Tuit est écrit Tui-tuit.

Tuit-tuit Réunion
 » Parmi les oiseaux de l’île de La Réunion, un des plus intéressants est celui que les créoles de cette île nomment Tec-tec des hauts, Merle blanc et Tui-tuit. Je le décrirai sous le nom de Oxynotus ferrugineus que le célèbre naturaliste Robert Swainson a donné à cette espèce…

Tuit-tuit Réunion

Tuit-tuit Réunion
… L’Oxynotus ferrugineus aime surtout la solitude et se tient de préférence dans les forêts les plus impénétrables. Il cherche son asile dans les broussailles les plus épaisses, dans les pentes des montagnes les plus escarpées, où le chasseur a beaucoup de peine à pénétrer.

Tuit-tuit Réunion
On peut se figurer qu’il est très pénible de le chasser dans des localités où on doit descendre à l’aide des mains et des pieds. Heureusement, pour la science, qu’on peut se procurer cette espèce plus facilement en prenant les sentiers dans ces endroits indiqués par les arpenteurs comme limites pour les différents propriétaires des forêts. C’est là que le naturaliste chasseur poursuit l’oiseau de son désir. Les amateurs et les braconniers ne chassent presque jamais l’Oxynotus ferrugineus, parce que sa chair a, suivant-eux, un mauvais goût. Leur préoccupation dans ces lieux est de chasser le merle, qui leur donne un gibier bien préférable.

Pour attirer l’Oxynotus ferrugineus sous le coup de fusil, on peut avoir recours à différentes ruses. En répétant les syllabes Tui-tuit ! Tui-tuit ! on imite le cri de cet oiseau…

Tuit-tuit Réunion

… L’oiseau dont je parle vit principalement des inscetes coléoptères et de leur larves. Il aime surtout les larves des Oryctes, qui vivent dans les palmiers qui nous donnent le chou-palmiste. Dans les estomacs de 14 individus d’Oxynotus ferrugineus, je n’ai trouvé rien que des débris de coléoptères d’Oryctes. On voit par cette observation combien l’Oxynotus ferrugineus est utile pour l’agriculture de la Colonie. Il est ennemi de ces insectes des tructeurs qui font tant de mal, sous leurs différents états, aux plantes utiles.

Sa manière de vivre est encore très inconnue ainsi que sa manière de nicher…
… J’ai trouvé le Tui-tuit très abondant dans les hauts de la Possession, principalement dans les forêts du Dos d’âne. M. Lantz et moi, nous l’avons trouvé dans les hauts de Saint-Denis, et dans les montagnes, près de la Ravine le Frais et du Camp Rattaire…

Sources : http://www.mi-aime-a-ou.com/

Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche

Forêt de tamarins du Piton Ravine Blanche La Réunion 

Le Tampon

Forêt de tamarins du Piton Ravine Blanche
Cette forêt de tamarins est située dans la Plaine des Cafres, sur la commune de Le Tampon, à une altitude de 1400 à 1460 m. Plusieurs parcours ont été aménagés : de santé, pédestre, botanique, et le sentier marmaille qui ne présente aucune difficulté particulière.Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche Réunion

La tamarinaie de la Ravine Blanche doit son nom au Piton de ravine Blanche qui domine le petit village et à un arbre exceptionnel endémique de La Réunion Acacia heterophylla Willd, le Tamarin des hauts de la famille des Fabaceae.
Cette forêt était dégradée, totalement envahie par certaines pestes végétales.Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche Réunion

Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche Réunion

Elle a retrouvé sa splendeur d’antan par un projet porté par le Parc National de La Réunion. Sur plus d’une quarantaine d’hectares, les équipes de l’association Tamar’Hauts ont commencé en 2011 à défricher toutes les espèces envahissantes et exotiques et ont progressivement réintroduits des espèces endémiques et indigènes.

Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche Réunion

Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche Réunion

Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche Réunion

Les objectifs :
– Préserver le patrimoine culturel. Identifier les utilisations traditionnelles de la flore indigène.
– Préserver le patrimoine naturel. Réaliser avec la population des plantations d’espèces indigènes dans les zones dégradées.
– Sensibiliser la population. Présenter et réaliser le projet avec les associations et les écoles de quartier. Les élèves de l’école de Ravine Blanche ont ainsi réalisé de nombreuses plantation sur le site.
– Former et transmettre. Aux habitants, associations de quartier… la passion et la volonté d’utiliser leur patrimoine naturel de manière durable.
– Améliorer la connaissance scientifique. Afin d’identifier le rôle réel de ces zones de plantation pour nos milieux naturels.

Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche Réunion

Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche Réunion

Parfaitement aménagée la Forêt de tamarins du Piton Ravine Blanche offre aujourd’hui 4 parcours balisés pour découvrir cet espace remarquable qui a retrouvé ses lettres de noblesse.

Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche Réunion

Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche Réunion
Un trésor révélé : la forêt renaît
À Piton Ravine Blanche, dans les hauts du Tampon, des habitants du quartier se sont mobilisés pour sauver une forêt oubliée, à peine visible sous les lianes de raisin marron. Ce milieu naturel d’exception rassemble d’immenses Tamarins des Hauts et d’autres espèces endémiques rares sur une quarantaine d’hectares. Au sein de l’association « Tamar’haut », ils mènent depuis 2010 des actions de lutte contre les espèces invasives.

Forêt de tamarins du Piton Ravine Blanche La Réunion

La forêt est aujourd’hui un lieu fréquenté par les familles et les sportifs, qui apprécient le parcours de santé réalisé par des « emplois verts ». Tamar’haut s’investit aussi dans la plantation d’espèces indigènes pour les besoins de la population (projet « PEI Run ») en partenariat avec le Parc national, la Région, la Commune et l’association des Amis des plantes et de la nature (APN).

Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche Réunion

Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche Réunion

Les habitants du Tampon acte ursde la replantation de la forêt
C’était un projet de reboisement de la forêt au Tampon, 23e km. La forêt a fait l’objet de toutes les attentions. Une association, Tamar’haut, en partenariat avec le Parc national pour un reboisement d’espèces indigènes, a baptisé l’opération Péi-Run. Cette association s’engage à travers la lutte des espèces dites invasives de cette forêt régionale. Après cette période probatoire, sa mission évolue et s’étoffe.

Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche Réunion
« Le parc s’associe avec elle et la population pour qu’elles se consacrent également à la replantation d’espèces indigènes, comprenant donc les espèces endémiques » explique Stéphane Barret, chargé de mission flore pour le compte de l’établissement public.

Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche Réunion
« Ce projet marque la volonté du Parc de s’appuyer sur les habitants proches de cet espace naturel. Une manière de s’impliquer dans une démarche de restauration intelligente, « comprenant également les savoirs des anciens », complète Stéphane Barret. Il y a urgence. Comme il le rappelle, cette zone de forêt régionale du 23e km est considérée comme « dégradée ». « 

Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche Réunion 7h5a8859-b
« Pas question de planter tous azimuts. L’association veillera à respecter une liste d’arbres ou de plantes caractéristiques de cette altitude (jusqu’à une centaine d’espèces listées) mais devenus rarissimes en raison de la progression insolente de la vigne maronne. »

Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche Réunion

Forêt de tamarins du Piton Ravine Blanche La Réunion
« C’est donc avec une attention de chaque instant que le tamarin des hauts (à ne pas confondre avec le petit tamarin des hauts), retrouvera sa place de choix dans la bien nommée « tamarineraie » de Piton Ravine Blanche. »

Forêt de tamarins Piton Ravine Blanche Réunion
« L’association Tamar’haut s’est engagée pour une mission d’un an avec le Parc national. Les habitants sont déjà intégrés dans cette replantation. Le public scolaire n’est pas en reste puisque les six classes de l’école de cet écart auront pour mission de montrer l’exemple aux adultes. »

Sources

http://www.parcsnationaux.fr/Acces-direct/Expositions/Exposition-Gestes-et-paysages-naturels/Parc-national-de-La-Reunion-La-foret-qui-renait
http://www.mi-aime-a-ou.com/
http://www.zinfos974.com/Les-habitants-du-Tampon-23e-km-acteurs-de-la-replantation-de-la-foret_a54941.html

© Tous droits réservés, Visites guidées.net, © 2009-2017. Site optimisé pour Mozilla Firefox, Google Chrome et Internet Explorer 7+