Paris autrement

Paris autrement

Blog principalement consacré à Paris, ville touristique qui a la réputation d'être la plus belle ville du monde. Vous découvrirez également un Paris pittoresque, insolite et secret : ce sont des endroits souvent méconnus des Parisiens. Sans oublier la région Ile de France.

 "Ajoutez deux lettres à Paris : c'est le Paradis." Jules Renard

Le mur murant Paris, rend Paris murmurant    Anonyme

Paris se visite le nez en l'air  :   http://www.parislenezenlair.fr/ 

J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire

                       

  Chaque article où ce logo apparaît fait l'objet d'un dépôt chez un huissier de justice

Les écrits et les photos  de ce blog ne sont pas libres de droit. Ils ne peuvent être utilisées, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur.

" L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial " Article L111-1 du code de la propriété intellectuelle

Bien faire et laisser braire

Catégorie: Versailles château

Chapelle royale Château de Versailles

Tout d’abord, je réponds à un tag de Pulsatilla ( http://pulsatilla.eklablog.com ) :

– Quelle est votre occupation préférée ?
lecture, depuis que je sais lire, au quotidien, format papier
– Quel est le don de la nature que vous aimeriez avoir ?
un don pour l’écriture ou la musique
– Qu’est-ce que vous détestez par-dessus tout ?
les choux de Bruxelles, plus sérieusement les méchants, menteurs et malhonnêtes, et l’injustice
– Quel est le métier que vous auriez aimé faire ?
Photographe
– Quel est le mot que vous préférez ?
vacances
– Quel est le mot que vous détestez ?
mort réaction à un décès très récent et qui me touche de près
– Quel est l’arbre , la plante ou l’animal dans lequel vous aimeriez être réincarnés ?
le chat parce qu’il a 9 vies ! ou le chêne pour sa force
– Qu’est-ce pour vous qu’une vie réussie ?
réaliser ses rêves
– Quelles sont les fautes qui vous inspirent le plus d’indulgence ?
celles involontaires
– Quels sont vos héros ou vos héroïnes de fiction préférés ?
mon préféré Nicolas Le Floch, commissaire au Châtelet dans le Paris du XVIII siècle, je suis complètement fan des livres de Jean François Parot et des téléfilms issus de ses romans, c’est génial de découvrir Paris à cette époque, car il y a une trame historique dans ces livres
– De quelles formes d’art ne pourriez-vous vous passer ?
musique, j’ai toujours fait mes devoirs en musique, y compris quand je suis retournée à l’école ( Greta Paris 20 ) en 86, et j’ai révisé mon bac en musique; il y a toujours de la musique chez moi, quand je prends les transports en commun c’est toujours ma musique à l’oreille et un bon livre pour passer le temps.

La chapelle du château de Versailles

La chapelle du château de Versailles ne se visite pas. Toutefois, elle est adjacente au Grand Appartement du Roi, et on l’aperçoit quand on visite le château. J’ai pu la voir lors d’une visite du château.

C’est une exceptionnelle chapelle palatine sur deux niveaux.

Chapelle royale Château de Versailles

Chapelle royale Château de Versailles

Une résidence royale se doit d’avoir une chapelle, d’autant plus que Louis XIV est un roi très pieux qui assiste tous les jours à la messe. Ce n’est qu’à la fin de son règne, en 1699, que le roi pourra entreprendre la construction d’un lieu de culte, sans cesse retardée par les guerres. Jusqu’à cette date, quatre chapelles provisoires se sont succédé à Versailles. Cela sera le dernier grand chantier de Louis XIV mené à Versailles.

Chapelle royale Château de Versailles

Comme toujours il s’est entouré des meilleurs. Jules Hardouin-Mansart commence la construction, hélas il ne vit pas la fin du chantier : il meurt en 1708, deux ans avant que la chapelle soit consacrée. C’est son beau frère Robert de Cotte qui mena à bien le projet. Dédiée à Saint Louis, ancêtre et modèle du Roi-Soleil, elle est consacrée en 1710. Louis XIV démontre sa foi et solidifie la Contre-Réforme. Il était très fier de « sa » chapelle.

Chapelle royale Château de Versailles

Chapelle royale Château de Versailles

Et il le pouvait, la décoration intérieure est elle aussi assurée par les meilleurs. Robert Cotte dirigea la réalisation des décors. Le marbre blanc est finement sculpté. Sa blancheur contraste avec le chatoiement bleu et or des peintures de la voûte.

La voûte, qui s’élève à vingt-cinq mètres, illustre la Trinité. Au centre, Dieu le Père dans sa gloire, par Antoine Coypel. À gauche, La Résurrection du Christ, par Charles La Fosse. Et à droite, au-dessus de la tribune royale, Le Saint-Esprit au moment de la Pentecôte, par Jean Jouvenet.

Chapelle royale Château de Versailles
* Détail de la peinture de la voûte : La Résurrection du Christ, par Charles de La Fosse, affirme la maîtrise de la couleur des successeurs de La Brun.

Chapelle royale Château de Versailles
L’intérieur de la chapelle est clairement baroque, donc de son temps. Sous la profusion du décor de cet édifice où les dorures étincellent et où le blanc resplendit, on vénérait Dieu tout en honorant le roi.

Chapelle royale Château de Versailles
 Au-dessus de l’autel, s’élève l’orgue remarquable , construit par Robert Clicquot, facteur d’orgue du Roi, orné d’un beau Roi David en relief, et inauguré le jour de Pâques 1711 par François Couperin. Ses claviers ont été tenus par les plus grands maîtres comme François Couperin. La musique de la Chapelle, renommée dans toute l’Europe, chantait quotidiennement des motets tout au long de l’office.

Chapelle royale Château de Versailles

La musique n’était donc pas en reste. Les offices se déroulaient au son de la musique de Couperin, Lully, Charpentier, Delalande.

Imaginez-vous : chaque matin, généralement à 10 heures, le roi se rend à la chapelle depuis son Grand Appartement, escorté de ses courtisans. Pour assister à la messe, il se tient à la tribune royale, entouré des membres de sa famille. Les dames de la Cour occupent les tribunes latérales. La nef est réservée aux officiers et au public. Le roi ne descendait au centre de la chapelle qu’à l’occasion des grandes fêtes religieuses, pour les cérémonies de l’Ordre du Saint-Esprit, pour les baptêmes et les mariages royaux qui y furent célébrés jusqu’en 1789, dont le mariage de l’archiduchesse Marie-Antoinette avec le futur Louis XVI. 

Chapelle royale Château de Versailles

Chapelle royale Château de Versailles

Imaginez et écoutez la musique que l’on y jouait.  » Lorsqu’il y entra pour la première fois, Louis XIV n’y fit-il pas chanter un motet pour juger de l’acoustique ? À chaque messe, chaque jour, la Musique de la Chapelle, alors l’une des meilleures formations d’Europe de chanteurs et de musiciens de musique liturgique, y jouait des motets autour de l’orgue installé – et c’est un emplacement inhabituel – dans la tribune au-dessus du maître-autel. « 
Aujourd’hui, la tradition musicale est perpétuée. Le Centre de musique baroque de Versailles investit les lieux et y donne toute l’année des concerts. L’occasion d’écouter, entre autres, des œuvres de François Couperin qui composa et joua pour Louis XIV ici même.

Chapelle royale Château de Versailles

Anecdote
 » Tous les matins, après son conseil, le Roi va à la chapelle et écoute trois motets : « un grand, un petit et un Domine salvum fac regem« . Les courtisans sont assidus, plus pour le spectacle musical et le maître que par ferveur : certaines dames font relier un roman à la mode en missel. Une autre fois, un officier des gardes de corps facétieux ordonne à haute voix aux soldats de se retirer, le Roi ne venant pas assister au service. Immédiatement, la chapelle se vide de ses perruques in-folio. Arrive ensuite Louis XIV, étonné de voir si peu de monde présent. Le capitaine lui explique la plaisanterie et le souverain en rit fort… »

 

Sources : article rédigé selon ces sources 

http://www.detoursenfrance.fr/patrimoine/chateaux-et-monuments/la-chapelle-royale-du-chateau-de-versailles-lart-de-la-ferveur-3469

http://www.musebaroque.fr/institutions-musicales-versaillaises/

http://www.chateauversailles.fr/decouvrir/domaine/chateau/chapelle-royale

Bassin de Saturne Jardins du Château de Versailles

Bassin de Saturne
Bassin de Saturne, ou de l’Hiver

Le bassin de Saturne, ou de l’Hiver est un bassin des jardins de Versailles, appartenant à l’ensemble des bassins des Saisons : le bassin de Cérès, le bassin de Flore, le bassin de Bacchus, le bassin de Saturne.

Bassin de Saturne Jardins du Château de Versailles

Bassin de Saturne Jardins du Château de Versailles
Les Quatre Saisons sont représentées plusieurs fois en sculpture à Versailles. La Grande Commande regroupe un ensemble de sculptures commandées par Louis XIV en 1674 dans lequel figurent des statues des Saisons.
Il symbolise la saison de l’hiver. Saturne trône au centre, entouré de ses petits amours, sur une île parsemée de coquillages.

Bassin de Saturne Jardins du Château de Versailles

Bassin de Saturne Jardins du Château de Versailles

 

Le bassin se trouve au niveau de l’intersection de l’Allée du Printemps et de l’Allée de Bacchus-et-de-Saturne.

IBassin de Saturne Jardins du Château de Versailles

Bassin de Saturne Jardins du Château de Versailles
Parfaitement symétrique au bassin de Flore, le bassin de Saturne, est situé dans la partie sud et symbolise la saison de l’Hiver. Saturne trône au centre d’un bassin rond, entouré de petits amours, sur une île parsemée de coquillages. Quatre amours formaient auparavant des motifs complémentaires d’où jaillissaient huit jets. Ils alternaient avec des sabliers reliés par des guirlandes de fleurs. La margelle était décorée de glaçons en métal peint.

Bassin de Saturne Jardins du Château de Versailles

La statue en plomb doré de Saturne a été réalisée par François Girardon en 1672.

Bassin de Saturne Jardins du Château de Versailles

Bassin de Saturne Jardins du Château de Versailles
L’oeuvre
Le mythe veut que pour pour éviter d’être détrôné par un de ses enfants, Saturne les dévora un à un… sauf Jupiter que sa mère remplaça par une pierre enveloppée dans des langes. Le bassin orné du groupe sculpté de François Girardon d’après un dessin de Le Brun s’éloigne de la tragédie : Saturne s’apprête bien à manger le sac rempli d’une pierre mais les amours qui l’entourent sont loin de paraître effrayé par la scène d’un père dévorant ses enfants !

Bassin de Saturne Jardins du Château de Versailles

Bassin de Saturne Jardins du Château de Versailles
sources : https://andrelenotre.com/bassin-de-saturne-jardins-de-versailles/

Bassin de Saturne Versailles

Le Jardin du Roi Versailles

LES INSOLITES ET LES SECRETS DES JARDINS DE VERSAILLES 

L’ILE ROYALE

Elle a été en partie comblée sous Louis XVIII. Il reste aujourd’hui de cette île le Jardin du Roi, et le Miroir. Ci-dessous le Miroir, et en face l’entrée du Jardin du Roi. Le tableau est celui de Etienne Allegrain  » L’île Royale et le Bassin du Miroir « .

Jardins de Versailles

Jardins de Versailles

Etienne Allegrain L'île Royale et le Bassin du Miroir

LE JARDIN DU ROI

Mélancholia
Le frère de Louis XVI revint à Versailles en 1816. Il découvrit alors un château vidé de son mobilier et peuplé de fantômes :  » Je me mêlais à ce peuple de morts, déjà vieux par les chagrins plus encore que par les années; je sentais que l’heure de les rejoindre ne tarderait pas à sonner pour moi. »
Le jardin était presque en totalité dans un grand état d’abandon, les haies étaient en broussailles et les parterres retournés. Louis XVIII renonça à l’idée d’y rétablir la cour, il préféra lancer une campagne de restauration pour sauver ce qui pouvait encore l’être.

Jardins de Versailles
En dehors de la construction de l’aile Dufour sur la cour d’honneur du château, le comblement de la pièce d’eau de l’île royale, au sud-ouest pour la transformer en jardin, est son oeuvre principale.
Créée au temps de Louis XIV, cette île était devenue un marais fangeux où, précise Pierre de Nolhac,  » l’on venait jeter les décombres de la ville « .

Jardins de Versailles

Jardins de Versailles
L’architecte Alexandre Dufour aménagea des allées sinueuses à l’anglaise, dressant une grande colonne avec un piédestal sur une immense pelouse ovale ombragée par des essences rares et choisies avec soin.

Jardins de Versailles

Jardins de Versailles

Ce jardin romantique est semé de quelques belles sculptures devant de discrets parterres de fleurs.

Jardins de Versailles

Jardins de Versailles

Jardins de Versailles
 » On y ressent l’apaisement qu’offre le contact avec la nature, mais aussi la mélancolie de Louis XVIII parcourant le grand château de ses tendres années, après la tourmente révolutionnaire. « 

Jardins de Versailles

Jardins de Versailles
Louis XVIII, après son retour en 1816, avait décidé de ne plus revenir au domaine. C’est sa nièce qui inaugura les nouveaux aménagements. Outre Saint Cloud, la duchesse d’Angoulême, la « petite Madame royale », fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, aurait pris l’habitude de séjourner à Versailles aux beaux jours, comme on aime revenir dans une vieille maison de famille.

Jardins de Versailles

Jardins de Versailles

Aujourd’hui dans le jardin du Roi, est présente une collection d’abustes d’une cinquantaine d’espèces différentes et de quelques arbres plantés en l’honneur de personnalités contemporaines.

Jardins de Versailles

Jardins de Versailles

Jardins de Versailles

Face au jardin du Roi, subsiste le Miroir, un bassin entouré de deux vases de marbre et de deux sculptures datant du XVIIe siècle.

Jardins de Versailles

Jardins de Versailles

Jardins de Versailles

LES PLAISIRS DE L’ILE ENCHANTEE

Au temps de Louis XIV, Les Plaisirs de l’Ile enchantée étaient la plus belle des fêtes données à Versailles. Du 7 au 16 mai 1664, le parc se transformait en un gigantesque théatre. Carrousel, danses, comédies se succèdent.

La Fête Les Plaisirs de 'Ile Enchantée

 » Le Roi, voulant donner aux reines et à toutes sa Cour le plaisir de quelques fêtes peu communes, dans un lieu orné de tous les agréments qui peuvent faire admirer une maison de cmapgne, choisit Versailles à quatre lieues de Paris. C’est un château qu’on peut nommer un palais enchanté, tant les ajustements de l’art ont bien secondé les soins que la nature a pris pour le rendre parfait. Il charme en toutes manières; tout y rit dehors et dedans; l’or et le marbre y disputent de beauté et d’éclat; et quoiqu’il n’ait pas cette grande étendue qui se remarque en quelques autres palais de sa Majesté, toutes choses y sont si polies, si bien entendues et si achevées, que rien ne le peut égaler. Sa symétrie, la richesse de ses meubles, la beauté de ses promenades, et le nombre infini de ses fleurs, comme de ses orangers, rendent les environs de ce lieu dignes de sa rareté singulière. »
Extrait des Oeuvres de Molière, par M. Petitot, Paris, MDCCC.XI

Les fêtes des Plaisirs de l’Île Enchantée 7-13 mai 1664

Première des grandes fêtes données à Versailles par Louis XIV, elle voit aussi la première collaboration, sous l’égide du roi, de Molière et de Lully. Six jours qui établissent définitivement le mythe de Versailles comme lieu de réjouissances.
Du 7 au 13 mai 1664, Louis XIV organise en l’honneur d’Anne d’Autriche, sa mère, et de la reine Marie-Thérèse, une fête sur le thème romanesque de la magicienne Alcine tenant prisonniers en son palais Roger et ses preux chevaliers. Amour, action et magie invitent la Cour au rêve. Inspirée de l’Arioste, la fête est dédiée en réalité à Mlle de La Vallière, maîtresse du roi. C’est l’ordonnateur de ses ballets, le duc de Saint-Aignan, qui a choisi le sujet tandis que Carlo Vigarani a retenu le lieu. Originaire de Modène, ce dernier est, depuis 1659, le grand metteur en scène des divertissements royaux où il a introduit machineries et décors italiens.

Anecdote
Les festivités se poursuivent avec courses de chevaux, loterie, visite de la Ménagerie et représentations théâtrales : Molière donne pour la première fois, le soir du 12 mai, son célèbre Tartuffe. Malgré le soutien du roi, la pièce fait scandale et se voit interdite. La Cour retourne à Fontainebleau le dès le lendemain : un merveilleux songe prend fin.

Jardins de Versailles

Jardins de Versailles
Durant trois jours, les courtisans assistent au défilé équestre du roi dans le rôle de Roger, revêtu de somptueux habits de feu sur un harnais d’or, d’argent et de pierreries. Il est accompagné de cavaliers, tout aussi somptueux, qui descendent l’allée royale – Tapis vert –, suivis du char d’Apollon. Tous se dirigent vers le palais d’Alcine dressé sur le Rond-d’eau, futur bassin d’Apollon. Suit une course de bague dans laquelle les cavaliers doivent décocher de leurs lances un anneau relié à une potence. La nuit tombée, le Parc s’illumine de mille feux. Commence un ballet sur le thème des saisons tandis qu’un magnifique festin est servi par des serviteurs masqués et costumés.

Jardins de Versailles

Jardins de Versailles
Le deuxième jour, la nuit venue, Louis XIV, costumé en Roger, donne à ses dames, sur la scène dressée dans l’allée, la comédie-ballet spécialement conçue par Molière et Lully : La Princesse d’Élide. Pour la première fois en France, théâtre et opéra, comique et romanesque sont associés. Bergers et bergères, entourés de faunes, dansent et chantent au son des flûtes et des violons. Le troisième jour voit l’embrasement du palais d’Alcine dans un fabuleux feu d’artifice orchestré par Vigarani. Une étonnante baleine flottante et ses deux baleineaux au-devant portent Alcine et ses servantes.

Jardins de Versailles

Sources : ma documentation personnelle, à savoir ces deux ouvrages, dont celui d’Alain Baraton, jardinier en chef des Jardins de Versailles :
– Secrets et curiosités des Jardins de Versailles, Nicolas Jacquet, aux éditions Parigramme
– Promenade dans les Jardins de Versailles, Alain Baraton, éditions Artlys

Gravures d’ Israël Silvestre, Complément sur : http://www.chateauversailles.fr/ Wiki et 

https://andrelenotre.com/2015/10/01/fete-des-plaisirs-de-lile-enchantee-jardins-de-versailles-jeux-nautiques/

Bosquet du Théatre d’Eau Château de Versailles

Bosquet du théatre d’eau Les Belles Danses de Roi-Soleil

Un nouveau bosquet pour Versailles

Le château de Versailles a confié en 2011 le projet de recréation du bosquet du Théatre d’Eau, à l’issue d’un concours international, au paysagiste Louis Benech et à l’artiste Jean-Michel Othoniel. Les arabesques créées par les sculptures de perles évoquent les danses de Louis XIV, qui adorait danser. 

Les perles sont en verre de Murano, doré à la feuille d’or.

Jean-Michel Othoniel est un artiste contemporain français, il a entre autres réalisé le Kiosque des Noctambules à Paris. Il vit et travaille à Paris. Ses réalisations sont internationales, il a une biographie impressionnante.

En cette fin d’après-midi les Grandes Eaux musicales étaient terminées. 

Une Interprétation contemporaine du bosquet créé par André Le Nôtre
Soucieux d’inscrire leur travail dans la continuité de l’oeuvre de Le Nôtre, ces deux artistes ont pensé ce nouveau bosquet comme une interprétation contemporaine du bosquet d’origine : un théatre de verdure aux multiples fontaines, créé entre 1671 et 1674 pour les fêtes de Louis XIV mais entièrement détruit en 1775 et fermé au public après la tempête de 1999.

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Pour lui redonner vie, Louis Benech a souhaité aménager un nouvel espace où les effets d’eau et les végétaux créent une atmosphère joyeuse et festive. Il s’est approprié les règles définies par Le Nôtre en réintroduisant, par exemple, dans sa composition, le rythme ternaire qui caractérisait ce bosquet : trois espaces ovoïdes – Le bassin des Enfants Dorés, la presqu’île et l’île; les trois sculptures fontaines de Jean Miche Othoniel et les végétaux sont toujours plantés en multiples de trois, notamment 21 ifs et 90 chênes verts. De même, les arbres choisis ne dépasseront pas les 17 mètres de hauteur voulus par Le Nôtre, permettant ainsi au bosquet de rester complètement invisible depuis le château et de s’intégrer parfaitement à l’ensemble des jardins.

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Louis Benech a conservé deux arbres présents dans le bosquet avant le début du chantier, un if et un buis, probablement des descendants des arbres plantés par Le Nôtre. Rescapés de la tempête de 1999 dont l’if dont il porte encore la marque, et mis en valeur sur l’île du bassin log, ils sont des témoins de l’histoire du lieu et renforcent encore le lien entre le passé et le présent.

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Les Belles Danses de Roi-Soleil
La promenade à l’ombre des chênes verts conduit le visiteur à une clairière circulaire au coeur du bosquet, composée d’une grande salle et d’une scène constituée de deux bassins en sur-oeuvre.

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Sur cette scène, les trois grandes sculptures-fontaines de Jean Michel Othoniel, intitulées Les Belles Danses, s’inspirent directement des ballets donnés par Louis XIV en reprenant les formes décrites dans l’Art de décrire la danse de Raoul-Auger Feuillet, ouvrage publié en 1701.

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Les fontaines sont composées de perles de verre soufflé Murano doré à la feuille d’or. Certaines perles sont bleues en référence aux petits tessons de verre qui habillaient les fontaines du bosquet d’origine.

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Le spectacle créé par les jeux d’eau, les arabesques et les entrelacs de verre coloré produisent des calligraphies dynamiques qui évoquent mes parterres de broderie si caractéristiques du jardin à la française.

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Pour que les nouveaux jets d’eau soient les plus proches possible des jets historiques, Jean Michel Othoniel a travaillé en étroite collaboration avec les fontainiers de Versailles, maîtres dans l’art de l’ajutage, technique qui permet d’adapter de petites pièces de métal à l’embouchure des jets pour déterminer leur volume et sculpter leur forme.

Un bosquet dansant

Conçu par Le Nôtre, le bosquet du Théâtre d’Eau a repris vie grâce au paysagiste Louis Benech et au sculpteur Jean‑Michel Othoniel. Entretien

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Quel a été votre point de départ pour concevoir ce bosquet ? Comment avez-vous collaboré ?
Louis Benech Plusieurs pistes ont guidé mes pas. Tout d’abord, évidemment, les caractéristiques physiques du site au nivellement tout à fait particulier : une partie basse et une partie haute créent un système de pentes. Mais ma principale et finalement unique source d’inspiration a été l’histoire du lieu : renouer avec l’idée originelle du bosquet, un théâtre de verdure avec de l’eau ! Un lieu de divertissement joyeux parfois où les effets d’eau jouent avec les structures végétales pour qu’y règne une atmosphère festive. Je l’ai conçu comme une promenade ponctuée de surprises à l’ombre de chênes verts, menant le flâneur jusqu’à une clairière circulaire au cœur du bosquet.

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Cette clairière centrale, je l’ai partagée entre une grande salle et une scène constituée de deux bassins installés en sur-œuvre, des éléments qui évoquent la composition des deux états historiques du bosquet, entièrement détruits. Pour cette création, je voulais également m’aider d’une mythologie. Elle est nouvelle, pas antique, et s’articule autour de la figure du roi Soleil, de Le Nôtre, Le Brun, Lepautre… Le travail de Jean-Michel Othoniel, à qui j’ai demandé de réaliser les sculptures des bassins, fait ainsi directement référence à Louis XIV : ses créations sont inspirées de pas de danse inventés pour le monarque.

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Jean-Michel Othoniel
Tout au long du projet, nous avons établi un dialogue constant avec l’Histoire, avec Le Nôtre, avec Le Brun, en essayant de nous inscrire dans une continuité historique, tout en proposant un jardin et des sculptures résolument contemporains. Et nous avons ainsi avancé ensemble, Louis en créant un palimpseste évoquant toutes les strates historiques du bosquet et une scène de miroirs d’eau, moi en utilisant ce théâtre de verdure et cette scène pour faire danser le Roi-Soleil. Ainsi notre collaboration tout au long du projet, relève de l’essence même de Versailles. On y retrouve cette idée d’un art total, d’un dialogue entre les arts. Versailles est une sorte de grande utopie qui s’est construite grâce à la collaboration des plus grands architectes et des plus grands artistes. Cette notion de transversalité est très présente aujourd’hui entre les divers champs de la création.

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Pouvez-vous préciser la manière dont l’histoire du bosquet a déterminé certains de vos aménagements ?

L. B. L’emplacement de certaines ifs d’Irlande correspond aux relevés archéologiques qui indiquent la position des anciens jets des fontaines des Enfants dieux ainsi que des dix-huit jets de la colonnade de charmilles ceinturant l’ancien bosquet. Ils marquent donc les limites du bosquet historique. En plus de ces « marquages », j’ai aussi cherché à réintroduire le rythme ternaire qui caractérisait ce bosquet. Il y a : les trois espaces ovoïdes (le bassin des enfants, la presqu’île et l’île) ; les trois fontaines de Jean-Michel Othoniel qui ponctuent chacune des entrées de goulottes ; les végétaux toujours plantés en multiples de trois.

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

J.-M. O. Les fontaines, à Versailles, n’ont rien d’anodin, elles relèvent d’une démonstration de la puissance du Roi, de son contrôle sur les éléments : il est le Soleil, il définit les saisons, maîtrise les jardins, redessine le paysage marécageux qu’était Versailles, contrôle l’eau par les fontaines et le système hydraulique unique mis en place à son époque. Le Roi a la mainmise sur tout et, au cœur de son omnipotence, la maîtrise de l’eau est un élément capital puisque celui qui la détient a le contrôle sur cet élément vital, mais aussi sur les armées, les forces navales, etc.

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

mes sculptures-fontaines, j’ai souhaité que l’eau prolonge le verre et l’or en un geste vivant. Les chorégraphies que dessinent les arabesques cristallisées dans ces deux matériaux s’animent grâce à l’eau venant jouer avec la lumière, comme si le Roi dansait sur la scène du bosquet du Théâtre d’Eau. La calligraphie mouvante mêle donc le verre, l’or et l’eau en un seul mouvement, un geste lumineux. L’eau est ici un élément central des sculptures puisqu’elle les prolonge et contribue à construire cette évocation contemporaine du Roi-Soleil.

Bosquet du Théatre d'Eau Château de Versailles

Sources : sur site, et extrait des carnets de Versailles  ( Elsa Martin et Victor Guégan )

Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles (2)

Restauration du Bassin de Latone

Château de Versailles

 

LE BASSIN DE LATONE AVANT LES TRAVAUX DE RESTAURATION

Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles

Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles

Le bassin de Latone : une volonté royale

Le bassin de Latone résulte de la volonté de Louis XIV de créer, au centre de son Jardin, une fontaine qui raconte l’enfance d’Apollon, le dieu-soleil qu’il s’est choisi pour emblème. Pour créer cette fontaine, Louis XIV fait transformer un bassin creusé par Louis XIII en y installant progressivement des jeux d’eau et des décors sculptés par les frères Marsy. Le bassin de Latone connaît plusieurs états avant d’épouser sa forme actuelle. En 1667, il est la fontaine aux Crapauds. De 1668 à 1670, un premier bassin de Latone apparaît ; Latone est alors au même niveau que les autres figures et tournée vers le Château. De 1687 à 1689, Jules Hardouin-Mansart crée le bassin actuel, en faisant faire un demi-tour à Latone et en la hissant au sommet d’une pyramide de marbre.Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles

Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles

RESTAURATION DU BASSIN DE LATONE

Le chantier du bassin, démonter pour remonter le temps

Depuis plusieurs années, la structure du buffet d’eau central qui supporte le décor de statues et les réseaux de fontainerie était gravement fragilisée par l’usure de ses fondations d’origine. A quoi s’ajoute l’usure du temps qui a altéré l’étanchéité de l’édifice et encrassé les marbres et les statues.

Dépose des sculptures

Soulèvement d’une tortue en plomb d’environ 100 kilos : cette tortue en plomb s’envole hors du bassin de Latone.Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles dépose des sculptures

Un chantier de démontage et de remontage de l’œuvre avec ses matériaux d’origine

L’urgence d’une restauration d’ensemble s’imposait. D’autant plus que le bassin de Latone constitue un carrefour essentiel pour l’alimentation des fontaines situées en contrebas, en collectant les eaux depuis les bassins des terrasses.Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles

Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles

Cet important projet longtemps attendu s’est concrétisé en 2012 grâce au mécénat de la fondation Philanthropia. Mené sous la direction de Pierre-André Lablaude, architecte en chef des Monuments historiques, le chantier se décompose en 3 étapes majeures :

Démontage des sculptures, des marbres, de la maçonnerie et des canalisations

D’abord, le démontage de toute la structure du buffet d’eau, élément par élément, des 73 statues jusqu’aux réseaux internes de canalisations en passant par les parements de marbre, les vasques en plomb et les maçonneries.Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles

La restauration des éléments en atelier

Tous ces composants sont ensuite envoyés en atelier pour être restaurés grâce aux savoir-faire des artisans, ouvriers et techniciens d’art mobilisés pour la sauvegarde de ce patrimoine – maçons, tailleurs de pierre, restaurateurs de marbre, de métaux, doreurs et fontainiers….

Remontage du bassin de Latone

Enfin, après le remontage minutieux de tous les éléments restaurés, le bassin de Latone, un des plus anciens et des plus importants du parc de Versailles, aura retrouvé son éclat d’origine.

 Vidéo des travaux  (mettre le son)

 

La restauration du Bassin de Latone en chiffres

– 26 mois de travaux

– 14 tonnes de plomb pour l’étanchéité des trois vasques ovales du buffet

– 35 000 feuilles d’or pour la dorure des 74 sculptures en plomb

– 200 soudures à la louche pour la restauration des conduites en plomb

– 700 m2 de pavages et 110 mètres de margelle en marbre blanc

Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles

Les métiers d’art

– 9 fontainiers, 17 jardiniers, 7 doreurs, 9 tailleurs de pierre, 9 chaudronniers et restaurateurs de sculpture en métal, 4 couvreurs spécialisés en couverture de plomb, 10 apprentis.

Détails des travaux

Le 12 avril 2013 lz groupe sculpté de Latone et ses enfants est retiré du sommet du bassin.

L’enlèvement de ce groupe marque le lancement de la restauraton de Latone, tout juste 400 ans après la naissance d’André Le Nôtre, le créateur des jardins de Versailles.

Les restaurateurs de métal et les doreurs. Après leur nettoyage et traitement par les restaurateurs de métal, les sculptures de plomb du Bassin, représentant les paysans et leur métamorphose en grenouilles, ont été confiées aux doreurs. Ceux-ci ont utilisé la technique traditionnelle de dorure à la feuille, pour des raisons de longévité. Avant de procéder à la dorure, ils posent sur les sculptures un traitement anticorrosion puis plusieurs couches de produits. Ils procèdent ensuite à la dorure à la feuille.Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles

Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles

 

Restaurateurs de marbre, une esthétique originale tout en contrastes

Les restaurateurs de marbre travaillent à rétablir l’esthétique originale du bassin de Latone, faite de l’opposition entre l’or mat des décors sculptés en plomb, la blancheur éclatante du marbre du groupe Latone et ses enfants et les irisations colorées des marbres décoratifs. Une fois démontées, ces plaques de marbre ont été transportées à l’atelier de restauration.Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles

Le marbre blanc de Latone mis à l’abri

Le ruissellement fréquent des eaux a beaucoup altéré l’ensemble des décors de marbre du bassin. Le groupe sculpté sommital Latone et ses enfants ayant de plus été abîmé par un acte de vandalisme, il a été mis à l’abri en 1989 et remplacé par une copie en poudre de marbre. Il a été restauré en 2012 et présenté dans l’exposition Versailles et l’Antique (novembre 2012 – mars 2013).Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles

Une restauration nécessaire

De couleurs chatoyantes et lisses à l’origine, les marbres de parement étaient ternis et brisés en plusieurs endroits, victimes des problèmes d’étanchéité dont souffrent les vasques du bassin. Ils ont été déposés à l’été 2013 et transportés à l’atelier de restauration de marbre. Cela permettra en parallèle aux maçons de consolider le système de fixation des marbres et de reprendre l’étanchéité des vasques du bassin. Les marbres seront remontés sur le bassin de Latone à la fin du chantier.

Les ajutages en cuivre sont mis en place dans les gueules des sculptures, puis les paysans, les lézards, les grenouilles retrouvent leur palce dans le bassin de Latone.Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles

Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles

Les sculptures du bassin de latone sont hydrogommées, les dépôts et les traces de l’ancienne dorure laisse place àla couleur grise du plomb. Chaque sculpture reçoit plusieurs couches de peinture anti corrosive. Les restauratrices appliquent successivement une couche de peinture anti rouille, une couche depeinture à l’eau blanche, et une couche de peintureà l’huile jaune.

Le groupe sculpté de Latone avant Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles

Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles

L’ancien moulage du groupe sculpté de Latone étant trop endommagé, un nouveau moulage du groupe sculpté est réalisé en poudre de marbre. L’ancien moulage du groupe sculpté de Latone est entreposé en réserve aprs 40 années de loyaux services.

Le lundi 18 mai 2015, a eu lieu l’inauguration du bassin et des parterres de Latone.Restauration du Bassin de Latone Château de Versailles

Le mécène

La restauration du Bassin de Latone a été possible grâce au mécénat. le mécène est la Fondation PHILATROPIA Lombard Olivier.

La Fondation Philanthropia couvre tous les domaines d’intervention de l’action humanitaire et sociale (représentant 47% des dons en 2012), à la culture et l’éducation (37%), et de la recherche médicale et scientifique (10%) à l’environnement (6%).

À titre d’illustration, le Fonds thématique « Humanitaire et social » s’est engagé en 2012 à appuyer l’action menée par SOS Sahel, pour renforcer leurs actions face à la crise alimentaire et à la désertification de cette région de l’Afrique. Le Fonds thématique « Recherche médicale et scientifique » a soutenu, pour sa part, l’Institut Pasteur dans le développement d’un vaccin thérapeutique contre le cancer.

En parallèle, une quinzaine de Fonds abrités ont poursuivi leur action dans les domaines d’intervention choisis par les donateurs, comme le soutien à une campagne globale contre le trafic d’espèces animales menacées ou l’octroi de bourses universitaires aux étudiants de la Faculté de médecine de l’Université de Genève.

Depuis sa création en 2008, la Fondation Philanthropia s’est engagée pour plus de 17 millions de francs suisses auprès de quelque cinquante organisations.

Sources : Crédit photos : EPV Thomas Garnier Christian Millet Gilles Truyens Virginie Marty 

http://latone.chateauversailles.fr/

© Tous droits réservés, Visites guidées.net, © 2009-2017. Site optimisé pour Mozilla Firefox, Google Chrome et Internet Explorer 7+