Paris autrement

Paris autrement

Blog principalement consacré à Paris, ville touristique qui a la réputation d'être la plus belle ville du monde. Vous découvrirez également un Paris pittoresque, insolite et secret : ce sont des endroits souvent méconnus des Parisiens. Sans oublier la région Ile de France.

 "Ajoutez deux lettres à Paris : c'est le Paradis." Jules Renard

Le mur murant Paris, rend Paris murmurant    Anonyme

Paris se visite le nez en l'air  :   http://www.parislenezenlair.fr/ 

J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire

                       

  Chaque article où ce logo apparaît fait l'objet d'un dépôt chez un huissier de justice

Les écrits et les photos  de ce blog ne sont pas libres de droit. Ils ne peuvent être utilisées, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur.

" L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial " Article L111-1 du code de la propriété intellectuelle

Bien faire et laisser braire

Catégorie: Paris 08 anecdotes et Paris insolite

Les Champs Elysées

Les Champs Elysées

 

Les insolites des Champs Elysées

 

Les Champs comme on les a jamais vus !

Champs Elysées

*Juste devant le poteau des feux, il y a un minuscule espace, c’est de là, sur le socle ou sur ce petit espace, que les photographes prennent les photos.

 

Le 1er janvier 2014, les Champs-Élysées sont devenus piétonniers de 11h30 à 15h, les Champs-Élysées, entre la Place de la Concorde et la station Champs-Élysées-Clemenceau pour accueillir une parade autour du thème du cirque.

 

Un évènement exceptionnel !
En effet c’est une première à Paris, nous n’avons jamais vu les Champs Elysées sans voitures.

L’avenue des Champs-Élysées ou simplement les Champs-Élysées, parfois même les Champs pour nous autres parisiens, qui la considérons comme la plus belle avenue du monde.

Elle débute place de la Concorde et finit place Charles de Gaulle, anciennement place de l’Etoile. Elle s’étend sur 1910 mètres, d’est en ouest. La place Charles de Gaulle est située au sommet de la butte de Chaillot (ce qui explique le dénivelé entre les deux extrémités), au centre de laquelle se trouve l’Arc de triomphe.

Champs Elysées

*Comme vous le voyez sur la photo, les Champs montent légèrement vers l’Arc de Triomphe.

 

Sa largeur est de 70 mètres,30 mètres sont occupés par une 2×4 voies, tandis que le reste accueille deux trottoirs de 20 mètres chacun.
L’avenue des Champs offre une longue perspective, imaginée par Le Nôtre, qui s’aligne depuis la statue équestre de Louis XIV dans la cour Napoléon du Louvre, l’arc de triomphe du Carrousel, le jardin des Tuileries, l’Obélisque, l’arc de triomphe de l’Étoile, et plus loin à l’ouest, en dehors de Paris, l’arche de la Défense. Il s’agit de l’axe historique de l’ouest parisien.

Il faut imaginer qu’à l’origine, les Champs-Élysées n’étaient que des terrains marécageux et inhabités.
Marie de Médicis décide d’y faire aménager au-delà du palais des Tuileries, le long de la Seine,
une longue allée bordée d’ormes et de tilleuls : le cours la Reine est ouvert en 1616, il s’inspire de la promenade florentine des Cascine.

Champs Elysées

*Sur des socles dessinés par le peintre David, les groupes de chevaux en marbre exécutés par Guillaume Coustou pour l’abreuvoir du château de Marly. 
Louis XIV chargera, vers 1670, André Le Nôtre de poursuivre l’aménagement de ces terrains. Le célèbre jardinier du roi trace la perspective depuis le pavillon cnetral du palais des Tuileries. 

 

Pêle mêle

C’est par l’avenue que s’effectue, le 15 décembre 1840, le retour des cendres de Napoléon Ier, devant 100 000 spectateurs.

Les Champs-Élysées ont longtemps mauvaise réputation : c’est un lieu de médiocres guinguettes qui attirent de mauvais garçons, des prostituées et même des brigands.

L’avenue Montaigne était l’allée des Veuves.

Cours la Reine, qui suit le tracé de la Seine, on peut jouer aux quilles, à la paume ou aux barres.

Sous la Révolution française. C’est par les Champs-Élysées que passe le cortège de mégères qui, le 5 octobre 1789, sous la conduite de Théroigne de Méricourt et de Reine Audu, se dirige vers Versailles pour ramener la famille royale à Paris. C’est aussi par cette avenue que la famille royale est ramenée dans Paris le 25 juin 1791 après la fuite à Varennes, entre deux haies de gardes nationaux qui rendent les honneurs la crosse en l’air.
 
Sous la Terreur, la place de la Concorde est le théâtre des exécutions capitales.

En 1804, la veille du sacre de Napoléon Ier, Philippe Lebon, inventeur du gaz d’éclairage, est assassiné dans un fourré des jardins des Champs-Élysées.

Champs Elysées

 La place de la Concorde, sans voitures, c’est exceptionnel.

Statues des villes de France place de la Concorde Princesse Clémentine et Juliette Drouet

Statues des villes de France place de la Concorde Princesse Clémentine et Juliette Drouet

 

Place de la Concorde

Paris 8ème

 

Deux grâces sculptées dans la pierre

 

Les traits de deux célébrités féminines sont reproduits anonymement dans la pierre :
Juliette Drouet …

IMG_1104 bis BIS

… et la Princesse Clémentine

IMG_1083

 

Les statues de Paris évoquent souvent des personnes célèbres de l’histoire de France. La ressemblance avec le modèle original est voulue. Mais il arrive parfois que les sculpteurs se permettent de petites facéties.
Ainsi, dans le paysage de la capitale, sous les traits de statues impersonnelles, il faut reconnaître des personnalités féminines…

Place de la Concorde, les huit statues qui ponctuent la place datent de 1838. Elles représentent les principales villes de France : Lille, Strasbourg, Nantes, Bordeaux, Marseille, Lyon, Brest, et Rouen.

IMG_1157 bis

* Strasbourg (Juliette Drouet). Derrière, c’est le jardin des Tuileries.

 

Elles se répartissent selon leur situation géographique en France.
Les figures se ressemblent toutes et à première vue rien ne permet de les distinguer…
Et pourtant! Sous les traits de la statue de Lille il faut reconnaître la princesse Clémentine d’Orléans, fille de Louis-Philippe.

IMG_1077 bis
La statue de Strasbourg reproduit les traits de l’actrice Juliette Drouet, célèbre maîtresse de Victor Hugo.

IMG_1089 bis BIS

 

Princesse Clémentine, fille du roi Louis Philippe

IMG_1129 bis

 

Juliette Drouet, maîtresse de Victor Hugo

IMG_1140 BIS

 

Ces deux sculptures sont de James Pradier.

IMG_1113

*Derrière, l’ex Ministère de la Marine, et ex Musée de la Marine

IMG_1093 bis BIS

Juliette Drouet et la Princesse Clémentine d’Orléans, fille du roi Louis Philippe

a juliette 2                            clémentine

 

Sources :  secrets de Paris

Cadran solaire place de la Concorde

Cadran solaire place de la Concorde
Place de la Concorde
Paris 8ème

 

« Faire de la Concorde une immense horloge publique :

le rêve d’un astronome, d’un architecte et d’un géographe »

 

Avez-vous déjà remarqué ces chiffres romains sur le sol, place de la Concorde ? Il s’agit d’un cadran solaire.

IMG_9904 bis

L’obélisque place de la Concorde sert de gnomon (aiguille) au plus grand cadran solaire du monde !

L’obélisque qui trône au beau milieu de la place de la Concorde a été offert à la France par Mehmet Ali en 1831. Il a été installé place de la Concorde le 25 ctobre 1836 en présence du roi Louis-Philippe. c’est l’un des deux obélisques construits par Ramsès II à l’entrée du temple de Louxor.
Il est devenu depuis 1999 de façon confidentielle le plus grand cadran solaire au monde.

IMG_1163

En 1913 l’astronome Camille Flammarion, fondateur de la Société astronomique de France, proposa à la Ville de Paris de tracer place de la Concorde le « plus vaste cadran solaire du monde » en se servant de l’obélisque comme gnomon. Il voulait graver les inscriptions correspondantes sur le sol de la place. Mais la guerre de 1914 a mis fin au projet.
En 1938, Daniel Roguet, l’architecte de l’observatoire de Juvisy, reprend l’idée de Flammarion et les travaux reprennent en 1939. Mais encore une fois les travaux furent interrompus par la Seconde Guerre mondiale.

Quelques traces sont toujours visibles aujourd’hui. Au pied de l’obélisque, côté rue Royale, cinq lignes ont été creusées dans le sol de la chaussée. L’une d’elle possède toujours sa structure métallique d’origine.

IMG_1176 bis

*La structure métallique d’origine

IMG_1168 bis

Le projet a finalement abouti plus de cinquante ans plus tard sous la houlette de Philippe de la Cotardière et Denis Savoie. Le cadran solaire a été inauguré le 21 juin 1999.

Les lignes du cadran partent du pied de l’obélisque, traversent la chaussée sous forme de lignes de plots en bronze et aboutissent sur les terre-pleins de la place. A leur extrémité, des chiffres romains, qui vont de VII à XVII marquent l’heure solaire.

IMG_9899 bis

Au cours de la journée, l’extrémité de l’ombre de l’obélisque parcourt la place de la Concorde d’Ouest en Est, depuis le lever jusqu’au coucher du Soleil. Très longue le matin, elle se raccourcit pour devenir la plus courte à midi au Soleil, puis s’allonge de plus en plus dans l’après-midi. Lorsque la pointe de l’ombre passe sur une ligne horaire, matérialisée sur le sol, il suffit de lire l’heure indiquée à l’extrémité de la ligne.

sources : paris méconnu Editions Jonglez, complément Société astronomique

Je ne suis pas convaincue par ce cadran solaire,  je suis allée place de la Concorde à différents moments de la journée, je n’ai jamais vu l’obélisque pointer sur les chiffres. J’ai cru  comprendre que cela ne fonctionne qu’à certaines dates :  21 juin, solstice d’Eté, 23 Septembre, équinoxe d’hiver, 22 décembre, solstice d’hiver, 20 mars, équinoxe de Printemps.

Ministère de la Marine

Le ministère de la Marine
2 Rue Royale
Paris 8ème
architecte Jacques Ange Gabriel
Métro Concorde

Le ministère de la Marine … n’existe plus…

 

L’entrée du ministère de la Marine se situait au 2 rue Royale, une plaque au-dessus de la porte en témoigne.

Ministère de la Marine

 
Le bâtiment place de la Concorde, réplique de l’hôtel de Crillon, abritait le ministère de la Marine.

Ministère de la Marine

* à gauche, la rue Royale, entrée du ministère,  à droite la rue Saint Florentin où se situait l’entrée des appartement du ministre de la Marine 

 

« Si l’on est amateur de politique française et que l’on décortique la liste du gouvernement, on observe que ce  ministère n’exite pas, ou plutôt n’existe plus! » En effet, c’est bien ici qu’il se situait de 1806 à 1961.

Logé dans l’un des deux palais Gabriel, architecte préféré de Louis XV, le ministère de la Marine succèdera, après la Révolution, au Garde-meuble de la Couronne.

Ministère de la Marine

Le Garde-meuble de la Couronne était un endroit symbolique, royal, à la charge très prisée. On y trouvait évidemment des meubles de qualité, mais aussi des armes, et les fabuleux joyaux de la Couronne. Il fut pillé à la Révolution; dépossédé de ses fonctions, il fallait lui trouver une nouvelle fonction et on y implanta le ministère de la Marine, ainsi que le logement de fonction du ministre de tutelle.

Le bâtiment change de nom et devient le l’Hôtel de la Marine et le ministre prend possession dès 1797 de ses nouveaux appartements dont l’entrée se situe 1 rue Saint Florentin à l’angle de la place de la Concorde.

Le nom est encore apposé en lettres dorées sur une plaque de marbre noir  au-dessus le la porte d’entrée : « Ministre de la Marine ».

Ministère de la Marine

* Une plaque de marbre est apposée au dessus de l’entrée des anciens appartements du Ministre, rue St Florentin.
Après la Seconde Guerre mondiale, le ministère de la marine sera « rétrogradé » en Secrétariat d’Etat jusqu’à sa suppression définitive en 1961.

Les locaux ont accueilli par la suite les cabinets des ministères de l’Information, de la Recherche, de l’Environnement  et de la Culture, les différents ministres occuperont les locaux de la rue Saint-Florentin.

Enfin, en 1977, le Premier Ministre Raymond Barre ordonnera la restitution des bâtiments à la Marine nationale qui l’occupait jusque maintenant sans ministre et sans ministère…

Numérotation des habitations à Paris : des chiffres peints

Place de la Concorde
Paris 8ème
Métro Concorde

Des chiffres peints sur les murs de Paris

Le saviez-vous?
Le numérotage des habitations dans les rues de Paris, toujours en vigueur aujourd’hui, date de 1805.

IMG_9914 BIS

On doit cette numérotation au préfet Frochot. Il classa les rues en parallèle  et perpendiculaire à la Seine, le numérotage se faisant dans le sens du fleuve pour les rues parallèles, et en partant du fleuve pour les rues perpendiculaires.
Dans les deux cas, les numéros pairs étaient à droite et les impairs à gauche.

Pour familiariser les habitants à ce nouveau procédé, il fut décidé de peindre sur la façade des habitations les numéros des rues parallèles en rouge sur fond jaune, et ceux des rues perpendiculaires en noir sur fond jaune.
Une peinture de l’éppoque en témoigne.

IMG_0909 BIS_DxOVP

*Les chiffres sont indiqués par une flèche    Peinture de Boilly, Paris, Musée du Louvre

 

Toujours selon le décret le numérotage devait être effectué à l’huile et serait à la charge de la Commune de Paris, mais que son entretien et son éventuel remplacement serait à la charge du propriétaire du logement. Fort heureusement il reste dans la capitale quelques plaques en couleur, régulièrement restaurées.

IMG_9918 BIS_DxOVP

Le préfet Rambuteau fera évoluer le système en 1847. Ce sont désormais de petites plaques en porcelaine émaillée qui habillent  les entrées des immeubles. Les chiffres sont blanc sur fond bleu.

IMG_9916 BIS

 

© Tous droits réservés, Visites guidées.net, © 2009-2017. Site optimisé pour Mozilla Firefox, Google Chrome et Internet Explorer 7+