Paris autrement

Paris autrement

Blog principalement consacré à Paris, ville touristique qui a la réputation d'être la plus belle ville du monde. Vous découvrirez également un Paris pittoresque, insolite et secret : ce sont des endroits souvent méconnus des Parisiens. Sans oublier la région Ile de France.

 "Ajoutez deux lettres à Paris : c'est le Paradis." Jules Renard

Le mur murant Paris, rend Paris murmurant    Anonyme

Paris se visite le nez en l'air  :   http://www.parislenezenlair.fr/ 

J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire

                       

  Chaque article où ce logo apparaît fait l'objet d'un dépôt chez un huissier de justice

Les écrits et les photos  de ce blog ne sont pas libres de droit. Ils ne peuvent être utilisées, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur.

" L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial " Article L111-1 du code de la propriété intellectuelle

Bien faire et laisser braire

Catégorie: Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris (2)

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes

Place Valhubert Paris 5 

 

A cette heure matinale, les animaux dormaient encore ! Pour preuve la petite Nuwa. Les soigneurs étaient en plein nettoyage des enclos, ou en train de leur donner à manger, du coup ils étaient encore à l’intérieur. En ce qui concerne la fauverie, en hauteur ce sont des grilles, les animaux peuvent ainsi être à l’air libre.

La Fauverie
La Fauverie a été édifiée en 1937 par l’architecte René Berger. Edifiée en 1937 par La Fauverie de la Ménagerie a été rénovée par tranches entre 2005 et 2012 pour un investissement total de 1,2 millions d’euros. La dernière étape de travaux achevée, la Fauverie accueille depuis fin octobre 2012 quatre espèces de félins.

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris
Elle offre aux fauves une vraie jungle où les félins peuvent déambuler en toute quiétude. A l’intérieur la salle ovale de la fauverie , haute de plafond, est presque entièrement recouvertes de verre pour voir déambuler ces gros chats. Des conifères et des rhododendrons poussent pour rappeler les milieux naturels des félins. Les espaces paysagers évoquent les milieux naturels. La forêt tropicale pour la panthère de Chine, les montagnes d’Asie pour la panthère des neiges et les milieux semi-désertiques pour le caracal. Les espaces intérieurs et extérieurs ont été dessinés pour favoriser le bien-être des animaux dans le souci de répondre à leurs besoins (grimper aux arbres, se cacher dans la végétation…).

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris
Lion tuant une chèvre de Paul Jouve

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

Au cœur de ces espaces rénovés ronronneront des couples de panthères longibandes, de caracals, de panthères des neiges et de panthères de Chine.
« Nous voulons nous recentrer sur des fauves de plus petite taille, il n’y aura plus de grands félins » annonce Michel Saint-Jaulme le directeur de La Ménagerie. Nous ne verrons plus de tigres ni de lions au Jardin. Georges mort en 2001 sera le dernier roi de la Jungle à avoir foulé la ménagerie.

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris
La panthère de Chine mâle est particulièrement menacée. Il resterait environ 2 500 panthères de Chine dans la nature et 66 individus en captivité dans le monde. La famille s’est agrandie avec la naissance de la petite Nuwa le 3 mai 2017. Nuwa est une femelle  😉 

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La singerie
Aujourd’hui Nénette est la vedette de la singerie. Cette femelle orang-outan née en 1969, pensionnaire au Muséum depuis 1972. Elle a élevé quatre fils. Et fait l’objet d’un film documentaire de Nicolas Philibert.
Née vers 1969 dans les forêts de Bornéo, Nénette est arrivée à la ménagerie parisienne en 1972, alors que l’importation de ces animaux sauvages n’était pas encore interdite.

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris
Les deux autres femelles sont Théodora, née au zoo de Jersey en 1988 et sa fille Tamu née en 2004. Elle sont à la ménagerie depuis 2007.

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris
Plus globalement la singerie, qui date de 1934, et accueille également d’autres singes comme le rare Tamarin lion doré et des macaques à queue de lion, a besoin d’être restaurée pour assurer un meilleur bien-être aux animaux.

La galerie et le laboratoire d’herpétologie de la Ménagerie

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

Le charmeur de serpent, de Charles Arthur Bourgeois

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Faisanderie

Autrefois elle accueillait des faisans, aujourd’hui plusieurs espèces d’oiseaux leur ont succédé.

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

 

Qu’est-ce qu’une ménagerie ?

Un établissement historique créé pour maintenir et présenter des animaux sauvages et exotiques, en captivité sous garde humaine, et donc un prédécesseur du jardin zoologique moderne.
A l’origine elle a été créée en 1794 pour accueillir les animaux saisis aux forains se produisant en spectacle dans les rues de Paris et ceux de l’ancienne ménagerie royale de Versailles afin de les offrir à la vue de tous. Certains de ses hôtes restent dans les gazettes : l’arrivée de la première girafe, en 1827, avait été un événement grandiose et national.

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris
Les stars d’hier
Parmi tous les animaux qui ont séjourné à la Ménagerie certains sont devenus très populaires en raison de leur exotisme, de leur longévité ou parfois de leur caractère : Zarafa, la première girafe vue en France, offerte à Charles X par le vice-roi d’Egypte en 1826 ; Martin, l’ours brun, connu dans les années 1820 pour son sale caractère et ses facéties ; Kiki le doyen tortue des Seychelles de 250 kg, visible à la grande galerie de l’évolution.

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris
 » Il est aussi de notoriété publique que lors du terrible siège de Paris de 1870 puis 1871, ces nobles animaux qui inspiraient tant d’effroi, de curiosité et de respect, furent tranchés dans les restaurants chics du quartier, mijotés, rôtis, bref boulottés comme de la vulgaire volaille, évidemment par les seuls gros bourgeois de Paris, les assiettes revenants malgré tout assez chères. »

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris
Aujourd’hui, la ménagerie s’est tournée vers la conservation d’espèces de petite taille. Son parc de 5,5 ha abrite 270 mammifères de 50 espèces, 330 oiseaux de 80 espèces, 200 reptiles de 40 espèces, 200 amphibiens de 10 espèces et 1200 invertébrés de 10 espèces. En serpentant entre les divers espaces, les allées mènent à la singerie, à la fauverie, à la petite ferme ou encore aux vivariums…

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris
Le style art déco caractérise le Vivarium (1926), la Singerie (1936) et la Fauverie (1937). Enfin, en 2013, la volière des déserts, inaugurée en novembre 2013, est venue enrichir ce patrimoine précieux.
Sur les 1 800 animaux présents, environ un tiers des espèces présentées sont menacées, dont les pandas roux, panthères des neiges, oryx d’Arabie, orangs-outans, outardes (dont l’houbara d’Asie !), grues à cou blanc ou encore tortues des Seychelles.

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris
Beaucoup des individus présents sont nés en captivité et proviennent d’échanges et de prêts du réseau international des zoos, la ménagerie du Jardin des Plantes participant à de nombreux programmes. Ainsi le Zoo du Jardin des Plantes est-il aussi un conservatoire d’espèces et un centre de recherche réputé.

Sources

https://www.evous.fr/Zoo-menagerie-Jardin-des-Plantes-1100291.html#X3rYALpJL2XBcMSp.99
https://www.evous.fr/Zoo-menagerie-Jardin-des-Plantes-1100291.html

terrafemina                     

 

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris (1)

La Ménagerie est un oasis de verdure nichée au coeur de Paris et du Jardin des Plantes. Elle accueille les animaux dans un cadre exceptionnel et historique. J’y étais à l’ouverture, le moment idéal pour faire ces vues d’ensemble de ce lieu atypique. 

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

 

La Ménagerie, un des plus vieux zoos du monde…
Ouverte en 1794, la Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes, est, après Schönbrunn à Vienne, le plus ancien zoo du monde. Elle a vu passer des espèces variées et des pensionnaires célèbres comme Zarafa la girafe au XIXe siècle ou aujourd’hui Nénette, la femelle orang-outan. La longue histoire de la Ménagerie s’inscrit dans ses bâtiments.

La Rotonde et ses hippopotames 

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

Les fabriques classées de la Ménagerie
Nichée au cœur du Jardin des Plantes, site historique du Muséum national d’Histoire naturelle, la Ménagerie est le plus ancien parc zoologique à but scientifique. Dès sa création en 1794, les animaux furent logés dans des cabanes directement inspirées des chaumières du hameau de Marie-Antoinette à Versailles : les fabriques de la Ménagerie.

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

*ci dessus, le bâtiment rond : la singerie 

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

Au nombre de quinze, ces fabriques rythment le parcours de visite et constituent un patrimoine architectural inestimable. En pierre, en brique ou en bois, elles sont toutes recouvertes de chaume et sont le reflet d’un savoir-faire unique.

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris
Les bâtiments, ou fabriques,  sont classés monuments historiques depuis 1993. Ils constituent un patrimoine architectural unique et sont dispersés dans un magnifique paysage arboré, qui fait partie du charme de la visite.

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris
L’état des lieux
Tous les bâtiments de la Ménagerie sont classés depuis 1993. Aux petites fabriques de 1802 se sont ajoutées, au début du XIXe siècle, des constructions en dur dont la diversité des styles est un des atouts du lieu : les Fosses aux ours (1805), la Rotonde (1802-1812), dont la forme évoque la croix de la Légion d’honneur, la Galerie des reptiles (1870) ou encore la Grande Volière (1888). Le style art déco caractérise les constructions de l’entre-deux-guerres : le Vivarium (1926), la Singerie (1936) et la Fauverie (1937). En 2013, la volière des déserts est venue enrichir ce patrimoine précieux. Alors, prêt à côtoyer au plus près la vie sauvage ?

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

Des animaux dans un écrin de verdure
Nichée dans un havre de paix et de verdure, la Ménagerie abrite quelque 200 espèces, dont un tiers est menacé d’extinction. Bienvenue au zoo du Jardin des Plantes, qui est aussi un conservatoire d’espèces et un centre de recherche réputé en plein cœur de Paris.

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris
1 200 animaux au cœur de Paris
Au fil de votre déambulation, vous allez faire connaissance avec les 1 200 occupants des lieux. Font bon ménage tous types d’espèces : 200 mammifères, 300 oiseaux, 200 tortues, crocodiles, lézards et serpents, 200 amphibiens et 300 insectes, crustacés et araignées.

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris
Espèces menacées
Ici sont privilégiées les espèces de petite et moyenne taille, pour beaucoup d’entre elles menacées d’extinction : pandas roux, panthères des neiges, oryx d’Arabie, orangs-outans, outardes, grues à cou blanc ou encore tortues des Seychelles.

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

Ce zoo historique de Paris assume ainsi son rôle de pionnier en privilégiant la rareté aux espèces de grande taille peu adaptées au site. La majorité est née en captivité et provient d’échanges et de prêts entre zoos.

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

Programmes d’élevage
La Ménagerie participe à de nombreux programmes d’élevage d’espèces menacées. Le principe consiste à maintenir en captivité des populations viables d’animaux sauvages, qui peuvent être réintroduits dans la nature, si leur milieu est stabilisé ou restauré. Les candidats sont assez rares, car les conditions requises sont complexes. Parmi les beaux succès de réintroduction, citons l’outarde canepetière (France), l’Oryx d’Arabie, éteint à l’état sauvage (péninsule arabique), ou encore le Tamarin lion doré (Brésil), trois espèces présentes à la Ménagerie.

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes Paris

Le cheval de Przewalski La Ménagerie, le Zoo du Jardin des Plantes Paris

Le cheval de Przewalski

La Ménagerie, le Zoo du Jardin des Plantes

Paris 5

 

Le cheval de Przewalski, un cheval préhistorique
Ce petit cheval, Equus ferus przewalskii, dont les proches cousins ornaient, entre 30 000 et 9 000 ans avant notre ère, les parois des grottes préhistoriques d’Europe, partage un ancêtre commun avec nos chevaux domestiques.

Le cheval de Przewalski

Un cheval jamais domestiqué par l’homme
Le cheval de Przewalski se reconnaît à sa petite taille, sa robe isabelle, une raie de mulet, une tête assez grosse, une épaisse encolure et une crinière courte et dressée, sans toupet entre les oreilles !
Il possède 66 chromosomes alors que les chevaux domestiques en ont 64 !
L’homme n’a jamais réussi à domestiquer cet équidé au tempérament fougueux.

Le cheval de Przewalski

Le cheval de Przewalski

Découvert par le le colonel Przewalski
On pensait que ce cheval avait disparu, jusqu’à sa « redécouverte » par un explorateur russe, le colonel Przewalski, en 1879. La compétition avec les espèces domestiques, la chasse… entraînent son extinction dans la nature à la fin des années 60. Au début du XXe siècle, après une capture épique dans leur milieu naturel, quelques dizaines de chevaux arrivèrent dans les zoos. Trois d’entre eux viendront à la ménagerie, l’un dès 1902 puis deux en 1906. En dépit de l’effondrement démographique subi par les chevaux de Przewalski dans la nature et la consanguinité des individus actuels, leur génome conserve une diversité étonnante.

Le cheval de Przewalski
Grâce à la mise en place de programmes d’élevage internationaux, on compte aujourd’hui plus de 1 500 chevaux dans les zoos et de nombreuses réserves. Depuis le début des années 90, des réintroductions dans plusieurs sites ont permis que plus de 300 chevaux parcourent à nouveau les steppes mongoles. De nombreux élevages en semi-liberté, notamment en Lozère ou en Hongrie, préparent des groupes aux conditions qu’ils auront à affronter dans leur milieu d’origine. Deux des établissements du Muséum, la Ménagerie du Jardin des Plantes et la Réserve de la Haute-Touche dans l’Indre participent activement à la protection de cette espèce emblématique.

Le cheval de Przewalski

Statut :

Après avoir été déclaré éteint dans la nature en 1996, il a été reclassé En Danger Critique en 2008, puis seulement en Danger en 2011 après avoir été réintroduit avec succès.
Menaces : Compétition avec le bétail, dégradation de l’habitat, hybridation avec les chevaux domestiques

 

Sources : 

http://www.zoodujardindesplantes.fr/fr/animaux/mammiferes/cheval-przewalski

La fabrique des chevaux de Przewalski Ménagerie du Jardin des Plantes Paris

La fabrique des chevaux de Przewalski
La Ménagerie, le Zoo du Jardin des Plantes

Paris 5

 

Les fabriques de la Ménagerie
Nichée au cœur du Jardin des Plantes, site historique du Muséum national d’Histoire naturelle, la Ménagerie est le plus ancien parc zoologique à but scientifique. Dès sa création en 1794, les animaux furent logés dans des cabanes directement inspirées des chaumières du hameau de Marie-Antoinette à Versailles : les fabriques de la Ménagerie.

La fabrique des chevaux de Przewalski

La fabrique des chevaux de Przewalski

La fabrique des chevaux de Przewalski

Au nombre de quinze, ces fabriques rythment le parcours de visite et constituent un patrimoine architectural inestimable. En pierre, en brique ou en bois, elles sont toutes recouvertes de chaume et sont le reflet d’un savoir-faire unique.

La fabrique des chevaux de Przewalski

La fabrique des chevaux de Przewalski

Construite en 1890 sur un plan cruciforme, la fabrique des chevaux de Przewalski est composée de bois, de torchis et de rondins. Elle accueille des chevaux de Przewalski, classés En Danger par l’UICN, qui font l’objet de programmes de conservation et de réintroduction en milieu naturel réussis, auxquels le Muséum participe activement.

La fabrique des chevaux de Przewalski

Une rénovation urgente
Aujourd’hui, sa rénovation est urgente : le choix des matériaux de l’époque, la colonisation végétale et les intempéries ont peu à peu dégradé l’ensemble de la fabrique.

La fabrique des chevaux de Przewalski

La fabrique des chevaux de Przewalski
Sauvez la Fabrique des chevaux de Przewalski
Actuellement une campagne est menée pour récolter des dons. Ils sont déductibles des impôts, si cela vous intéresse vous trouverez toutes les informations sur le lien en bas de mon article.
En partenariat avec la Fondation du Patrimoine, le Muséum lance un appel à contribution auprès du grand public pour participer à la restauration de la fabrique des chevaux de Przewalski, bâtiment emblématique de la Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes.

La fabrique des chevaux de Przewalski

La fabrique des chevaux de Przewalski
En soutenant la rénovation de la fabrique du cheval de Przewaslki, vous participez à la sauvegarde d’un patrimoine national classé Monument Historique ainsi qu’au bien-être des pensionnaires de la Ménagerie.

 

http://www.zoodujardindesplantes.fr/fr/node/2365

La Ménagerie le Zoo du Jardin des Plantes Black Ear Caracal

La Ménagerie le Zoo du Jardin des Plantes

Caracal

Paris 5

 

Black Ear (oreille noire)

Black Ear est âgé de 6 ans. Il est arrivé du zoo de Cracovie en octobre 2012. Il avait chaud, et on pouvait l’entendre miauler !

La Ménagerie le Zoo du Jardin des Plantes Caracal

Le caracal (Caracal caracal), ou lynx du désert ou lynx de Perse, est un félin du genre Caracal largement répandu en Afrique et en Asie depuis le Moyen-Orient jusqu’au Sous-continent indien. En 2008, le caracal était classé en catégorie préoccupation mineure sur la liste rouge de l’UICN en raison de sa présence relativement commune notamment en Afrique australe et Afrique de l’Est.

Le caracal est néanmoins considéré comme menacé en Afrique du Nord et rare en Asie centrale et en Inde.

La Ménagerie le Zoo du Jardin des Plantes Caracal

Le caracal possède de longs pinceaux de poils noirs caractéristiques à l’extrémité des oreilles. Il est également connu pour les bonds pouvant atteindre 3 mètres qu’il est capable d’effectuer pour attraper des oiseaux en vol.

La Ménagerie le Zoo du Jardin des Plantes Caracal

Le nom binominal Caracal caracal (Schreber, 1776) est attribué au zoologiste allemand Johann Christian Daniel von Schreber qui a décrit Felis caracal en 1776 à partir d’un spécimen prélevé dans la région de la Montagne de la Table, en Afrique du Sud, qui est considérée comme la localité type de l’espèce. Le genre Caracal a été utilisé pour la première fois par le naturaliste britannique John Edward Gray en 1843 sur la base de l’étude d’un spécimen prélevé dans la région du cap de Bonne-Espérance.

La Ménagerie le Zoo du Jardin des Plantes Caracal

Dans l’histoire de la nomenclature binominale, le caracal a été alternativement classé dans les genres Lynx et Felis, mais des travaux récents en biologie moléculaire tendent à montrer qu’il s’agit d’un genre à part entière apparenté au serval et au chat doré africain.

La Ménagerie le Zoo du Jardin des Plantes Caracal

La Ménagerie le Zoo du Jardin des Plantes Caracal
Le nom caracal a été donné à cet animal par Georges-Louis Leclerc, Comte de Buffon, dans l’Histoire naturelle, générale et particulière, parue en 1761, en référence à son nom en langue Turque «karrah-kulak» ou «kara-coulac» qu’il pensait signifier « chat aux oreilles noires » (« kara kulak » se traduit en fait « oreille noire » et « karakulak » signifie « caracal »). Il est appelé en Persan «siyah-gush» (« siyāh-gosh » (سیاه‌گوش)) et dénommé dans le nord de l’Inde « syahgosh » ou « shyahgosh » (स्याहगोश) termes qui signifient également « oreille noire ».

La Ménagerie le Zoo du Jardin des Plantes Caracal

En dialecte Toubou, il est appelé « ngam ouidenanga » qui signifie « chat gazelle » en raison de sa réputation de chasseur de gazelles dorkas. En Afrikaans, il est dénommé « rooikat » qui signifie « chat rouge ». Il est nommé « nghawa » en Xhosa, « hwang » ou « twana » en Shona, « thwani » en Venda, « thwane » en Tswana, « twani » en Lozi. En Ndébélé il est appelé « intwane » et en Siswati « indabushe ». En langue Zoulou il se nomme « ndabushe ».

La Ménagerie le Zoo du Jardin des Plantes Caracal

Bien qu’il soit également appelé lynx du désert ou lynx de Perse, il n’est pas apparenté au genre Lynx mais bien au genre Caracal.

* sources : wikipedia

© Tous droits réservés, Visites guidées.net, © 2009-2017. Site optimisé pour Mozilla Firefox, Google Chrome et Internet Explorer 7+