Paris autrement

Paris autrement

Blog principalement consacré à Paris, ville touristique qui a la réputation d'être la plus belle ville du monde. Vous découvrirez également un Paris pittoresque, insolite et secret : ce sont des endroits souvent méconnus des Parisiens. Sans oublier la région Ile de France.

 "Ajoutez deux lettres à Paris : c'est le Paradis." Jules Renard

Le mur murant Paris, rend Paris murmurant    Anonyme

Paris se visite le nez en l'air  :   http://www.parislenezenlair.fr/ 

J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire

                       

  Chaque article où ce logo apparaît fait l'objet d'un dépôt chez un huissier de justice

Les écrits et les photos  de ce blog ne sont pas libres de droit. Ils ne peuvent être utilisées, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur.

" L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial " Article L111-1 du code de la propriété intellectuelle

Bien faire et laisser braire

Archives pour mars, 2014

La Tour Eiffel fête ses 125 ans

Sa silhouette se dresse fièrement par dessus les toits parisiens … au détour d’une rue, depuis les terrasses parisiennes ou banlieusardes, nul ne peut l’ignorer… on la voit de loin.

Tour Eiffel

La Tour Eiffel surplombe Paris et fête aujourd’hui ses 125 printemps.

Après 21 mois de travaux, la Tour Eiffel était inaugurée le 31 mars 1889.

Au fil des ans, elle est devenu le symbole de Paris, au point qu’il est difficile d’imaginer la ville lumière sans elle. Pourtant il n’en a pas toujours été ainsi…

Tour Eiffel

«Squelette disgracieux».

Tour Eiffel

Guy de Maupassant n’était pas tendre à l’égard de la tour Eiffel, et il n’était pas le seul. Un collectif d’artistes s’était même constitué contre le projet dans une tribune au Temps, extrait :

« Protestation des artistes contre la Tour Eiffel », lettre publiée dans LeTemps du 14 février 1887

« Nous venons, écrivains, peintres, sculpteurs, architectes, amateurs passionnés de la beauté jusqu’ici intacte de Paris, protester de toutes nos forces, de toute notre indignation, au nom du goût français méconnu, au nom de l’art et de l’histoire française menacés, contre l’érection, en plein coeur de notre capitale, de l’inutile et monstrueuse tour Eiffel que la malignité publique, souvent empreinte de bon sens et d’esprit de justice, a déjà baptisée du nom de Tour de Babel.

Tour Eiffel

Sans tomber dans l’exaltation du chauvinisme, nous avons le droit de proclamer bien haut que Paris est la ville sans rivale dans le monde. Au-dessus de ses rues, de ses boulevards élargis, le long de ses quais admirables, au milieu de ses magnifiques promenades, surgissent les plus nobles monuments que le genre humain ait enfantés. […] 

La ville de Paris va-t-elle donc s’associer plus longtemps aux baroques, aux mercantiles imaginations d’un constructeur de machines, pour s’enlaidir irréparablement et se déshonorer ?

 Car la tour Eiffel, dont la commerciale Amérique ne voudrait pas, c’est, n’en doutez pas, le déshonneur de Paris ! Chacun le sait, chacun le dit, chacun s’en afflige profondément, et nous ne sommes qu’un faible écho de l’opinion universelle et légitimement alarmée. […]

Il suffit, d’ailleurs, pour se rendre compte de ce que nous avançons, de se figurer une tour vertigineusement ridicule, dominant Paris, ainsi qu’un noire et gigantesque cheminée d’usine, écrasante de sa masse barbare: Notre-Dame, la Sainte-Chapelle, la tour Saint-Jacques, le Louvre, le dôme des Invalides, l’Arc de triomphe, tous nos monuments humiliés, toutes nos architectures rapetissées, qui disparaîtront dans ce rêve stupéfiant. Et pendant vingt ans, nous verrons s’allonger sur la ville entière, frémissante encore du génie de tant de siècles, comme une tache d’encre, l’ombre odieuse de l’odieuse colonne de tôle boulonnée. […] Tour Eiffel

Et si notre cri d’alarme n’est pas entendu, si nos raisons ne sont pas écoutées, si Paris s’obstine dans l’idée de déshonorer Paris, nous aurons du moins, vous et nous, fait entendre une protestation qui honore ».

Charles Gounod, Charles Garnier, Guy de Maupassant, Alexandre Dumas fils, François Coppée, Leconte de l’Isle, Victor Sardou, Sully Prudhomme, entre autres figurnet parmis les signataires.

Tour Eiffel

 

Quand la tour Eiffel démasque Mata Hari.

Tour Eiffel

Il était question de démonter la tour Eiffel en 1909. Mais l’Etat, pensant qu’elle pouvait avoir un rôle militaire, lui donne finalement un peu de répit. Bien joué! Un émetteur radio installé à son sommet permettra de capter des messages allemands décisifs lors de la Première Guerre mondiale.En particulier le radiogramme de la victoire permettant de déjouer l’attaque sur la Marne et d’autres messages conduisant à l’arrestation de Mata Hari.

Ouf, elle a eu chaud !

L’homme qui a vendu la tour Eiffel.

« En mars 1925, l’escroc Victor Lustig tombe sur un article faisant état des difficultés de l’État à entretenir la tour Eiffel et se demandant, sous forme de boutade «s’il ne fallait pas la vendre». Victor Lustig tente le coup. Il se fait alors passer pour un représentant du ministère des PTT, convoque six ferrailleurs et leur explique que la tour Eiffel doit être démolie et vendue en tant que féraille. André Poisson mord à l’hameçon et accorde même un pot-de-vin à Victor Lustig qui l’argent reçu, s’empressera de prendre la fuite. Arrêté en 1934, l’escroc aurait conservé dans sa cellule une carte postale de la Tour Eiffel sur laquelle était écrit «vendue pour 100.000 francs». »

La Tour Eiffel

 

Hitler voulait la démonter pour en faire des obus !

Elle était coiffée du drapeau nazi pendant la Seconde Guerre mondiale. Hitler a envisagé un temps de démonter la tour Eiffel et d’en fondre le fer pour en fait des obus et des chars.

A 125 ans, la Tour Eiffel est le quatrième site le plus visité de France et accueille chaque année quelque 7 millions de visiteurs.

La construction de la Tour Eiffel a commencé au cœur de Paris au début de l’année 1887.

TOUR EIFFEL CONSTRUCTION

Sur cette image, on peut voir les ouvriers à l’œuvre pour réaliser les fondations de l’édifice, sur lesquelles vont s’élever les 16 arêtes de fer.

TOUR EIFFEL

La « dame de fer » est peu à peu constituée. Le chantier –techniquement complexe– va durer au total 21 mois.

Le 31 mars 1889, la Tour Eiffel est officiellement inaugurée à l’occasion de l’Exposition universelle dont elle sera la principale attraction (il s’agit de la plus haute tour jamais construite, elle fait 300 mètres de haut). Le drapeau tricolore est hissé à son sommet.

Tour Eiffel

La tour Eiffel en chiffres… vertigineux !

2 ans, 2 mois et 5 jours. Le temps qu’il a fallu pour construire la tour.

1.665. Le nombre de marches à gravir jusqu’au troisième étage.

12.500. Le poids en tonnes de la Dame de Fer. A son inauguration, elle en faisait 1.200 de plus. Des travaux dans les années 1980 l’ont lesté de ses kilos superflus.

324. La hauteur de la tour Eiffel en comptant les antennes. Sans, l’édifice culmine à 112m. Elle est restée pendant 41 ans le monument le plus élevé au monde.

6.740.000. Le nombre d’entrées payantes comptabilisées en 2013. Au rythme actuel, la tour Eiffel devrait accueillir son 300 millionième visiteur en 2017.

Tour Eiffel

http://www.lesechos.fr/www.20minutes.fr/www.mini-site.louvre.fr/babylone/COMMUN/pdf/2_p4.pdf

Les photos ont étés prises à différents moments de l’année, de la journée, avec des ambiances ou des luminosités particulières, et de plusieurs endroits à Paris ou en banlieue. Car depuis la banlieue on voit très bien la Tour Eiffel !

 

Parc de Sceaux

Parc du Domaine de Sceaux

Hauts de Seine 92

Une toute petite vue d’ensemble du parc de Sceaux. Le domaine est grand, je suis loin de vous avoir tout montré!

Parc de Sceaux

L’ensemble du parc de Sceaux est inscrit au titre des « sites classés » depuis 1958.
Cette inscription est une mesure nationale reconnaissant la qualité locale d’un paysage. Elle permet d’alerter et de sensibiliser les acteurs locaux aux qualités pittoresque, historique, scientifique ou légendaire d’un lieu.

Parc de Sceaux

Esthétique de l’eau

Parc de Sceaux
Des remous des cascades aux pièces d’eau lisses encadrées de verdure, l’eau est omniprésente dans le parc qui compte neuf bassins historiques, une cascade art déco, un Grand canal structurant et de nombreux jets d’eau. Parc de Sceaux

Les statues du parc de Sceaux.
Comme les jardins italiens dont ils s’inspirent, les parcs dits « à la française » s’ornent de statues.
Tel est le cas à Sceaux. Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, les Colbert en concertation avec
André Le Nôtre et Charles Le Brun firent installer des antiques et des copies de chefs-d’œuvre appréciés
à l’époque et passèrent commande aux plus grands sculpteurs contemporains. Aujourd’hui, douze statues sont classées monuments historiques.

Ainsi, au domaine de Sceaux, nous sommes dans un « musée » à ciel ouvert. D’autres sculptures ont été rajoutées, dont quelques oeuvres de Letourneur (1898-1990).
Le Crépuscule
René Letourneur, 1950-53, pierre

Parc de Sceaux

L’Aurore
René Letourneur, 1949-50, pierre

Parc de Sceaux

L’Aurore et le Crépuscule
René Letourneur
Depuis 2007, deux sculptures néo-classiques de Letourneur ont été installées près du pavillon de l’Aurore. Ces deux femmes sont assises, leur corps est ramassé, replié sur lui même. Le bras s’appuie sur la jambe pour former des statues compactes, sans vide. Parc de Sceaux

*Le crépuscule, femme à la chevelure défaite

« Ici, le sculpteur ne recherche pas l’élan mais le repos et crée des formes massives et puissantes ». La première « l’Aurore », ou l’aube, date de 1949-1950. La deuxième « le crépuscule » date de 1951-1953. Les deux sculptures sont réalisées en taille directe en pierre d’Euville pour le parc de Sceaux.

Le parc de Sceaux abrite quelques arbres remarquables.
Parc de Sceaux

Ainsi, dans le jardin de l’Aurore, c’est un érable plane Acer platénoïde, dont la grosse charpentière est maintenue par un étai en châtaignier. Il est protégé par une barrière pour éviter le piétinement qui compacte le sol.Parc de Sceaux
Un compactage trop intense près du collet de l’arbre engendre une asphyxie des racines qui ne peuvent plus s’hydrater.

Les plus ordinaires sous réservent parfois de belles surprises.Parc de Sceaux
Mais qu’ils soient géants, rares, historiques, pittoresques ou poétiques, ils attirent tous les regards et les qualificatifs élogieux. Les arbres donnent au parc de Sceaux son caractère, le structurent et agrémentent ses allées, ses bosquets et ses sous-bois.Parc de Sceaux

Groupe de cervidés Georges Gardet Parc de Sceaux

Parc de Sceaux

Hauts de Seine 92

Groupes de cervidés

Georges Gardet 1863 1939

Installés en 1933.

groupe de cervidés Sceaux

Deux groupes de cervidés en bronze doré font face à la grande cascade. L’un deux est en cours de restauration. Georges Gardet les avait réalisées pour la porte Dauphine, à l’entrée du bois de Boulogne.groupe de cervidés Sceaux

Chaque groupe de cervidés comprend un cerf, une biche et un faon. Situés au sud, les deux groupes encadrent un escalier descendant vers le bassin de l’Octogone. groupe de cervidés Sceaux

Les cervidés ont tous le regard tourné vers le nord, et donc le bassin, et tournent le dos au reste du parc.

groupe de cervidés Sceaux

Ces sculptures sont impressionnantes : non seulement leur taille est imposante, mais en plus ils sont surélevés par rapport au niveau de l’allée qui fait le tour du bassin. Ainsi ils dominent le parc.

groupe de cervidés Sceaux

Les animaux de ce groupe sont calmes, posés, comme en attente.groupe de cervidés Sceaux

Les statues du parc de Sceaux

« Comme les jardins italiens dont ils s’inspirent, les parcs dits « à la française » s’ornent de statues. Tel est le cas à Sceaux. Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, les Colbert en concertation avec André Le Nôtre et Charles Le Brun firent installer des antiques et des copies de chefs-d’œuvre appréciés à l’époque et passèrent commande aux plus grands sculpteurs contemporains. Aujourd’hui, douze statues sont classées monuments historiques ».groupe de cervidés Sceaux

 

Parc de Sceaux Le parterre bas

Domaine de Sceaux

Hauts de Seine 92

 

Le jardin est d’abord un regard, que le paysagiste offre au visiteur comme un présent d’émotions.

Rien n’est plus vrai à Sceaux, grâce au travail jes jardiniers et de l’architecte en chef des monuments historiques, Pierre André Lablaude, spécialisé dans la restauration des jardins historiques. Il est responsable de la réhabilitation du parc de Versailles et de Trianon depuis 1990.

En voyant toutes ces merveilles on ne peut que penser à Le Nôtre, génial jardinier, dont on dit souvent que ses jardins sont ennuyeux! Mais qu’ils sont beaux. Rien n’y est ennuyeux, tout n’est qu’harmonie, tout y a été pensé avec soin !

Sceaux

Le  rétablissement de la compartimentation et des pièces coupées du parterre bas.

Le parc de Sceaux fut l’un des grands jardins classiques et réguliers des 17e et 18e siècles. Les premiers aménagements du parc ont été réalisés vers 16701676 par André Le Nôtre.
La vue est magnifiée par la réintroduction des décors de broderies du parterre haut, mais aussi par les pièces coupées de gazon du parterre bas. L’art paysager français est retrouvé.

Sceaux

Ces deux réalisations respectent l’histoire et les règles de composition.
Les coûts d’entretien des parterres de broderie et de gazon ne seront pas supérieurs au coût actuel d’entretien.

Le parterre bas : le rétablissement de la compartimentation et des pièces coupées
Les compartiments des parterres étaient de dimensions décroissantes à partir du château pour dynamiser l’effet perspectif. La réintroduction du parterre bas a été l’occasion de recréer la composition géométrique et les compartiments en pièces coupées de gazon dessinées par André Le Nôtre.

Sceaux

« Le parterre bas est un remarquable exemple de compartimentation de pièces coupées de gazon, avec son dessin équilibré d’enroulements se découvrant depuis les terrasses supérieures. Les dimensions décroissantes des compartiments, vers l’ouest, sont étudiées pour accélérer l’effet perspectif. Les étroites banquettes de gazon ponctuées d’ifs taillés renforcent les lignes de fuite, tant vers l’ouest (plaine des Quatre Statues) que vers le sud (Grand canal).

Sceaux

*Les ifs taillés renforcent les lignes de fuite.

Les réintroductions des broderies permettent de rétablir une composition géométrique, conforme à l’esprit de Le Nôtre. Cette nouvelle compartimentation a nécessité de réduire la partie inférieure du talus engazonné pour assurer le rattrapage de niveaux entre le parterre haut et le parterre bas. Ces travaux se sont accompagnés de la suppression de l’actuelle rampe pavée axiale, aménagée dans les années 1930, permettant ainsi de ne conserver que les cheminements latéraux d’un parterre à l’autre, selon la logique d’origine de découverte progressive des composantes du parc.

Sceaux

Pour les parties latérales du talus, les emmarchements ont été conservés pour la volée haute ; ils ont été prolongés pour retrouver des niveaux de palier appropriés, avec la reprise de nivellement de la partie Est du parterre. Ce prolongement a été assuré par des marches et éléments de limon de réemploi provenant du démontage de la volée basse de ce même escalier.
Pour réaliser les pièces coupées de gazon et assurer un contour précis et régulier des motifs, il fut indispensable de mettre en place des voliges métalliques. Les étroites banquettes de gazon, ponctuées d’ifs taillés, renforcent l’effet de perspective des larges bandes axiales sablées. Des travaux préparatoires de sols et de drainage ont été nécessaires ».

©Pierre-André Lablaude, architecte en chef des monuments historiques

Le talus Est

Sceaux

*Les travaux du parterre bas ne sont pas tout à fait terminés. A droite le talus Est.
Des interventions préalables de décaissement de sols au droit de l’actuel talus Est, le démontage des volées inférieures des emmarchements latéraux et la démolition de la rampe axiale pavée ont rétabli l’emprise de la topographie d’origine.

 

Et pendant ce temps là, Germaine entretient le talus !!!

Sceaux

Sources : sur site et Conseil Général des Hauts de Seine CG 92

 

Domaine de Sceaux Le pavillon de l’Aurore

Domaine de Sceaux

Hauts de Seine 92

 

Le parc de Sceaux, c’est aussi plusieurs bâtiments architecturaux, dont la pavillon de l’Aurore datant du 17e siècle.

 

Le Pavillon de l’Aurore

Sceaux pavillon de l'Aurore

J’ai retrouvé le poème de Sceaux, écrit par Philippe Quinault, à la demande de Colbert. Il comporte deux chants, soit 573 vers!

Sceaux pavillon de l'Aurore

J’estois dans les Jardins de l’aimable Demeure,
Ou le Mecene des François
Vient voir l’esclat des fleurs, et l’ombrage des bois,
Quand ses soins redoublez ont mênagé quelque heure
Sur le temps de ses grands Emplois.
Ce jour mesme, il devoit s’y rendre
Et je me promenois en resvant pour l’attendre.
Je me fis un amusement
D’observer le grand Bastiment
Qui s’eleve au milieu de ce sejour champestre ;

Sceaux pavillon de l'Aurore
J’admiray mille fois ce Chefdœuvre des Arts
Dont la beauté sans pompe enchante les regards,
Et semble, en se montrant craindre de trop paraistre,
Comme si la Maison vouloit de toutes parts
Faire également reconnaistre
La sage modestie, et la grandeur du Maistre.

Sceaux pavillon de l'Aurore

Le Pavillon de l’Aurore abrite l’une des compositions parmi les plus remarquables réalisées par Charles Le Brun, après Vaux-le-Vicomte et avant les grands décors de Versailles.Sceaux pavillon de l'Aurore

Jean-Baptiste Colbert était baron de Sceaux, surintendant des Bâtiments, Arts et Manufactures. Il fit construire dans les années 1670, cet élégant pavillon de jardin, expression de son goût pour une architecture appelée classique.

Sceaux pavillon de l'Aurore

Le Pavillon de l’Aurore est l’écrin d’une remarquable composition picturale sur le thème de l’Aurore, précédant le lever du soleil, œuvre de Charles Le Brun, premier peintre du roi Louis XIV.

Cette célèbre coupole, élaborée avant les grands décors de Versailles, domine un salon en rotonde encadré de deux cabinets quadrangulaires.

En 1677, devant les membres de l’Académie française, Colbert fit lire une longue description en vers, composée par Philippe Quinault, commentant le décor de ce « Cabinet de l’Aurore ».

Que jaime a voir icy la Deesse charmante
Qui rend à l’Univers la clarté renaissante ;
Je veux la depeindre, à mon tour,
Telle que d’une main sçavante,
Elle est depeinte, impatiente
De ceder dans les Cieux sa place au Dieu du jour
Pour aller en secret où l’appelle l’Amour.

Vous qui faites l’ardeur dont ma veine s’allume,
Animez moy d’un feu nouveau ;
Le Brun s’est surpassé dans un dessein si beau :
Muses, venez aider ma Plume
A suivre son divin Pinceau.

Du Dieu de la clarté l’aimable Avant-couriere
De la porte du Jour fait ouvrir la barriere ;
Et de laffreuse Nuit perçant le voile obscur,
Avec de longs traits de lumiere
Trace sur le celeste azur
De l’Astre qui la suit la brillante carriere.

 pavillon de l Aurore

Deux Coursiers bondissants tirent son char pompeux,
Et d’un souffle enflammé chassent l’air tenebreux
Qu’ils rencontrent sur leur passage.
Un espais et sombre Nuage
S’ouvre, s’abaisse devant eux,
Et devient sous leurs pas un chemin lumineux.

Desja ces deux chevaux, dans leur ardeur bouillante,
Sentent que le grand jour ne sçauroit plus tarder ;
Desja, prés de descendre, ils semblent regarder
Le détour le moins long, et la moins rude pente.
Ces deux Amours jaloux qui veulent les guider
Paroissent resolus a ne se rien ceder ;

Plus tard, Louis XIV et la cour admirèrent l’édifice lors d’une grande fête ordonnée par Jean-Baptiste Colbert, marquis de Seignelay, fils du précédent, en 1685. Dans les années 1714 et 1715, Louise-Bénédicte de Bourbon, duchesse du Maine, fit de ce gracieux édifice le décor de la scénographie de ses fêtes, « les Grandes Nuits de Sceaux ».

La façade Ouest du Pavillon de l’Aurore présente un jeu équilibré de lignes et un élégant accord de courbes formées par le bassin et la fontaine, sorte de buffet d’eau, …

Sceaux pavillon de l'Aurore

… les deux degrés d’accès au perron, l’avant-corps, le dôme et les balustrades.

 Sceaux pavillon de l’Aurore

 Une restauration de l’architecture et du décor intérieur fut réalisée dans les deux dernières décennies du XXe siècle.

Traversons ce Parterre, et voy ces fleurs nouvelles
Se parer à l’envy des couleurs les plus belles. D’un seul regard, découvre ici de tous costez,
Ces charmantes diversitez
Qui doiuent enchanter ta vüe

Sceaux pavillon de l'Aurore

Dans une Solitude et si riche et si belle,
Observe un Bastiment tracé sur le modelle,
D’un Temple au bord de l’Inde autrefois eslevé,
L’Art n’a rien fait jamais qui fût plus achevé.

Sceaux pavillon de l'Aurore
C’est ici que souvent l’Aurore se retire ;
Avec plaisir elle y soupire ;
Elle y vient en secret retracer à son gré,
Le tendre souvenir de son amour fatale
Pour l’Ingrat, et charmant Cephale ;
Son triste Cœur s’est figuré
Que sur la Rive Orientale
Son amoureux chagrin estoit trop esclairé.

Sceaux pavillon de l'Aurore

Le Maistre de ces lieux veut que le Loisir mesme
S’occupe icy tousjours de quelque soin pressant.
Tout ce qu’on y voit se ressent
De son exactitude extréme,
Et de son genie agissant.

 

Sources : http://www.quinault.info/Home/l-oeuvre/poesies-diverses/poeme-de-sceaux

http://domaine-de-sceaux.hauts-de-seine.net/

© Tous droits réservés, Visites guidées.net, © 2009-2017. Site optimisé pour Mozilla Firefox, Google Chrome et Internet Explorer 7+