Paris autrement

Paris autrement

Blog principalement consacré à Paris, ville touristique qui a la réputation d'être la plus belle ville du monde. Vous découvrirez également un Paris pittoresque, insolite et secret : ce sont des endroits souvent méconnus des Parisiens. Sans oublier la région Ile de France.

 "Ajoutez deux lettres à Paris : c'est le Paradis." Jules Renard

Le mur murant Paris, rend Paris murmurant    Anonyme

Paris se visite le nez en l'air  :   http://www.parislenezenlair.fr/ 

J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire

                       

  Chaque article où ce logo apparaît fait l'objet d'un dépôt chez un huissier de justice

Les écrits et les photos  de ce blog ne sont pas libres de droit. Ils ne peuvent être utilisées, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur.

" L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial " Article L111-1 du code de la propriété intellectuelle

Bien faire et laisser braire

Archives pour mai, 2012

Tour Velleda Vallée aux Loups

Tour Velleda Vallée aux Loups

 

La tour est nichée dans  la forêt, à proximité de la maison.Chateaubriand y avait installé son bureau et sa bibliothèque.
 Elle tire son nom du nom de ml’héroïne de son roman Les Martyrs.

 

« La  tour Velleda était un peu la garçonnière de Chateaubriand » par Jean d’Ormesson biographe de Chateaubriand.


– J. d’O : « Les « Madames », c’étaient les amies, les maîtresses de  Chateaubriand, appelées ainsi par Mme Chateaubriand, venaient souvent ici voir le génie en train d’écrire.


-Il ne se passait que ça, on regardait le génie écrire, ou c’était un lieu un peu plus coquin?


– J. d’O : C’est très difficile à dire. Je pense que Chateaubriand est un homme qui a eu des  aventures sentimentales innombrables. Il  n’était pas vraiment un homme à femmes; je crois
que les femmes se jetaient sur lui plutôt que l’inverse, et il y a une grande différence entre Hugo et lui. Hugo tout jeune écrit sur son cahier d’écolier : « être Chateaubriand ou rien ». 

 

Pour dire les choses un peu brutalement je dirais que Hugo était un baiseur et Chateaubriand était un séducteur;  c’était un séducteur et notamment ave la plus grande passion de sa vie qui
est juliette Récamier.

Quand il meurt elle coupe une mèche des cheveux du génie pour la garder et elle meurt l année d’après. » (Chateaubriand meurt le 4 juillet 1848, Mme Récamier le 11 mai 1849.

Tour Velleda

La femme de Chateaubriand, Céleste, est une personne très attachante évidemment elle aimait son grand homme et Chateaubriand ne l avait jamais aimé; il l’ avait épousée par erreur ou par
distraction. Elle n était absolument pas jolie, Juliette Récamier était la plus belle femme de son temps ».


« Il l’a épousée pour des raisons économiques au retour se son voyage en Amérrique, mais quelques semaines après il a émigré en Angleterre pendant très longtemps si bien qu’elle se dit avec une
formule assez frappante « veuve d’un vivant ». « *  


Parmi les objets récupérés après sa mort, il y a une chose extrêmement précieuse et délicate,  dans son leur emballage d’époque, avec des inscriptions pour identifier l objet : c’est une
mèche de cheveux retenus par un petit flot, et une branche de verveine extraite de sa couronne mortuaire de Chateaubriand.

 

C’est très mouvant de voir ette mèche de cheveux, il s’git certainement de la mèche que Juliette Récamier a coupé quand son amant est mort.

 

Sources : France 3

 

Je ne sais pas si la tour Velleda est ouverte au public. Je suis allée à la Vallée aux Loups lundi, et en France les musées sont fermés ce jour là. Donc vous ne verrez pas encore de photos de
l’intérieur de la maison de Chateaubriand.

 

 

François René Chateaubriand 1768 1848

Juliette Récamier 1777 1849  

Céleste Chateaubraind 1774 1847

 

*Jean-Claude Berchet biographe de Chateaubriand, qui vient de sortir un ouvrage « Chateaubriand biographie » chez Gallimard. Il est Professeur honoraire à la Sorbonne Nouvelle Paris III .

Vallée aux loups Maison de Chateaubriand

La maison de Chateaubriand à la Vallée-aux-Loups

 

Napoléon a exilé Chateaubriand à « au moins deux lieues de Paris ». La cause de la colère de l’empereur : un article qu’il a écrit dans le « Mercure de France », son journal, où il dénonce le
despotisme impérial. C’est dans ces circonstances que Chateaubriand achète, le 22 août 1807, le domaine de la Vallée-aux- Loups, situé dans le hameau d’Aulnay.

 Vallée aux loups maison de Chateaubriand

La Vallée-aux- Loups plait immédiatement à Chateaubriand. Il écrit en 1811, dans ses Mémoires d’Outre- Tombe : « À mon retour de la Terre Sainte, j’achèterai près du hameau d’Aulnay une maison de
jardinier, cachée parmi les collines couvertes de bois. Le terrain inégal et sablonneux descendant de cette maison n’était qu’un verger sauvage au bout duquel se trouvaient une ravine et un
taillis de châtaigniers. Cet étroit espace me parut propre à renfermer mes longues espérances… »

 Vallée aux loups maison de Chateaubriand

Chateaubriand fait entreprendre des travaux de réparation dans la maison, et s’y installe avec son épouse.


À la Vallée-aux-Loups, Chateaubriand écrit, mais pas seulement. Il se livre à sa passion : le jardinage. Il met ainsi en accord ses aspirations et sa vie quotidienne. Chateaubriand prend plaisir
à créer le parc de la Vallée-aux-Loups, guidé par ses souvenirs et ses voyages.

 

Au fil du temps, le parc s’enrichit de nouvelles plantations, le maître plante des essences qui sont autant de souvenirs de ses voyages. Chateaubriand ne verra pas grandir ses petits arbres
jusqu’à leur maturité, car la Restauration lui est plus hostile que l’Empire.

 

Déchu de ses fonctions de ministre, il se retrouve dans une situation financière catastrophique. Le domaine de la Vallée-aux-Loups est mis en adjudication.

 Vallée aux loups maison de Chateaubriand

*L’aile du duc de Montmorency. Cette partie n’est pas classée aux monuments historiques. 

 

En 1817 Chateaubriand vend la maison à Mathieu de Montmorency, ami de Juliette Récamier, qui va l’occuper; c’est un amoureux platonique, c’est aussi l’ami et le rival de Chateaubriand puisqu’il
dit à Juliette : « je vous prie de ne pas trop recevoir l’ancien propriétaire »!

Chateaubriand reviendra évidemment et il est probable qu’une partie de ses amours avec Juliette Récamier ait été abritée dans ces lieux.

Juliette Récamier

*Juliette Récamier fut le grand amour de Chateaubriand. Ils étaient mariés chacun de leur côté. L’épouse de Chateaubriand, Céleste, n’était pas
jolie. Il ne l’aimait pas, il l’avait épousée par distraction, par intérêt… Quant à Mme Récamier, son mariage n’a jamais été consommé! Du coup on la disait frigide, d’autant plus que, très
courtisée, personne n’a pu  conquérir son coeur … jusqu’à Chateaubriand. Leur amour a duré jusqu’à la fin de leur vie. 

 

Aujourd’hui, la maison a été complètement restaurée à l’image de ce qu’elle était quand Chateaubriand y vivait. Propriété du Département des Hauts-de-Seine, elle fait partie du Parc départemental
de la Vallée-aux-Loups.
Le domaine de la Vallée-aux-Loups est la propriété du conseil général des Hauts-de-Seine depuis 1987.
Elle est protégée au titre des monuments historiques par deux arrêtés successifs.

 Vallée aux loups maison de Chateaubriand

Article paru dans Mercure de France , 4 juillet 1807.
« Lorsque dans le silence de l’abjection, l’on n’entend plus retentir que la chaîne de l’esclave et de la voix du délateur, lorsque tout tremble devant le tyran, et qu’il est aussi dangereux
d’encourir sa faveur que de mériter sa disgrâce, l’historien paraît chargé de la vengeance des peuples. C’est en vain que Néron prospère, Tacite est déjà né dans l’Empire ; il croît inconnu
auprès des cendres de Germanicus, et déjà l’intègre Providence a livré à un enfant obscur la gloire du maître du monde ».


Chateaubriand raconta la suite dans les Mémoires d’Outre-tombe (2ème partie, livre 18, chapitre 5):
« Les prospérités de Bonaparte, loin de me soumettre, m’avait révolté ; j’avais pris une énergie nouvelle, dans mes sentiments et dans les tempêtes. Je ne portais pas en vain un visage brûlé par
le soleil, et je ne m’étais pas livré au courroux du ciel pour trembler avec un front noirci devant la colère d’un homme. Si Napoléon en avait fini avec les rois, il n’en avait pas fini avec moi.
Mon article tombant au milieu de ses prospérités et de ses merveilles, remua la France : on en répandit d’innombrables copies à la main ; plusieurs abonnés du Mercure détachèrent l’article et le
firent relier à part ; on le lisait dans les salons, on le colportait de maison en maison. Il faut avoir vécu à cette époque pour se faire une idée de l’effet produit par une vois retentissant
seule dans le silence du monde. (…) Napoléon s’emporta : on s’irrite moins en raison de l’offense reçue qu’en raison de l’idée que l’on s’est formée de soi. Comment ! mépriser jusqu’à sa gloire ;
braver une seconde fois celui aux pieds duquel l’univers était prosterné ! « Chateaubriand croit-il que je suis un imbécile, que je ne comprends pas ! Je le ferai sabrer sur les marches des
Tuileries. » Il donna l’ordre de supprimer le Mercure et de m’arrêter. Ma propriété périt ; ma personne échappa par miracle : Bonaparte eut à s’occuper du monde ; il m’oublia, mais je demeurai
sous le poids de la menace. »

Vallée au Loups

La réalité serait plus tempérée. Certes l’Empereur est en colère contre Chateaubriand, mais Joseph Joubert, ami de l’écrivain, rend compte ainsi de l’ire impériale dans une lettre de septembre
1807: « Le tonnerre a grondé ; le nuage a crevé, et la foudre en propre personne a dit à Fontanes que si son ami recommençait, il serait frappé. Tout cela a été vif, et même violent, mais court.
Aujourd’hui tout est apaisé; seulement on a grêlé sur le Mercure ».


Sources : http://www.napoleon.org/fr/salle_lecture/articles/files/pagesnapo_MercuredeFrance.asp
France 3 le plus grand musée du monde  

Vallée aux Loups Maison de Chateaubriand

Maison de Chateaubriand
Vallée aux Loups
87 rue Chateaubriand Chatenay Malabry Hauts de Seine (92)

 

Notre région parisienne est belle, et pleine d’endroits enchanteurs…

Comme Chamarande, c’est un endroit que je souhaitais visiter depuis longtemps.

Chateaubriand
*François René Vicomte de Chateaubriand, a laissé sans conteste son empreinte dans la Vallée aux Loups. Ecrivain romantique, son domaine lui
ressemble.

 

Bienvenue dans la Vallée aux Loups, et dans la propriété de François-Réné de Chateaubriand.

Vallée aux Loups

Les lieux appartiennent désormais au Conseil Général des Hauts de Seine.

  

« Un lieu retiré d’où l’on puisse voir s’envoler les années » Chateaubriand

A une dizaine de km de Paris, c’est un lieu qui invite à la rêverie, un lieu éblouissant, romantique.

 

Chateaubriand achète sa maison à 39 ans, à son retour de voyage d’orient.
« J’ai pas eu besoin de payer avec un mauvais argent ( sous entendu celui de la traite de  son père le négrier) mais j ai payé ce lieu avec mes ouvrages et il me plaît parce qu »il leur est
associé ». Chateaubriand
Chateaubriand vécut ici de 1807 à 1818. Il orna la demeure, planta le parc, y  écrivit les martyrs, les mémoires d’outre tombe, entre autres.

Vallée aux Loups

*Nichée dans les bois, au coeur de la Vallée aux Loups,  voici la maison telle qu’elle apparaît, au détour du chemin boisé.

 

La propriété est située sur le hameau d’Aulnay.

 

« Il est, au sein des bois dont Paris s’environne,
Un hameau, chaste exil qu’un mont sacré couronne ;
Vallée à qui décembre épargne l’aquilon
Où les loups disparus n’ont laissé que leur nom ».
(Henri de Latouche, Epître à M. de Chateaubriand, 1824)

 

Aulnay était autrefois hameau de cultivateurs et d’horticulteurs, à 10 km au sud-ouest de Paris, traversé par le rû d’Aulnay. Ce hameau est niché au creux d’un vallon où croissent aulnes et
châtaigniers, au coeur de la Vallée des Loups.


Les loups, les arbres et l’écrivain…
« A l’origine, ce sont des cerfs, des chevreuils et des sangliers qui les premiers peuplaient le domaine.Mis en appétit probablement par la beauté de ces paysages, les loups voulurent à leur tour
goûter ce bonheur parfait. En l’honneur des nouveaux maîtres des lieux, les quelques rares habitants de l’endroit lui laissèrent le nom de Vallée-aux-Loups.
Au début du XIXe siècle, un nouveau maître à la plume aussi acérée que les griffes de ses prédécesseurs s’installa au domaine : François-René Chateaubriand. L’écrivain, réputé peu docile, avait
livré combat à un prédateur plus puissant que lui, l’empereur Napoléon.

Il lui fallait s’éloigner de la cour, le domaine saurait préserver sa liberté et son art avec discrétion ».
Vallée aux Loups

Pourquoi les arbres? Ils avaient une place importante dans la vie de Chateaubriand, nous le verrons plus tard.

 

Chateaubriand repose à Saint-Malo sur l’ilot du Grand Bé, face à la mer selon ses voeux.  Car s’il adorait son domaine de la Vallée aux Loups, il était breton et Malouin avant tout.
D’où il repose, il voit la mer tout les jours…Vallée aux Loups

*Le grand arbre est un tilleul de Hollande Tilia Platyphyllos Famille des Tiliacées Origine : Europe Caucase Asie mineure Feuillage caduc  

 

Sources :

http://www.festivaldaulnay.fr/la-vie-du-festival,001/aulnay-val-d-histoire,009.html
http://www.hauts-de-seine.net/cadre-de-vie/protection-environnement/espace-naturel/Parc-de-la-Vallee-aux-loups#00

Le plus grand musée du monde France 3 26 mai 2012

 

Hasard du calendrier, samedi 26 mai 2012, le thème de l’émission de France 3, le plus grand musée du monde, était consacré à la Vallée des Loups.

 

Petit clin d’oeil : rencontre avec le chat vu à la télé dans le reportage!   

Vallée aux Loups

Un magnifique main-coon, chez lui dans le domaine. Ici il est à la porte de la maison du maître.Vallée aux Loups 

Domaine de Chamarande Epicéa

Domaine de Chamarande
Epicéa Picea abies

 

L’épicéa et l’effet de serre….

Domaine de Chamarande Epicéa

*Sur les dossiers des chaises, on peut lire : « l’effet de serre ».

 

Dans la grande prairie, un épicéa est entourée d’une grande table octogonale et de seize chaises dorées portant l’inscription « L’effet de serre ». A mi-chemin entre le mobilier de jardin design et
l’équipement d’une salle de conférence, l’oeuvre offre une vision décalée des réunions dites « au sommet » avec ici comme sujet la nature, personnifiée par l’épicéa, arbre de la naissance, des
ancêtres et de la famille.

Domaine de Chamarande Epicéa

« Art orienté objet », duo artistique créé en 1991, est composé de Marion Laval-Jeantet et Benoît Mangin; artistes observateurs sociaux ayant créé de
nombreuses créations  poétiques et inattendues, à la fois politiques et visionnaires. Ils mettent l’écologie, science interrogeant nos conditions d’existence, au coeur de leur démarche
plastique.

Domaine de Chamarande Epicéa

Sources : sur site 

Ecopâturage Domaine de Chamarande

Domaine de Chamarande 

Essonne (91)

 

Insolite : des moutons dans les douves du château de Chamarande!Mouton Landes de Bretagne Chamarande

Le domaine développe l’écopâturage.

A Chamarande, les douves sont entretenues écologiquement. Depuis le mois d’avril,  2012, les douves sont pâturées par des  moutons, les Landes de Bretagne. Cette race à faible effectif, est adaptée aux prairies de bocage et aux marais du Grand Ouest. Elle s’adapte parfaitement aux douves très humides, et n’est pas touchée par le piétin – une bactérie affectant gravement les sabots des moutons dans les zones boueuses.

Toutefois un pâturage extensif présente quelques contraintes : le nombre d’animaux est limité. Il s’agit d’éviter une banalisation de la flore, une dégradation de l’état de conservation des habitats et un enrichissement trop important des milieux. L’écopâturage favorise l’entretien des milieux fragiles et des milieux difficiles d’accès aux engins mécaniques.   Mouton Landes de Bretagne Chamarande

Un animal qui a failli disparaître.
Deux éleveurs passionnés ont réussi à sauvegarder cette race, et ont permi sont redéploiement à la fin du XXe siècle.

Ce petit mouton rustique, de couleur noire, est commun jusqu’à la fin du XIXe siècle dans les landes des cinq départements bretons, de Ouessant à Nantes. Mais les bouleversements de l’agriculture au cours du XIXe siècle, notamment la disparition des jachères et le défrichement des landes, font chuter le nombre des bêtes à laine en Bretagne. Le mouton n’est plus sa place dans cette nouvelle agriculture. Les rares animaux restant finiront croisés. Le  dernier troupeau se trouvait sur une île des marais de la Grande Brière Mottière : la Butte aux Pierres. Un seul des éleveurs traditionnels à préservé son troupeau sans le croiser.Mouton Landes de Bretagne Chamarande

Par choix personnel il l’a sélectionné en blanc et sans cornes, ce qui ne correspond pas aux descriptions anciennes. En 1976, un agriculteur des bords du marais, passionné par le patrimoine local et l’histoire rurale de sa région, redécouvre le troupeau de la Butte aux pierres.Mouton Landes de Bretagne Chamarande

*Le mouton noir d’Ouessant, « traditionnel » de la race landes de Bretagne.

Premier à s’y intéresser,il constitue le premier troupeau amateur. Il fait lui aussi une sélection sur son troupeau, mais en noir avec des béliers cornus. Il s’est fié à ses souvenirs d’enfance et à ce qu’il a appris des anciens dans la région.

Grâce à ces deux éleveurs bretons, cette population de moutons a été conservée. Les premières recherches officielles sur cette population de mouton sont faite en 1987, et les premières réimplantations effectuées en Bretagne à partir de 1988 dans des réserves naturelles.
Des écomusées constituent des élevages « vitrines » visant à susciter un regain d’intérêt pour ce mouton rustique. Grace à ce travail, des particuliers, et des éleveurs bio commencent aussi à s’y intéresser. Une association d’éleveurs est créée en 2004 : Moutons des pays de Bretagne – Deñved ar vro, dans le but de le sauver de la disparition et d’assurer sa valorisation.
Fin 2005, on dénombre plus de 850 femelles dans 92 élevages (de 2 à 60 femelles par site), dont plusieurs élevages professionnels, le seuil des 1000 brebis était dépassé en 2007 (d’après Louis Reveleau, dans « Réussir Pâtre » de mai 2008).Mouton Landes de Bretagne Chamarande

Mouton Landes de Bretagne Chamarande

* Chèvre des fossés

 

© Tous droits réservés, Visites guidées.net, © 2009-2017. Site optimisé pour Mozilla Firefox, Google Chrome et Internet Explorer 7+