Paris autrement

Paris autrement

Blog principalement consacré à Paris, ville touristique qui a la réputation d'être la plus belle ville du monde. Vous découvrirez également un Paris pittoresque, insolite et secret : ce sont des endroits souvent méconnus des Parisiens. Sans oublier la région Ile de France.

 "Ajoutez deux lettres à Paris : c'est le Paradis." Jules Renard

Le mur murant Paris, rend Paris murmurant    Anonyme

Paris se visite le nez en l'air  :   http://www.parislenezenlair.fr/ 

J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire

                       

  Chaque article où ce logo apparaît fait l'objet d'un dépôt chez un huissier de justice

Les écrits et les photos  de ce blog ne sont pas libres de droit. Ils ne peuvent être utilisées, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur.

" L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial " Article L111-1 du code de la propriété intellectuelle

Bien faire et laisser braire

Archives pour mars, 2013

Serres d’Auteuil menacées

Le projet de destruction des Serres d’Auteuil vient d’être retoqué, mais le combat continue.
C’est une bataille de gagnée, pas la guerre. IL faut continuer à se mobolisier pour sauver cet endroit merveilleux, ce havre de paix et cet écrin de verdure.Ce
patrimoine bâti et végétal est historique : on le doit à Louis XV. En effet, Louis XV montra dès sa plus tendre jeunesse un goût prononcé pour la botanique. Il fit aménager en 1761 un jardin
décoré de nombreux parterres de fleurs et déjà pourvu de serres.

 Serres d'Auteuil

*Le jardin des Poètes

 

Les associations de défense des Serres d’Auteuil présentent un contre-projet : il évite la destruction du cours, et celui des serres historiques.De plus il n’a que
des avantages. Alors, on peut se demander pourquoi cet acharnement de la FFT et de la Ville de Paris à vouloir à tout prix détruire ce patrimoine? L’argent bien sûr, qui gouverne ce monde…
Gageons que dans quelques années, la FFT se trouvera encore un peu à l’étroit et c’est tout le jardin qui sera rasé. Tout ça pour un stade qui sert une fois par an, cherchez l’erreur !!

 Serres d'Auteuil

*Le grand arbre devanr la maison est labellisé arbre remarquable, c’est un ginko biloba plus que centenaire.

 

Quand je pense que la Ville de Paris refuse d’arracher l’arbre qui cache la tour de l’Horloge, cela ne la gêne pas de détruire un patrimoine végétal car en plus des
plantes il y a des arbres remarquables dans le jardin des Serres d’Auteuil ; ils sont labellisés « Arbres remarquables ». Que vont-il devenir???

Ces gens là n’aiment pas leur ville, surtout Mr le Marchand des Prévosts.
Serres d’Auteuil : un revers pour Roland-Garros
La convention entre la Ville de Paris et la Fédération Française de Tennis vient d’être retoquée, et les associations de défense des Serres d’Auteuil présentent un
« contre-projet ».

 Serres d'Auteuil

*Le palmarium et ses collections remarquables

 

Le tribunal administratif de Paris a ccordé le 1er mars l’avantage aux associations de défense du patrimoine et de l’environnement, et a annulé la délibération
municipale signée entre Paris et le FFT, autorisant l’extension de Roland-Garros. Le tribunal souligne l’absence d’une « information suffisamment claire, précise et complète ». Du grain à moudre
pour les associations qui avaient engagé ce premier recours.

 Serres d'Auteuil

Le 5 mars, profitant de cet décision favorable, Vieilles Maisons Françaises,VMF, et la Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France,
SPPEF, soutenues par France Nature Environnement, ont proposé leur projet alternatif.
Les jardins de Serres d’Auteuil et certains bâtiments ont été inscrits sur l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1998.Pour les épargner, les
associations avaient déjà proposé, en mai 2012, une couverture partielle de l’autoroute A 13, jugée trop coûteuse en juillet par Anne Hidalgo, chargée du dossier (!!)

 Serres d'Auteuil

Aujourd’hui les associations sont revenue à la charge, chiffres et expertise indépendante à l’appui. « Très souvent, les associations critiquent, mais ne font pas de
contre-projet3, souligne Alexandre Gady, Président de la SPPEF.
« Nous avons pris les règles du jeu des professionnels », et privilégié la préservation des espaces protégés, tout en suivant à la lettre le cahier des charges de la
FFT.

 Serres d'Auteuil

*Les serres chaudes, qui selon Mr Delanoë sont très laides! Mais elles abritent un patrimoine végétal avec des
collections d’orchidées et de broméliacées.

 

Au final le contre-projet présente une augmentation de l’espace foncier de 13 400 m2 (contre 9435 dans le projet de la FFT). Cet espace comprend 6400 m2 sur
l’autoroute à couvrir, la privatisation d’une partie de la chaussée et de l’avenue de la porte d’Auteuil, et surtout la surélévation du court N°1 pour passer de 2000 places actuelles à 5000
requises par la FFT (la FFT en prévoit la démolition et la construction d’un court autour des serres). Au centre,un espace arboré, poumon vert, accueillerait le Village. Le coût de ce projet est
modéré : 53 millions d’euros, dont 43 dévolus à la couverture de l’autoroute. Ce surcoût serait compensé par l’annulation de la destruction du court N°1 et la construction d’un nouveau court,
estimé à 7 millions d’euros.

En décembre 2012, la FFT  a réévalué le coût de son projet ; de 273 millions d’euros, il est passé à plus de 340 millions.

Autre coup dur pour la FFT, l’état s’est désengagé en enlevant une enveloppe de 20 millions d’euros. De plus le calendrier est repoussé : la livraison est prévue en
2018, au lieu de 2016.

 Serres d'Auteuil

Chaque permis de la Ville sera attaqué
« On attaquera chaque permis, un à un », prévient Alexandre Gady.Cette bataille judiciaire va retarder le début du chantier et prendre une tournure politique. »Notre
projet va être soumis à l’ensemble des candidatures dans la campagne (municipale) qui va s’ouvrir » précise Philippe Toussaint, Président de VMF.Anne Hidalgo, candidate à la Mairie de Paris,
soutient activement le projet, que les élus Europe Ecologie les Verts au Conseil de Paris n’ont eu de cesse de dénoncer. Côté 16ème arrondissement le maire UMP Claude Goasguen soutient le projet
de la FFT. Côté Boulogne Billancourt, les associations ont reçu le soutien du maire UMP Pierre-Christophe Baguet, qui leur a donné son feu vert pour leur contre-projet.

 Serres d'Auteuil

Le projet de la FFT soulève de plus en plus de réactions négatives, surtout que la surface ne sera peut être pas suffisante à Roland Garros pour pérenniser son
avenir au de compétition du Grand Chelem!

Source : Le Journal des Arts numéro 387, semaine du 15 au 28 mars 2013
VMF Vieille Maison Française, est aussi une magnifique publication, si vous ne connaissez pas, allez voir en librairie

target= »_blank »>

Domaine de Rentilly

Domaine de Rentilly

Seine et Marne (77)

 

Les communs autour de 1900

 Domaine de Rentilly

On nomme « communs » les bâtiments, en dépendance des châteaux, dédiés au personnel de service comme les jardiniers, cuisiniers, femmes de chambre…

 Domaine de Rentilly

Les communs du château de Rentilly sont disposés en carré et forment une cour au centre de laquelle se trouve un square arboré.
Sur la façade des bâtiments sont peints de faux colombages qui donnent une unité à la cour.

 Domaine de Rentilly

Au nord se trouve le petit château; dans le bâtiment est se trouvent les remises où on entreposait le matériel agricole ainsi que les outils et les machines de jardinage; à l’ouest, face aux
remises, sont situées les écuries que le château de Rentilly, comme toute grande maison,se devait de posséder (on chassait alors à courre dans le bois).

 Domaine de Rentilly

Avec le temps, ce bâtiment a évolué devenant hnagar à calèches puis garage à voitures automobiles en conservant des logements à l’étage.

Au sud se trouve la salle des trophées et le bain turc. L’acte de vente de 1819 parle de bains romains, très probablement des thermes alimentés manuellement.

Ce sont les Menier qui les modernisent, au XIXe siècle, en les carrelant
et en ajoutant une chaudière.

 

Le pavillon du jardinier, aux allures de manoir normand, est une construction plus récente : on le doit également aux Menier. Gastom Ménier avait une demeure à Houlgate.

 Domaine de Rentilly

Ils y logent leur jardinier et baptisent le pavillon de son nom : Carcat.
C’est aussi à cette époque que,sur la façade des bâtiments, sont peints de
faux colombages qui apportent une unité à la cour.

 Domaine de Rentilly

Près des communs et de l’orangerie s’étendent des serres horticoles et fruitières ainsi qu’un puits à glace, appelé aussi glacière, qui ont aujourd’ ‘hui disparus. 

 Domaine de Rentilly
Gaston Menier avait fait aménager une cage dans le parc ; il y installe des ours qu’il a ramené de l’île d’Anticosti, située dans la baie du Saint-Laurent; elle fut la propriété de la famille
Menier jusqu’en 1926.

 Domaine de Rentilly

Toutes sortes d’animaux occupent le parc.  Des témoignages rapportent que, outre la présence de daims en liberté, de chevaux et de poneys qui  entrent jusque dans le hall du château, il
y aurait eu la présence d’un pingouin, que l’on imagine venir lui aussi d’Anticosti.       

  Domaine de Rentilly

sources : sur site

 

Château de Rentilly

Le château de Rentilly

Seine et Marne 77

 

Avant…et aprèschâteau de Rentilly

Une vie intérieure en mouvement

château de Rentilly border= »0″>

 

« L’idée était de faire de ce château -qui n’avait plus la qualité architecturale de celui, antérieur, du 16ème siècle- une oeuvre d’art, en particulier depuis l’extérieur, et en même temps un
lieu totalement adapté à la présentations d’oeuvres issues de la collection du Fonds régional d’art contemporain. D’où le fiat d’en avoir confié la conception à un artiste… » Xavier Franceschi Directeur du Frac Ile de France Le Plateau

« Le parti scénographique consiste à faire du château un outil opérant et fonctionnel, en lien avec le paysage, qui privilégie l’espace et la lumière plutôt qu’un parcours définitif et figé. »
Alexis Bertrand scénographe  

château de Rentilly

Une brillante discrétion
« Comment faire entrer la beauté du parc dans le château? En saisissant l’image des arbres à sa surface. »

« C’est un jeu entre les deux : emballé dans sa peau inox poli-miroir, le château trouve sa place en disparaissant au profit du jardin. » Elisabeth Lemercier –
Bona-Lemercier architectes
  

château de Rentilly

La réhabilitation du château de Rentilly en centre d’art contemporain
Depuis sa création en 2002, Marne et Gondoire restaure et fait vivre le domaine de Rentilly. L’ouverture d’un espace d’art contemporain dans le château, fin 2013, consacrera la renaissance de ce
parc devenu équipement intercommunal à vocation culturelle.
Actions menées par Marne et Gondoire
2002-2005 : réhabilitation des espaces extérieurs
2006 : réhabilitation  des communs, ouverture du parc culturel
2013 : un espace d’art contemporain

château de Rentilly

C’est nous qui avons fait cela
Gertrude Stein rapporte que Picasso

voyant passer des chars, en 1915, couverts de camouflages peints, dit : »C’est nous qui avons fait cela ».

Sous-entendu, nous les cubistes.

 

L’habit couleur de miroir

confère l’incognito à son porteur : l’homme invisible.
Or, le miroir fut inventé par un peintre.
Le vizir ayant lancé un concours de la plus belle peinture murale

Veilhan se contenta de polir le mur jusqu’à ce qu’il reflète le jardin lui-même. Veilhan gagna le concours.

 

Le château n’est pas en pain d’épices
même au temps des Ménier, le château n’était pas en chocolat
le château est un miroir avec,donc, l’autre côté du, vous verrez.
Le parc, les arbres, le ciel disent :
C’est nous qui avons fait cela.
Jacques Jouer écrivain en résidence au Parc culturel de Rentilly  

château de Rentilly

De nouvelles perspectives pour le Parc culturel de Rentilly
« Ouvrir l’horizon est depuis sa naissance la vocation du Parc culturel. Le château nouveau intégrera toutes ces missions de découvertes.Et permettra au public d’être l’acteur et l’observateur de
la culture contemporaine ». Armelle Thévenot directrice du Parc culturel de Rentilly  

 

La culture au service du patrimoine
« Petit à petit, un principe simple s’est imposé : une restauration du château est nécessaire mais ne prendra tout son sens que si elle se fait au service d’un projet culturel pour le grand
public. Le château sera désormais un lieu vivant, d’accès gratuit, qui appelle à entrer et à voir, qui pourra susciter l’envie de culture puisque le contenant sera lui-même une oeuvre. Que
chacune de ses réalisations d’aménagement soit une pierre de plus pour bâtir l’avenir de notre territoire est l’exigence première de Marne et Gondoire. » Michel
Chartier, président de Marne et Gondoire

 

De l’ombre à la lumière
« Ce château n’était plus que l’ombre de lui-même. J’aimerais que les habitants soient fiers de leur château, qu’il devienne un lieu où on ait envie de venir et de revenir. » Xavier Veilhan, artiste, concepteur du projet  

château de Rentilly

D’hier à aujourd’hui
« L’entrée se fera par les anciennes salles voûtées, seul vestige du château d’autrefois, qui seront réhabilitées pour accueillir le public, avant de monter ver les deux vastes et lumineux
plateaux d’exposition ». Stéphane Sarkissian DGA de Marne et Gondoire, chef de projet

  château de Rentilly border= »0″>

Financement : conseil régional Ile de France, ministère de la Culture, Direction régionale des
affaires culturelles d’Ile de France, conseil général de Seine et Marne

sources : sur site y compris la photo du futur château, sur les panneaux explicatifs

Château de Rentilly

Château de Rentilly

Bussy-Saint-Martin  77 Seine et Marne


Absolument toutes les photos de cet article seront bientôt collector, à moins qu’elles ne le soient déjà…


Vous saurez pourquoi demain 

Château de Rentilly

Le hameau de Rentilly est ancien,  il n’en est pas de même pour le domaine de Rentilly , dont  les origines sont  beaucoup plus récentes. Le château est construit au XVIe
siècle. Au cours de l’ancien régime il change de nombreuses fois de propriétaires. A la veille de la Révolution Française d’être quasiment laissé à l’abandon. En  1890 le domaine devient la
propriété de la famille Ménier. Les célèbres chocolatiers de Noisiel en front leur résidence principale.

Château de Rentilly
Pendant près d’un siècle (de 1890 à 1988), le domaine de Rentilly va appartenir à la famille Menier. La familleMenier possède déjà beaucoup de biens dans la région :  les châteaux de
Noisiel, d’Emerainville, et de Lognes, l’usine de Noisiel et la cité ouvrière, la ferme modèle du Buisson à Noisiel… Pourquoi acheter Rentilly? Tout simplement pour renforcer le prestige de la
famille et asseoir sa puissance dans la région.

Château de Rentilly
Gaston Menier acquiert donc le domaine de Rentilly en 1890. Il est le fils de Emile-Justin Menier. Comme son père et son grand-père, il est chocolatier. Très impliqué en politique (conseiller
général du canton de Lagny), il occupe des fonctions municipales quelques temps à Lognes et est élu maire de Bussy-saint-Martin après l’acquisition du domaine de Rentilly.
La famille Ménier s’impliquera particulièrement dans le développement de Bussy-Saint-Martin et du hameau de Rentilly.

Château de Rentilly
*La façade arrière du château.

 

L’ensemble du domaine est modernisé et certains bâtiments fermiers sont reconvertis en piscine ou bains turcs,  avec des mosaïques sur les murs et un système de chaufferie pour chauffer
l’eau.La charpente métallique de la salle des trophées est l’oeuvre des ateliers Eiffel.

Château de Rentilly
*détail de la façade arrière du château de Rentilly, au dessus de la porte.

 

Pendant la  seconde guerre mondiale l’ensemble du domaine est réquisitionné au cours de la seconde guerre mondiale et sert notamment de caserne à une unité de groupe mobile de sécurité,
ancêtre des C.R.S. actuels. En août 1944, sentant le vent tourner, certains de ces gardes désertent, entraînant des représailles allemandes rapides. L’ancien château est dynamité le 21 août 1944.
Il ne restera de la propriété des Ménier, jusqu’en 1954, qu’une imposante carcasse de pierre se reflétant dans les bassins du jardin français. Le château de Guermantes, à quelques kilomètres de
là, a failli subir le même sort, il sera finalement épargné.

Château de Rentilly

*Le château tel qu’il fut avant d’être détruit en 1944. Photo prise sur le site, sur un panneau d’information.

 
La famille Ménier fait reconstruire le logis principal au cours des années 1950, cette fois dans un style directoire moins exubérant que la construction originale.

Château de Rentilly
Des cambriolages et de pillages divers vont appauvrir le patrimoine de la famille Menier. Des tableaux de maîtres, notamment un tableau de Bonnard, disparaissent en l’absence de Madame Hubert
Menier. Par la suite, le château se vide de ses parquets et cheminées.
Les années 1980 marquent tournant dans l’histoire de Rentilly, qui est de nouveau l’objet d’intérêts politiques. En 1987, le nouvel acquéreur projette la construction d’un parc d’affaires qui ne
voit pas le jour, grâce aux protestations des associations de riverains, soutenues par les élus locaux.

Château de Rentilly

*La magnifique perspective depuis le parc, à l’arrière du château de Rentilly 

 

Le parc est alors classé en zone protégée, et le domaine devient propriété de la Communauté d’Agglomération de Marne et Gondoire, en 2005, qui le réhabilite et l’ouvre au public.
L’intérieur du château peut se visiter à l’occasion de ses expositions. Si l’intégralité des meubles ont disparus, les différentes pièces du bâtiment dévoilent encore quelques belles boiseries et
de nombreuses peintures murales.

 

sources : http://www.balades-en-brie.com/brie/bussy-saint-martin/chateau-de-rentilly.html   

Sonnerie des nouvelles cloches de Notre-Dame de Paris

Notre-Dame c’est le coeur battant de l’île de la Cité, elle a retrouvé son âme avec ses huits nouvelles cloches qui vont de nouveau ryhtmer la vie de l’île. 

 Nouvelles cloches de Notre Dame de Paris 

Il y avait  du monde sur toute la largeur de l’île de la Cité, c’était vraiment impressionnant. Ce fut encore un grand moment d’émotion, mais en même temps une grande joie… Une nouvelle
page s’est tournée dans l’histoire de Notre Dame de Paris.

 

Une nouvelle vidéo, une sonnerie différente, et au départ un extrait du discours de Monseigneur André XXIII, archevêque de
Paris.
  

 

En cette veille du dimanche des Rameaux, les cloches ont sonné, pour le plus grand plaisir de milliers de personnes.Croyants, non croyants, badauds ou simples curieux, tous ont apprécié ce moment
historique.
Monseigneur André XXIII a présidé a cérémonie.

 Nouvelles cloches de Notre Dame de Paris

Les huit nouvelles cloches ont uni leur voix au vieux bourdon Emmanuel, en place depuis 1686. Emmanuel est la seule cloche rescapée de la Révolution française. Il fallait bien sonner le
tocsin!!!
Et peut-être aussi était-il trop lourd avec ses 9 tonnes.

 Nouvelles cloches de Notre Dame de Paris

Virginie Bassetti a sculpté les huit merveilles de Notre-Dame : « Une cloche, ça sonne et ça dit des choses. D’où elles viennent, de quels saints elles chantent la gloire, le prénom de leurs
parrains. C’est un objet sacré, populaire et artisanal, joyeux et lumineux. Une cloche est faite de sens et de sentiment. Celles que je viens de terminer sont devenues invisibles dans leur
clocher. Les cloches ont ce destin-là : on les perd de vue, on les suit à l’oreille. C’est un patrimoine invisible. L’invisibilité participe au mystère. »

 Nouvelles cloches de Notre Dame de Paris

Avant de monter dans la tour nord, les plus beaux haut-parleurs de Paris ont paradé : « On estime qu’un million et demi de personnes sont venues les voir. On n’a jamais vu ça, s’étonne encore
Joachim Irudayanathan, le chrétien de Pondichéry, gardien et portier du temple de l’île de la Cité. Les gens les touchaient, les touchaient sans arrêt. On a laissé faire. Ces cloches, ce sont les
leurs. »

 

C’est d’ailleurs tute la magie de Notre-Dame : fédérer. Quatorze millions de visiteurs par an, vingt millions sur le parvis : aucun monument français n’attire autant de monde. Pas plus le Louvre
que l’Arc de triomphe. Ni même la Tour Eiffel. « Elle est étrange et familière. Elle est à tout le monde et elle s’appartient, sourit Patrick Jacquin, le recteur de l’endroit, elle est chargée
d’Histoire. Elle nous récapitule. »

 Nouvelles cloches de Notre Dame de Paris

*Le Prévost des Marchands, Bertrand Delanoë

 

« Les sonneries de la cathédrale Notre-Dame de Paris se décomposent en quatre grandes catégories :
 la sonnerie des offices (en semaine, le dimanche, sonneries dont l’ampleur est fonction du calendrier liturgique) ;  la sonnerie de l’Angélus trois fois par jour ;  la sonnerie du
carillon des heures (court motif pour les quarts d’heure, courte mélodie en fonction du temps liturgique chaque heure, plus d’une cinquantaine de motifs puisés dans le répertoire musical
séculaire de Notre-Dame se succèderont au fil de l’année liturgique) ; la sonnerie de circonstances particulières (Libération de Paris, 11 novembre, événements liés au pontificat, événements
nationaux, internationaux, drames de l’Humanité…)

 

Enfin, dans un souci de préservation de ce trésor patrimonial qu’est le grand bourdon historique Emmanuel, son usage sera réduit de moitié, réservé aux grandes solennités (Noël, Épiphanie,
Pâques, Ascension, Pentecôte, Assomption, Toussaint, ordinations) ainsi que pour la Libération de Paris et le 11 novembre. Il sera suppléé par le bourdon Marie ».

 

sources : http://www.ouest-france.fr/du 23 mars 2013
http://www.notredamedeparis.fr/ 

© Tous droits réservés, Visites guidées.net, © 2009-2017. Site optimisé pour Mozilla Firefox, Google Chrome et Internet Explorer 7+