Paris autrement

Paris autrement

Blog principalement consacré à Paris, ville touristique qui a la réputation d'être la plus belle ville du monde. Vous découvrirez également un Paris pittoresque, insolite et secret : ce sont des endroits souvent méconnus des Parisiens. Sans oublier la région Ile de France.

 "Ajoutez deux lettres à Paris : c'est le Paradis." Jules Renard

Le mur murant Paris, rend Paris murmurant    Anonyme

Paris se visite le nez en l'air  :   http://www.parislenezenlair.fr/ 

J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire

                       

  Chaque article où ce logo apparaît fait l'objet d'un dépôt chez un huissier de justice

Les écrits et les photos  de ce blog ne sont pas libres de droit. Ils ne peuvent être utilisées, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur.

" L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial " Article L111-1 du code de la propriété intellectuelle

Bien faire et laisser braire

Archives pour janvier, 2009

Les Champs Elysées Paris

L’avenue des Champs Elysées, ou tout simplement les Champs Elysees, (pour nous les parisiens c’est les Champs), est la plus belle avenue de Paris. Selon une expression courante en France, c’est le plus belle avenue du monde. Et c’est tellment vrai, surtout en ces périodes de fêtes.

Elle débute place de la Concorde, pour finir à l’Arc de Triomphe, place de l’Etoile,  et  mesure 1910 de long. C’est une belle balade à faire,(là le nombre de kilomètres s’allonge) à partir de la cour Napoléon du Louvre : c’est tout droit depuis la pyramide, passer sous l’arc de triomphe du Carrousel, passer par le jardin des Tuileries, place de la Concorde, puis les Champs. 

La grande roue du jardin des Tuileries, l’Arc de Triomphe, la pyramide du Louvre et l’arc de Triomphe du Carrousel sont dans un alignement parfait.

Charlotte Gainsbourg, en compagnie du maire de Paris Bertand Delanoë, a illuminé les Champs le 24 novembre 2009. Les illuminations seront visibles jusqu’au 10 janvier 2010.

Du haut de ses 60 mètre, la grande roue illuminée domine la place de la Concorde jusqu’au 20 janvier.

Les 400 arbres de l’avenue sont illuminés de plus d’un million de points lumineux. Comme l’année dernière, grâce aux nouvelles technologies, la mise en lumière est économique et s’insrit dans le développement durable.
La consommation totale d’électricité est passée de 570 000 KW en 2006 à moins de 50 000 KW prévus en 2009. Le budget est passé à 8 000 euros, contre 60 000 les années précédentes.  

Illuminations à Paris Boulevard Haussmann

Chaque année à Paris, le Boulevard Haussmann se pare de belles couleurs grâce aux illuminations des grands magasins, les Galeries Lafayette et le Printemps, et leurs vitrines animées émerveillent petits et grands.

* façades des Galeries Lafayette maison

La dépense pour les illuminations des façades des Galeries Lafayette  est de un million d’euros, toutefois ces magasins réalisent un quart de leur chiffre d’affaires pendant les fêtes de fin d’année.

C’est l’artiste Valério Festi qui a créé cette dentelle de lumière de 2123 m2 qui illumine la façade du
magasin. Les Galeries Lafayette, créées par Théophile Bader et Alphonse Kahn, ont ouvert en 1894.
* les Galeries Lafayette

L’actrice Elsa Zilberstein a donné le coup d’envoi des illuminations des Galeries le 5 novembre 2009 à 17h30.  

Place Vendôme Paris

PlaceVendôme 
Cette place, véritable joyau de Paris, est sortie tout droit de l’imagination de Louis XIV.

A l’époque Paris était essentiellement constitué de rues étroites, il y avait
peu d’espaces ouverts. La place Vendôme, au contraire, forme un espace de liberté où l’on peut respirer, de même que la place de Grève (l’actuelle place de l’hôtel de ville), ou la place Royale
(la place des Vosges).
Le roi soleil souhaitait quelque chose de grandiose et magnifique. Il a pris conseil auprès de l’architecte Jules Hardouin-Mansart et de Louvois, superintendant des bâtiments Arts et Manufactures.

http://francine.o2switch.net/wp-content/uploads/2009/01/30aykn7.jpg

Louis xiv acquiert l’hôtel du duc de Vendôme en 1685 : la superficie du
domaine est de 800 hectares. Le projet initial qui prévoyait une architecture rigoureuse et l’implantation d’institutions royales a échoué ; Louis XIV a finalement cédé gratuitement les
terrains à la ville de Paris le 7 avril 1699, à condition de réduire les dimensions initiales de la place, et que les dessins des façades soient conservés.

http://francine.o2switch.net/wp-content/uploads/2009/01/t7gwvk.jpg

La place Vendôme est le symbole de la monarchie absolue, et les foires du royaume s’y déroulent, ainsi que les mariages royaux.Les plus grosses fortunes s’y installent : le banquier John Law l’inventeur du papier monnaie, en 1718. Sa renommée devient mondiale, et aujourd’hui les plus grands bijoutiers y sont installés.

Tombe la neige

Un petit moment de détente avec mon chat persan, Tibili  des Bords de l’Orge, fasciné par les flocons. Il
est resté un moment dimanche matin à la fenêtre de la cuisine, à regarder la neige tomber.

A croire qu’il n’avait jamais vu la neige.

 

Bourse du Commerce Paris

La Bourse du Commerce et la colonne Médicis

Paris 1er

 

Ce bâtiment circulaire surmonté d’une coupole se situe dans le quartier des Halles, près
de l’église St Eustache

Sur ce site  s’élevait au XIIè s. l’hôtel de Nesle. Blanche de Castille, mère de St-Louis, y mourut en 1252. Catherine de Médicis en 1591, y fait construire l’hôtel de la Reine qui s’appellera par la suite hôtel Soissons. Il n’en subsiste qu’une colonne haute de 30 m qui servait d’observatoire astronomique à Catherine de Médicis.

*la Bourse du Commerce et le Jardin des Halles.

L’hôtel fut rasé en 1748 et sous Louis XVI, la Halle aux Blés est élevée par le prévôt des Marchands : Pontcarré de Viarmes. Les bateaux chargés de grains arrivaient par la Seine, toute proche.
L’activité de la Halle aux blés ne  cessait de diminuer,  et fut fermée en 1873. Le bâtiment fut attribué en 1885 à la Chambre de commerce, qui le fit transformer en Bourse de Commerce par l’architecte Henri Blondel. Il construisit  l’édifice actuel, de forme circulaire et surmonté d’une coupole en verre. L’ensemble fut inauguré le 24 septembre 1889.

La ville de Paris a transféré la propriété du bâtiment à la Chambre de Commerce, pour un
franc symbolique, en 1949.

* photos prises à une semaine d’intervalle

De nombreux marchés à terme fonctionnèrent à la Bourse de Commerce depuis ses débuts, d’abord sous le contrôle de syndicats professionnels. Il y eut ainsi ceux des blés, seigles et avoines,
farines, huiles, sucres, alcools et caoutchoucs. Sucre blanc, cacao, café (conjointement avec Le Havre), pomme de terre (avec Tourcoing), tourteau de soja, colza y furent traitées par lots à la criée.

Avec l’informatisation des marchés à terme, l’activité boursière de marchandises prit fin en 1998 à la Bourse de Commerce de Paris.

La coupole et le décor sont classés monument historique depuis 1986. D’importants travaux de restauration ont été exécutés en 1989.

La quasi totalité du monument est aujourd’hui occupée par la Chambre de Commerce et
d’industrie de Paris. La ville le gère et y propose, notamment, des services à l’aide et à la création d’entreprises et organise des expositions dans l’espace sous la coupole.

© Tous droits réservés, Visites guidées.net, © 2009-2017. Site optimisé pour Mozilla Firefox, Google Chrome et Internet Explorer 7+