Paris autrement

Paris autrement

Blog principalement consacré à Paris, ville touristique qui a la réputation d'être la plus belle ville du monde. Vous découvrirez également un Paris pittoresque, insolite et secret : ce sont des endroits souvent méconnus des Parisiens. Sans oublier la région Ile de France.

 "Ajoutez deux lettres à Paris : c'est le Paradis." Jules Renard

Le mur murant Paris, rend Paris murmurant    Anonyme

Paris se visite le nez en l'air  :   http://www.parislenezenlair.fr/ 

J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire

                       

  Chaque article où ce logo apparaît fait l'objet d'un dépôt chez un huissier de justice

Les écrits et les photos  de ce blog ne sont pas libres de droit. Ils ne peuvent être utilisées, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur.

" L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial " Article L111-1 du code de la propriété intellectuelle

Bien faire et laisser braire

Archives pour février, 2013

Notre Dame de Paris

Notre Dame de Paris sous la neige


Notre Dame de PARIS

*La petite maison à côté de Notre-dame, c’est le presbytère.

 

Lundi 25 février 2013, sur le coup de 8h de matin, il neigeait et la neige était … presque immaculée. Car à cette heure matinale il y avait déjà du monde qui attendait l’ouverture, des fidèles
pour assister à la messe de 8h, et les photographes. 


Notre Dame de PARIS
 

*Cette photo photo fut prise vers 11h.

 

1163, début de la construction de Notre-Dame
Temps estimé des travaux…167 ans


En 1163, Maurice de Sully, dont on affirme qu’il était d’origine modeste, est intronisé évêque de Paris.Il décide la construction d’une nouvelle cathédrale sur l’Ile de la Cité, à l’emplacement
d’une église romane, qui avait elle-même été construite sur les ruines d’un temple gallo-romain. Le roi Louis VII le Jeune et le pape Alexandre II posent la première pierre.

L’évêque a vu grand, et s’inspire de la basilique Saint-Denis construite par son collègue l’abbé Suger.

PARIS 1587 bis

*Pour fêter le jubilé des 850 ans de Notre Dame de Paris, une estrade a été installée sur le parvis, ainsi on peut admirer la magnifique façade de Notre
Dame.

 

« Pas de problème! » disent en choeur les architectes et les bâtisseurs. Les travaux ont duré 180 ans.Le choeur est achevé et consacré par le légat du pape en 1182, la nef est terminée en 1196. Les
tours s’élèvent en 1240 et 1245. Mais il faudra attendre 1330 pour que les chapelles des chevets soient achevées…

 

Devant le parvis de Notre-Dame la sculpture imposante de Charlemagne et ses « leudes », oeuvre de oeuvre de Louis Rochet

Notre Dame de PARIS
 
À l’époque mérovingienne, un leude est un feudataire attaché par un serment de fidélité à la personne d’un roi ou d’un chef.
Feudatiare : Titulaire d’un fief, dépendant à ce titre d’un suzerain

parvis Notre Dame de PARIS

*Le parvis de Notre Dame de Paris

 

Sources M Lemonier 

L’Apoxyomène de Croatie

L’Apoxyomène de Croatie

 

La position du bras libère entièrement la vision du torse, dont les muscles, particulièrment développés par rapport à ceux des jambes, témoignent d’un entraînement athlétique spécifique :
l’athlète représenté était un lutteur.


Les athlètes, parmi lesquels les  apoxyomènes, ont été une source d’inspiration pour les artistes désireux d’étudier le mouvement et la pondération des corps.L’un des apoxyomènes les plus
célèbres, dès l’Antiquité, était celui de Lysippe, le grand bronzier de Sycione, avait été créé vers 330-320 av JC et qui fut, par la suite, transféré à Rome,l’ « homme au strigile  que M.
Agrippa dédia devnat ses Thermes, et qui plaisait prodigieusement à l’Empereur Tibère » (Pline l’Ancien, HN XXXIV, 62).

Apoxyomène de Croatie

*On remarque du cuivre rouge pour les lèvres et les mamelons qui prouvent qu à l origine ces statues étaient d une couleur or.

 
L’Apoxyomène de Croatie renvoie chronologiquement au IVe siècle av.J.C., tout en comportant des détails techniques -la ligne que dessine le joint de soudure entre la tête et le cou et le cou ou
la forme polygonale et les dimensions de certaines pièces destinées à dissimuler les défauts de fonte après la coulée -qui interdisent de le considérer comme un original de cette période.
Certains spécialistes ont proposé de situer le prototype disparu dans le deuxième quart ou vers la fin du IVe siècle av.J.C.

Aucune épave n’a été retrouvée avec le bronze.

 Apoxyomène de Croatie

*Ses yeux incrustés étaient de pierres précieuses vertes ou bleues.

 

Les Croates ont cherché en vain l’épave du navire qui transportait la statue pour la vendre, à l’époque romaine. « C’était une route maritime très dangereuse, avec des courants forts, beaucoup
d’îles et de rochers. Peut-être que le bateau n’a pas chaviré, mais que les matelots en difficulté ont jeté la sculpture pour alléger la cargaison », suppose Iskra Karnis Vidovic, l’une des
restauratrices croates. Ces dernières ont daté l’origine du bronze aux environs d’un siècle avant Jésus-Christ… grâce au squelette d’une souris, qui s’était fait un abri dans la tête de
l’athlète.

strigile

*Les athlètes grecs se servaient de cet instrument, sorte de racloir, pour ôter l’huile dont ils s’enduisaient le corps. A l’époque romaine, l’usage du
strigile se répand. Il est désormais utilisé par les femmes pour éliminer les onguents.


La statue a sans doute été jetée par dessus-bord lors d’une tempête, alors que le navire avait emprunté l’une des voies maritimes qui reliaient la Grèce à l’Italie. Elle était destinée
vraisemblablement au décor d’une villa, de thermes ou d’un jardin. L’absence de contexte empêche de savoir quand elle a été emportée, quelle était sa provenance et s’il s’agit d’une réplique de
la fin de l’époque hellénistique plutôt que de la période impériale romaine.Avant d’être chargé sur un navire en partance, L’Apoxyomène a connu une période d’abandon qui a permis à un petit
rongeur d’amasser sa nourriture dans la jambe droite et de faire  son nid dans l’avant bras gauche.


« On a découvert des traces de laurier, d’olives, de noyau de pêche, de fruits, comme un terrier », explique la spécialiste. Le rongeur avait fait son nid dans le bronze avant le départ en mer.
Ce qui signifie que la sculpture était déjà endommagée, peut-être après être tombée, comme l’ont montré les analyses.

 
Les analyses des restes d’un pieu de bois, introduit dans l’épaule droite pour consolider la statue, et de fragments de bois calcinés retrouvés dans la jambe droite confortent l’hypothèse de
restaurations dans l’Antiquité.

Apoxyomène de Croatie
L’apparence du prototype disparu est confirmée par l’existence de plusieurs copies antiques. Toutes celles dont la tête est préservée présentent un agencement très particulier de la chevelure :
les mèches courtes de la frange se relèvent au-dessus du front comme si elles étaient plaquées par la sueur. Parmi ces répliques, deux, de dimensions comparables à celles de l’Apoxyomène de
Croatie, sont en bronze : l’une a été découverte en 234 morceaux dans un gymnase d’Ephèse; l’autre, réduite à la tête, appartenait au XVII e siècle à la collection vénitienne de la famille Nani.


 Le Louvre possède quelques exemplaires de strigiles. Celui de l’apoxyomène de Croatie n’a pas été retrouvé. 

 

A l’heure où vous lisez ces lignes l’Apoxyomène a retrouvé son pays, la Croatie (c’est « son » pays puisqu’il a été trouvé dans les eaux
croates).La Croatie nous l’avait prêté gracieusement.

L’Apoxyomène de Croatie

L’Apoxyomène de Croatie
Un athlète en bronze antique sauvé des eaux
Etait exposé au département des antiquités grecques, étrusques et romaines, Aile Denon
Musée du Louvre Paris 1er
Métro : Palais royal-Musée du Louvre

Apoxyomene de Croatie 2

Les circonstances de la découverte
C’est une magnifique sculpture d »athlète, découverte au fond de la mer Adriatique, restaurée par la Croatie. La statue daterait d’environ un siècle avant Jésus-Christ. Presque entièrement
recouverte de coquillages, la statue était tournée vers la surface lorsque elle a été découverte dans la mer Adriatique.


Une histoire digne d’« Indiana Jones ».
« En 1996, alors que la Croatie panse les plaies des guerres yougoslaves, un touriste belge féru de plongée fait une incroyable découverte à 45 m de profondeur, près des côtes : une statue grecque
presque entièrement recouverte de coquillages semble regarder la surface. Ce plongeur, décédé au printemps 2012, attend deux ans avant de prévenir l’Etat croate, mais contacte des mécènes
anglais, qui seront associés à l’opération de sauvetage. Le 27 avril 1999, le lutteur grec est sorti des eaux, environ vingt siècles après avoir été sculpté dans le bronze ». (le parisien.fr
23/11/2012)

Apoxyomene de Croatie 2

Son état de conservation, exceptionnel,  est  dû au fait d’avoir été bloqué par des rochers en coulant. « Il aurait pu tomber plus profond, dans une faille sous-marine, et l’on ne
l’aurait jamais retrouvé, comme des tas d’objets… » sourit Sophie Descamps, conservatrice des antiquités grecques et romaines au Louvre.


Dans leur très grande majorité, les statues de bronze n’ont pas survécu à l’Antiquitéalors qu’elles se comptaient par milliers. Ces oeuvres ont été refondues en des temps de pénurie, dès l’époque
des invasions barbares, pour récupérerleur métal -majoritairement du cuivre et de l’étain- afin de fabriquer de la vaisselle, des armes, et des outils. Celles qui ont été épargnées l’ont été
de manière fortuite : elles n’étaient déjà plus connues à la fin de l’Antiquité.

 

Aussi, la découverte d’un grand bronze antique est-elle toujours saluée par la communauté scientfique commeun évènement majeur. Les questions débattues concernent la date de l’oeuvre, le lieu de
sa fabrication, son attribution à un atelier, à un auteur ou à une école, sa provenance, sa destination et s’il s’agit d’un original ou d’une réplique antique d’après un prototype perdu ou
non.
Repéré en 1996, l’Apoxyomène de bronze gisait par 45 mètres de fond dans les eaux de la mer Adriatique.

Apoxyomene de Croatie 2

 

Pourquoi Apoxyomène?

Son état de conservation est exceptionnel. Ne manquent que les yeux, l’auriculaire gauche et les strigile, le racloir  métallique, que le jeune homme -un athlète occupé à nettoyer son corps
après l’effort physique, en raclant (du grec ancien apoxuo : racler, gratter) le mélange d’huile et de sable qui lui colle à la peau- tenait dans la main droite.

Apoxyomene de Croatie 2

L’Apoxyomène, la tête  baissée vers les mains, trahit un geste précis. Il est saisi à la fin de son action, alors qu’il nettoie du pouce gauche la lame de son strigile. A cette époque les
athlètes concouraient nus, enduits de graisse et de sable.

 

Cette composition d’une grande subtilité introduit l’observateur dans l’intimité d’une scène de gymnase et permet de comprendre combien les sculpteurs antiques étaient de fins observateurs de la
nudité masculine.  
Apoxyomene de Croatie 2

Il faut l’imaginer avec son strigile dans les mains, en train de se racler (apoxuo) le corps.

 

Son strigile n’a pas été retrouvé, néanmoins il y en a au musée du Louvre, à suivre demain avec la fin de l’histoire! 

L’Apoxyomène de Croatie

L’Apoxyomène de Croatie
Etait exposé au département des antiquités grecques, étrusques et romaines, Aile Denon
Musée du Louvre Paris 1er
Métro : Palais royal-Musée du Louvre

Apoxyomene de Croatie

*Un athlète à la plastique parfaite…

 

Introduction

Un reportage télévisé a attiré mon attention, une découverte extraordinaire…

 

Un athlète antique en bronze sauvé des eaux
« Une statue antique vieille de plus de 20 siècles a été retrouvée au large de la Croatie.

Apoxyomene de Croatie

Il est âgé de 2400 ans et semble pourtant sorti des mains de son sculpteur. Ce bronze de  1,92 m représente un athlète grec se nettoyant le corps après un combat. C’est au large de la
Croatie, par 45 mètres de fond, qu’ un photographe amateur sous-marin découvre la statue en 1996. Elle est recouverte de sédiments marins et de coquillages. Le plus extraordianaire c est qu un
squelette de souris,  qui s était réfugiée dans le crâne de la  tête de bronze, a permis sa datation.

Apoxyomene de Croatie

Remontée à la surface cette statue appelée Apoxyomène, qui signifie racler en grec,  provient probablement d’un navire qui aurait largué sa cargaison avant de faire naufrage. Cet athlète a
pu ainsi parvenir jusqu à nous.

Apoxyomene de Croatie

*Les riches décors des plafonds du musée du Louvre.

 

« Si vous regardez les oreilles il y a une tuméfaction du lobe de l’oreille vers la partie haute . Donc il s agissait, parmi les lutteurs, d’ un boxeur puisque chez les boxeurs la règle voulait qu
ils ne frappent que la tête de l’adversaire ». Sophie Descamps Conservateur en chef du département antiquités du musée du Louvre.

Apoxyomene de Croatie

On remarque du cuivre rouge pourles lèvres et les mamelons qui prouvent qu à l origine ces statues étaient d une couleur or et que leurs yeux incrustés de pierres précieuses pouvaient être verts
ou bleus.
Cette découverte majeure permet d’admirer la technique et le talent des artistes de l’antiquité car à travers les époques les statues étaient refondues pour en faire des pièces de monnaie, de la
vaisselle,  et même des armes.
Cette statue croate est donc un témoignage rare d’un art mal connu ».

 

L’Apoxyomène, retrouvé au large de l’île croate de Lošinj, a été exceptionnellement prêté par le ministère de la Culture croate,  à l’occasion de « Croatie, la voici », Festival de la
Croatie en France.

Apoxyomene de Croatie

Mais pourquoi cette étrange position des bras et des mains? Que fait-il?

Et pourquoi ce nom : Apoxyomène?

 

Réponse demain

 

*source : Journal de 13h 24 11 2012 TF1

Johana Vasconcelos Versailles

Lilicoptère, 2012 Johana Vasconcelos
Helicoptère Bell 47, plumes d’autruches, cristaux Swarovski, feuille d’or, peinture industriel, intérieurs cuir teint et finement ciselés à l’or fin, tapis de Arraiolos, bois de noyer, peinture
imitation bois, passementerie
300 x 274 x 1265 cm

Johana Vasconcelos Versailles
Collection de l’artiste; Courtesy Galerie Nathalie Obadia, Paris/Bruxelles et Haunch of Venison, Londres
Œuvre produite avec la collaboration de la Fundação Ricardo do Espírito Santo Silva, Lisbonne

Johana Vasconcelos Versailles
« La Salle 1830 accueille Lilicoptère, œuvre qui met en scène la quintessence de l’univers esthétique de Versailles.

Johana Vasconcelos Versailles
L’hélicoptère est recouvert de feuilles d’or et orné de milliers de brillants. L’extérieur de la cabine et les pales des hélices sont envahis par une extravagante parure de plumes d’autruche
colorée, de teintes saumon, rose et orangée.

Johana Vasconcelos Versailles

A l’avant de la cabine se trouve une ouverture circulaire; œil qui laisse entrevoir un intérieur somptueux de bois sculptés, de dorures et de tapis brodés: microcosme anachronique, machine à
remonter le temps transportant la reine jusqu’à la contemporanéité.
Johana Vasconcelos Versailles

Lilicoptère s’inspire de l’esthétique royale de la fin de l’Ancien régime, riche, glamour et raffinée, pour suggérer la métamorphose de l’animal-machine ; le retour aux origines et à
l’inspiration qui a concrétisé le rêve humain de voler ».

Johana Vasconcelos Versailles
*Et un délicieux hélicoptère en plumes d’autruche rouge rosé s’est posé dans la salle 1830.

 

sources : http://www.vasconcelos-versailles.com/

© Tous droits réservés, Visites guidées.net, © 2009-2017. Site optimisé pour Mozilla Firefox, Google Chrome et Internet Explorer 7+