Paris autrement

Paris autrement

Blog principalement consacré à Paris, ville touristique qui a la réputation d'être la plus belle ville du monde. Vous découvrirez également un Paris pittoresque, insolite et secret : ce sont des endroits souvent méconnus des Parisiens. Sans oublier la région Ile de France.

 "Ajoutez deux lettres à Paris : c'est le Paradis." Jules Renard

Le mur murant Paris, rend Paris murmurant    Anonyme

Paris se visite le nez en l'air  :   http://www.parislenezenlair.fr/ 

J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire

                       

  Chaque article où ce logo apparaît fait l'objet d'un dépôt chez un huissier de justice

Les écrits et les photos  de ce blog ne sont pas libres de droit. Ils ne peuvent être utilisées, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur.

" L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial " Article L111-1 du code de la propriété intellectuelle

Bien faire et laisser braire

Archives pour novembre, 2009

Tour Montparnasse Paris

La tour Montparnasse, ou tour Maine Montparnasse 14ème arrondissement de Paris.
C’est le bâtiment le plus élevé de France, et le point de repère des parisiens.
Hauteur : 209 ou 210 mètres, poids 150 000 tonnes, superficie 120 000 m2, 6 niveaux souterrains, 59 étages. Une terrasse offre une vue panoramique sur Paris et par temps clair on aperçoit l’aéroport d’Orly distant de 13,5 km à vol d’oiseau.

Un ascenceur atteint le 56ème étage en seulement 38 secondes soit 5 mètres par seconde. 

* la tour vue depuis le jardin du Luxembourg

420 000 m3 de gravats ont été déblayés, et les fondations sont constituées de 56 piliers en béton armé qui s’enfoncent à 70 mètres sous terre. 

La tour s’insère dans le prologement de l’axe du palais de chaillot, du Trocadéro, la Tour Eiffel, le Champ de Mars et l’Ecole militaire vers le quartier de la Défense.
Elle a été contruite entre 1969 et 1973 à l’emplacement de l’ancienne gare Montparnasse par les architectes Jean Saubot, Eugène Beaudouin, Urbain Cassan et Louis Hoym de Marien.
L’inauguration a eu lieu  en 1973.

36 Quai des Orfèvres Paris

Le Palais de Justice et le célèbre 36 Quai des Orfèvres

Le bâtiment situé dans l’île de la cité est aussi appelé la « maison pointue » à cause de son clocheton.
 
* au fond le pont Saint Michel relie l’île de la cité à Paris et les tours de Notre Dame

La brigade criminelle, « la crim » comme elle est nommée dans des centaines de films, est l’héritière du service de la sûreté, et a été créée par décret du 29 juin 1912.
A ce moment là, elle n’était que la première section d’une brigade de plus de 300 policiers.
La 2ème section était charger de réprimer les vols, la 3ème avait la charge des escroqueries, abus de confiance, fausee monnaie,…  

La crimm a été crée le 1er décembre 1924, elle s’appelait Brigade spéciale N°1, et occupait déjà les locaux actuels : escalier A, 3ème et 4ème étages.Cette adresse mythique a inspiré nombre d’écrivains et de cinéastes.
Un film célèbre, « quai des orfèvres, de Henri- Georges Clouzot porte son nom, Louis Jouvet y joue le rôle d’un viel inspecteur proche de la retraite.


* le 36 Quai des Orfèvres côté sud, au fond le Pont Neuf

Toutefois le 36 Quai des orfèvres a été rendu célèbre en 1930 par Georges Simenon : alors journaliste, il a gravi maintes fois les 148 marches recouvertes d’un vieux linoléum noir menant aux bureaux de « la crim ».

Le patron de l’époque, Mr Nicolle, fumait la pipe et devint le modèle du commissaire Maigret sans le savoir.

«Le personnage du commissaire Maigret constitue d’ailleurs le plus grand faux de l’histoire de la brigade», raconte le doyen d’âge de «la crim», Maurice Gouny. Toutefois Simenon a immortalisé cette brigade dont bizarement de nombreux patrons
fumaient la pipe.

 

Notre Dame de Paris

Notre Dame de Paris

Contruite au plein cœur de l’île de la Cité, se trouve le joyau gothique de Paris : la cathédrale Notre Dame. Elle est située l’extrémité de l’île de la cité, centre historique de Paris, près des berges de la Seine, dans le 4ème arrondissement.
Sa construction, commencée en 1163, dura plus de deux siècles. De style gothique primitif, elle présente une imposante façade avec ses deux tours de 69 mètres. C’est dans la tour de droite que se
trouve Emmanuel, un bourdon de 13 tonnes et donne le dièse. Ce bourdon du XVe siècle fut refondu en 1681 sur ordre de Louis XIV qui lui donna le nom d’Emmanuel.  


Ce gigantesque édifice peut accueillir 9000 fidèles. Ornée de sculptures et de gargouilles, Notre Dame est aussi célèbre pour ses vitraux comme cette superbe rose de 13 mètres de diamètre et formée de 32 000 morceaux de verre. La flèche s’élève à 90 mètres.

Les coches d’eau Paris

Les coches d’eau

L’eau est le plus ancien mode de transport, utilisé bien avant l’invention de la roue.
La corporation des nautes lègue d’ailleurs à la capitale son sceau et sa devise « Fluctuat nec mergitur ».
Au Moyen Age déjà, la Seine représente la première voie commerciale de la France du Nord, et un « corbilliat », ou coche d’eau, assure la navette entre Paris et Corbeil.
Sous l’influence de Colbert, soucieux de développer la batellerie en France, Louis IVX  accorde en 1665 des lettres patentes qui fixent précisément les conditions de transport des passagers.
Ils ne devaient pas être plus de 16, et « pour prévenir les difficultés et les querelles, les salaires des bachoteurs étaient réglés par le prévôt des marchands et les Echevins, avec défense d’exiger de plus forts droits, de jurer ni de blasphémer, d’insulter ni injurier par parole ou par voie de fait les bourgeois ou autres, soit sur les ports, soit dans les bachots… »
En 1754, les galiotes reliaient quotidiennement le Pont Royal à Sèvres et Saint Cloud, pour 5 sols par personne.


*source : Paris intra-muros
Au XVIIe et au XVIIIe siècles, le coche d’eau était un moyen de transport fluvial utilisé par les voyageurs. Des services réguliers existaient sur la plupart des rivières navigables et des canaux.

Aujourd’hui, le terme est associé au développement touristique et aux promenades fluviales et circuits nautiques comme les croisières sur la Seine. 
 

Armoiries actuelles de Paris

 

Le Petit Pont Paris

C’est le plus petit pont de Paris, il est donc appelé tout simplement le Petit Pont.
Attention en passant dessous, il s’est déjà écroulé 13 fois!…

Longueur 32 m  largeur : 20 mètres
Il se situe sans doute à l’endroit où furent construits au dessus de la Seine les premiers ouvrages d’art. Ainsi dans la Guerre des Gaules, Jules César évoque un pont à 5 arches.
Au Moyen Age en 1185, un premier pont construit avec des piles de pierres, il est détruit en 1196.
Plusieurs ouvrages se succèdent alors, tout à tour emportés par les crues ou les glaces.
Le roi Charles V fait construire entre 1394 et 1406 un ouvrage à 3 arches, Raymond du Temple, « archer de la garde et maçon du Roi », en est l’architecte.
Hélas, à peine achevé, après quelques mois il est empporté par les flots.

*Notre dame de Paris
Rétabli entre 1409 et 1416, il est offert à la ville de Paris par Charles VI. Ce pont se maintiendra tant bien que mal jusqu’à la fin du XVII ème siècle.
Les crues successives le dégradent,  et il est totalement détruit par un incendie en 1718, aisi que les maisons alignées dessus.

En 1719, il est remplacé par un pont à 3 arches, sans habitations.
Avec la transformation du petit bras de la Seine en voie navigable il faut remplacer le pont : les arches sont trop étroites.
Un pont à l’arche unique, en maçonnerie et à portée de 31 mètres, est construit, c’est le pont actuel : commencé en 1852, il est mis en service fin 1853 (constructeur : Gariel).

© Tous droits réservés, Visites guidées.net, © 2009-2017. Site optimisé pour Mozilla Firefox, Google Chrome et Internet Explorer 7+