Paris autrement

Paris autrement

Blog principalement consacré à Paris, ville touristique qui a la réputation d'être la plus belle ville du monde. Vous découvrirez également un Paris pittoresque, insolite et secret : ce sont des endroits souvent méconnus des Parisiens. Sans oublier la région Ile de France.

 "Ajoutez deux lettres à Paris : c'est le Paradis." Jules Renard

Le mur murant Paris, rend Paris murmurant    Anonyme

Paris se visite le nez en l'air  :   http://www.parislenezenlair.fr/ 

J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire

                       

  Chaque article où ce logo apparaît fait l'objet d'un dépôt chez un huissier de justice

Les écrits et les photos  de ce blog ne sont pas libres de droit. Ils ne peuvent être utilisées, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur.

" L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial " Article L111-1 du code de la propriété intellectuelle

Bien faire et laisser braire

Archives pour août, 2014

Défilé de la Colonne Dronne 24 août 2014 Porte d’Italie

Défilé de la Colonne Dronne

Porte d’Italie

Paris 13e

 

Dimanche 24 août, date anniversaire, c’est la Colonne Dronne qui a défilé à Paris, depuis la porte d’Italie. Le défilé a suivi l’itinéraire que la colonne a emprunté, 70 ans plus tôt,  au départ de la porte d’Italie.

Défilé de la Colonne Dronne

Cet évènement s’est déroulé avec les reconstitueurs de l’association Koufra, et d’autres groupes associatifs, dans un souci de devoir de mémoire.

Les troupes sont arrivées avec du retard dimanche soir, il faisait presque nuit. La circulation n’était pas coupée, ce qui a provoqué un sacré cafouillage! Le tramway quant à lui a été arrêté vraiment au dernier moment. Le défilé étant en retard, et attendu à la mairie du XIIIe, tout s’est passé très très vite! Un bal était donné, là aussi.

Défilé de la Colonne Dronne

On aperçoit le tramway juste derrière, juste avant son arrêt.

Défilé de la Colonne Dronne

La 2e DB et la 4e DIUS avaient défilé la veille; en partant de la porte d’Orléans, puisque historiquement c’est par la porte d’Orléans que ces ceux compagnies sont entrées pour libérer Paris.

Nous l’avons vu hier, le généralissime Eisenhower s’est fait un peu tirer l’oreille pour envoyer ses troupes libérer Paris!

Défilé de la Colonne Dronne

Défilé de la Colonne Dronne

Une situation critique à Paris

La situation dans la capitale était critique. Malgré la prise par les F.F.I. de nombreux endroits à Paris, dont l’Hôtel de Ville, les Allemands contrent attaquent furieusement. Les F.F.I. manquent cruellement d’armes lourdes, et sont impuissants devant l’impossibilité de prendre les points fortifiés par l’ennemi. Les chefs de la Résistance, y compris les communistes, sont bien conscients que la victoire ne sera pas possible sans soutien. Aussi, dès le 20 août, Rol-Tanguy dépêche des émissaires vers les généraux alliés. Au même moment, De Gaulle intervient, non pas pour aider la Résistance, mais dans le but inavoué de mettre fin à l’insurrection afin d’asseoir sa propre autorité au plus vite.

Défilé de la Colonne Dronne

Défilé de la Colonne Dronne

Et Paris?

De Gaulle rencontre Eisenhower, et s’inquiète : « Et Paris? »

Il argumente, rappelant à l’Américain sa promesse que des troupes françaises entreraient dans Paris. La conversation est tendue, chacun campe sur ses positions.

De Gaulle ne s’avoue pas vaincu, le lendemain il adresse une lettre officielle à Eisenhower :

« Les informations que je reçois aujourd’hui de Paris me font penser qu’étant donné la disparition presque complète des forces de police et des forces allemandes à Paris et l’état d’extrême disette alimentaire qui y règne,de graves troubles sont à prévoir dans la capitale avant très peu de temps. Je crois qu’il est nécessaire de faire occuper Paris au plus vite par les forces françaises et alliées, même s’il devait se produire quelques combats et dégâts à l’intérieur de la ville. S’il se créait maintenant dans paris une situation de désordre, il serait ensuite difficile de s’en rendre maître sans de sérieux incidents, et cela pourrait même gêner les opérations militaires ultérieures. »

L’argument, habile, va porter. Eisenhower, qui ne veut pas que la sécurité de ses arrières soit menacée par la situation à Paris, cède.

Défilé de la Colonne Dronne

Défilé de la Colonne Dronne

A ce moment là, tout va s’accélérer. il pense à la 2e DB, d’ailleurs le bouillonnant Leclerc avait déjà pris les devants! La libération de Paris est en marche! Le 23 août, à six heures du matin, 4000 véhicules et 200 chars de la DB foncent vers Paris.

Défilé de la Colonne Dronne

Défilé de la Colonne Dronne

« Dronne, filez droit sur Paris, entrez dans Paris »

Le 23 août, en fin d’après-midi, De Gaulle rencontre Leclerc et lui fait cet aveu : « Vous avez de la chance (…) Allez vite. Nous ne pouvons pas nous payer le luxe d’avoir une nouvelle Commune. »

C’est une course de vitesse qui va s’engager car la 4e DIUS a reçu l’ordre d’entrer dans Paris le 25 août à deux heures du matin. Et la 2e DB piétine. Pour Leclerc, il était évident que les Français ne doivent pas se faire griller la politesse!

Le général fait décoller un petit pipper club, et fait parachuter, devant la Préfecture de Police, ce message : « Tenez-bon, nous arrivons! »

Plus tard, il tombe sur le capitaine Dronne, un Français libre de la première heure :

 » – Dronne, qu’est-ce que vous foutez là?

– Mon général, je me rabats sur l’axe. J’en ai reçu l’ordre, réitéré et formel.

– Il ne faut pas exécuter les ordres idiots. Dronne, filez droit sur Paris, entrez dans Paris ».

Et Leclerc de joindre le geste à la parole, en pointant sa canne en direction de Paris.

Défilé de la Colonne Dronne

Défilé de la Colonne Dronne

Dronne s’exécute. La petite colonne Dronne, avec ses trois chars Shermann, les Montmirail, Champaubert et Romilly, accompagnés d’une jeep et d’une quinzaine de half-tracks, parvient porte de Gentilly à 20h45, et arrive à l’Hôtel de Ville à 21h22 le 24 août 1944.

La fille du capitaine Dronne, Colette Dronne-Flandrin, confiera :  « Mon père disait toujours que c’était pur hasard que Leclerc l’ait désigné pour être le premier », mais, ajoute-t-elle, « Leclerc savait toujours où étaient ses hommes et de qui il pouvait disposer. Il a cherché mon père ».

Dronne avait immédiatement choisi la France libre. « Il était profondément anti-nazi », note Colette Dronne. « Il avait fait des études en Allemagne où il avait lu « Mein Kampf ». Il s’était formé une idée certaine et précise : faire la guerre aux nazis où que ce soit ».

C’est la première troupe alliée à entrer dans Paris, la « Nueve », elle est composée de pionniers espagnols qui, sous le commandement du capitaine Raymond Dronne, ouvrirent la voie à la 2ème DB dans la capitale. Mme Hidalgo leur a d’ailleurs rendu hommage dans son discours le lendemain.

Défilé de la Colonne Dronne

Défilé de la Colonne Dronne

« Dronne aurait pu se rendre à la préfecture de police. Il préfère l’Hôtel de Ville, « symbole des libertés des Parisiens », écrit-il dans ses « Carnets de route d’un croisé de la France libre » (1984). Il y parvient, guidé par un motocycliste d’origine arménienne qui permet à la colonne d’éviter barricades ou forces ennemies. En chemin, souligne Dronne, les Parisiens croient voir passer des blindés allemands et se cachent, mais sur l’esplanade de la mairie, ils comprennent vite. « La foule revient, jubile, paralyse notre mise en place. Une Marseillaise formidable jaillit ». La radio rebelle de Pierre Schaeffer annonce la nouvelle et les cloches des églises sonnent à toute volée. C’est ainsi que la 2ème DB, quelques kilomètres plus au sud, apprend que la colonne a rempli sa mission. »

Défilé de la Colonne Dronne

Lors de ce défilé commémoratif ces gros chars Shermann n’y étaient pas, étant donné la taille des chars Shermann, cela me paraissait difficile.

Sources : magazine Paris de Lutèce à nos jours, et

http://www.dday-overlord.com/forum/percee-colonne-dronne-pour-liberation-paris-t2459.html

Article rédigé par mes soins, aussi toute copie sera sanctionnée

 

Défilé de la 2e DB et de la 4e DI US rue du Commerce

Défilé de la 2e DB et de la 4e DI US

23 août 2014

Rue du Commerce

Paris 15e

Métro : Rue du Commerce, Emile Zola ou La Motte-Piquet Grenelle

Souvenez-vous, lundi je vous ai présenté le défilé de la 2e DB

Défilé de la 2e DB et de la 4e DI US rue du Commerce

Défilé de la 2e DB et de la 4e DI US rue du Commerce

Ce défilé a eu lieu dans le cadre des commémorations de la Libération de Paris durant toute la semaine écoulée.

En particulier, il y a eu ce défilé des véhicules et des troupes à pied en ordre serré par bataillon de la 2e Division Blindée et de la 4e Division d’Infanterie américaine. Il a eu lieu rue du Commerce, dans le 15e arrondissement de Paris. Il a rejoint ensuite la Mairie du 15e arrondissement, où un bal populaire s’est déroulé.

Ce défilé fut organisé par l’association Koufra.

Défilé de la 2e DB et de la 4e DI US rue du Commerce

Rappel historique

Paris perd durant quatre années son statut capitale pluriséculaire de la France, et devient la capitale allemande de la France. L’occupant y règne en maître, les collaborateurs paradent et s’affichent dans l’espace public. Paris est réduite au statut de quasi préfecture de province. Ses administrations sont, un temps, pratiquement coupées de leurs autorités de tutelle, établies à Vichy.

Ce groupe, situé en Ile de France, rend hommage aux troupes des FFI (Forces Françaises Intérieures) et de l’US Army qui ont libéré notre pays grâce à leurs sacrifices. Il participe aux manifestations et commémorations en France et en Belgique, mais aussi sur des camps multi-époques.

Défilé de la 2e DB et de la 4e DI US rue du Commerce

Défilé de la 2e DB et de la 4e DI US rue du Commerce

Il reconstitue le plus fidèlement possible la vie des hommes et des femmes durant cette période douloureuse de notre histoire. Cette année étant la 70e anniversaire de la Libération de Paris, l’association, avec l’aide d’autres associations, a réuni 200 personnes représentant les différentes unités de la 2ème DB; pour la logistique il y avait 50 véhicules.

Le défilé qui a eu lieu samedi dans les rues de Paris, et rue du Commerce en milieu d’après-midi, rendait hommage à la 2e DB et et à la 4e DI US qui sont entrées dans Paris le 25 août 1944 pour libérer la ville du joug nazi.

 

Le Général Leclerc, acteur de la Libération de Paris

Le général Leclerc attendait ce moment depuis un an et ne pensait qu’à ça !

La situation des insurgés parisiens était très délicate, et seule l’intervention des troupes alliées venues de Normandie permettrait de donner une issue favorable à l’insurrection. A l’heure où l’insurrection du peuple de Varsovie a été sauvagement matée par les Allemands le 1er août, Chaban-Delams presse le général Koënig, commandant en chef des FFI à Londres, d’intervenir.

Rol-Tanguy s’inquiète lui aussi de la situation et sait qu’un coup de force populaire n’a aucune chance d’aboutir seul.

Défilé de la 2e DB et de la 4e DI US rue du Commerce

Défilé de la 2e DB et de la 4e DI US rue du Commerce

L’homme providentiel sera Charles de Gaulle, qui va rencontrer Eisenhower, commandant en chef des forces alliées en Europe, et pour qui la libération de Paris n’était pas une priorité. De Gaulle lui demande avec insistance l’envoi de troupes pour libérer Paris mettant en avant la faiblesse des Allemands à Paris, la pénurie alimentaire,et le menace d’une « situation de désordre ».

L’autre motivation cachée de De Gaulle est la prise de pouvoir des communistes. Eisenhower cède le 22 août, il ordonne au général Bradley, chef de l’US Army sur le front ouest, de lancer deux unités sur Paris, la 4e division US et surtout la 2e DB dirigée par Leclerc, pour qui le moment est enfin arrivé de réaliser son objectif, libérer la capitale.

Sa division de choc, forte de 15 000 hommes, avait été créée en Afrique en 1943, précisément pour libérer Paris le moment venu, et ouvrir la route à De Gaulle.

Gaulliste de la première heure, Leclerc, impatient, ronge son frein, attendant un ordre qui ne vient pas… Il envoie même, dès le 21 août, un détachement léger de reconnaissance au sud ouest de Paris, sans l’autorisation de sa hiérarchie américaine!

Défilé de la 2e DB et de la 4e DI US rue du Commerce

Défilé de la 2e DB et de la 4e DI US rue du Commerce

 

Enfin, le 22 août à 18h, le général Bradley lui transmet l’ordre d’Eisenhower de foncer sur la capitale.

A 16 heures le lendemain, 4000 véhicules et 200 chars Sherman, portant l’insigne de la 2e DB, une crois de Lorraine dans une carte de France, se mettent en branle vers Paris, à 200 km de là,il faut faire vite…

Défilé de la 2e DB et de la 4e DI US rue du Commerce

Les FFI de Rol-Tanguy

Défilé de la 2e DB et de la 4e DI US rue du Commerce

Parmi les forces en présence, la FFI a joué un grand rôle. Son chef, Rol-Tanguy, avait placardé dans tout paris des affiches appelant les parisiens à la résistance en ces termes :

« Parisiens !

L’insurrection du Peuple de Paris a déjà libéré de nombreux édifices de la Capitale. Une première grande victoire est remportée.

La lutte continue. Elle doit se poursuivre jusqu’à ce que l’ennemi soit chassé de la Région parisienne.

Plus que jamais, TOUS AU COMBAT.

Répondez à l’Ordre de Mobilisation Générale, rejoignez les FFI.

Toute la population doit, par tous les moyens, empêcher la circulation de l’ennemi.

Abattez les arbres, creusez des fossés anti-chars, dressez des barricades.

C’est un Peuple vainqueur qui recevra les Alliés. »

Défilé de la 2e DB et de la 4e DI US rue du Commerce

De Gaulle furieux

Le général Leclerc laissera le chef communiste Rol-Tanguy, chef communiste des FFI de Paris, co-signataire de la capitulation allemande. Le Général De Gaulle l’apprend quand il arrive à l’Hôtel de Ville, il est furieux!

Il pousse un second coup de gueule quand le président du Conseil national de a Résistance, Georges Bidault, le presse de proclamer la République : »Non, la République n’a jamais cessé d’être, Vichy fut toujours et demeure nul et non avenu. »

De Gaulle dira plus tard :

« La République n’a jamais cessé d’être. La France libre, la France combattante, le Comité français de Libération nationale l’ont, tour à tour, incorporée (…). Moi-même, je suis le président du Gouvernement de la République. Pourquoi irais-je la proclamer? »

Défilé de la 2e DB et de la 4e DI US rue du Commerce

Défilé de la 2e DB et de la 4e DI US rue du Commerce

sources : le Figaro et le Parisien du 25 août 2014, Géo Histoire, association Koufra

Article rédigé par mes soins, aussi toute copie sera sanctionnée

Paris célèbre sa Libération

Paris célèbre sa Libération

Esplanade de la Libération.

Paris 4e

Cérémonie en présence de Mr François Hollande, Président de la République.

 

La cérémonie a débuté par quelques morceaux de musique militaire, suivis des discours de Madame Anne Hidalgo, Maire de Paris, et de Mr François Hollande. Il y avait des chorales, des danseurs, mais nous ne les voyions pas, je vous explique pourquoi à la fin de l’article. De même, difficile de bien apprécier les images diffusées sur la façade du bâtiment.

Paris célèbre sa Libération

Un beau spectacle, sous une pluie battante, j’ai fait peu de photos, étant donné la météo exécrable. 

Paris célèbre sa Libération

Paris célèbre sa Libération

Pourquoi l’Hôtel de Ville

Le choix d’une cérémonie à l’Hôtel de Ville n’est pas fortuit.

Paris célèbre sa Libération

Le 24 août 1944 le régiment du Capitaine Dronne parviendra à  21h22 à l’Hôtel de Ville, tenu depuis le 20 par 400 résistants. Le lendemain, le 25 août 1944, sous un beau soleil, la 2e DB,  aidée de la 4e Division US, entre dans Paris. Arrivé à Paris peu avant le Général de Gaulle consentira à rejoindre l’Hôtel de Ville où l’attendent les représentants de la Résistance. Il arrive à 19h30, sous les vivats des parisiens. C’est à l’Hôtel de Ville que De Gaulle prononcera son célèbre discours :

« Paris, Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé mais Paris libéré ! Libéré par lui-même, libéré par son peuple avec le concours des armées de la France, avec l’appui et le concours de la France tout entière : c’est-à-dire de la France qui se bat. C’est-à-dire de la seule France, de la vraie France, de la France éternelle. » Paris célèbre sa Libération

Paris célèbre sa Libération

Paris célèbre sa Libération : un son et lumière monumental suivi d’un grand bal populaire

 Il y a 70 ans, Paris se libérait de l’occupant. A cette occasion, de nombreuses commémorations se sont tenues dans la capitale, le point d’orgue de ces cérémonies étant la projection vidéo sur l’Hôtel de Ville, suivi d’un bal populaire.

Paris célèbre sa Libération

Paris célèbre sa Libération

A partir de 21h, cette soirée commémorative exceptionnelle débutera par une cérémonie républicaine – marquée par les discours de François Hollande, Président de la République, et d’Anne Hidalgo, Maire de Paris. Avec la présence, notamment, du Président du Sénat, du Premier ministre, du Ministre de la Défense et du Secrétaire d’Etat en charge des Anciens Combattants et de la Mémoire.

Paris célèbre sa Libération

On ne le distingue par très bien, ce sont des images d’avions diffusées sur la façade.

Paris célèbre sa Libération

Spectacle monumental son et lumière

Le spectacle historique son et lumière a retracé les grandes étapes de la deuxième guerre mondiale et de la Libération de Paris, illustré par des centaines d’archives inédites projetées sur la façade de l’Hôtel de Ville en vidéo mapping.

Paris célèbre sa Libération

Paris célèbre sa Libération

Qu’est ce que le vidéo mapping ?

Une grande image réalisée en studio, grâce à des logiciels 3D qui permettent de créer des interactions immédiates avec l’architecture et des décors immersifs.

– Le traitement et la mise en scène d’images d’archives utilisées à la fois comme des repères dans le temps et des flashbacks, mais remaniées et dupliquées pour leur donner une véritable modernité.

– 160 artistes scéniques, danseurs, chanteurs, percussionnistes, qui rendent plus réelle et plus palpable l’évocation historique. Cette intervention humaine est enrichie par un fil conducteur formel, la récurrence de silhouettes en ombres monumentales, tournées en studio en amont, et symboles de de « l’armée des ombres ».

Paris célèbre sa Libération

Quelques chiffres

200 techniciens, un écran géant de 28 x 9 mètres, soit 250m2, 32 vidéoprojecteurs pour couvrir l’intégralité de la façade, 12 caméras, 4 jours de montage.

Paris célèbre sa Libération

Paris célèbre sa Libération

Paris, le 25 août 2014 Discours d’Anne Hidalgo, Maire de Paris extrait

« Il y a 70 ans que la liberté a repris pied à Paris. Il y a 70 ans qu’elle a réuni dans un combat commun civils et combattants, soldats de la France Libre et Résistants, Parisiens et Alliés, Français et étrangers. Il y a 70 ans que d’heure en heure elle a progressé quartier après quartier, rue après rue, immeuble après immeuble, vers la victoire irrévocable annoncée par le général de Gaulle ici-même. Aujourd’hui le vacarme assourdissant des armes a laissé place à l’ordre solennel et silencieux du cérémonial. La paix règne à l’endroit même où la liberté a souffert puis triomphé par les armes. Ce spectacle est sans doute le plus beau témoignage de fidélité que nous puissions offrir à celles et ceux qui se sont battus ici à la fin du mois d’août 1944. La guerre qu’ils ont livrée a enfanté une paix qu’ils ont espérée. La ville qu’ils ont reconquise au nom de la liberté est acquise à la liberté.

Au nom du Peuple de Paris, je m’incline aujourd’hui face au courage de ces combattantes et combattants. Héros de guerre et artisans de paix, vous avez fait bien davantage que restituer à notre ville l’intégrité de son territoire. Vous l’avez aidée à retrouver son identité. Vous lui avez permis de renouer avec son génie. Vous l’avez rendue à elle-même. Vous avez adressé un formidable message d’espoir à toutes celles et tous ceux qui se battaient pour la liberté – un message entendu sur le parvis Notre-Dame et partout dans le monde où les cloches ont sonné pour célébrer la Libération de Paris. »

 Paris célèbre sa Libération

Paris célèbre sa Libération

Je voudrais réagir à ce qui a été dit lors des reportages télévisés au sujet de cette cérémonie. Les journalistes ont dit que les parisiens était venu nombreux sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Ces « parisiens » présents sur le parvis, ce sont les invités! Le pauvre public lambda n’avait pas accès au parvis, il fallait avoir son petit carton d’invitation, ce qui veut dire que c’était réservé aux « VIP », famille des ministres, etc…

Toute la place était bouclée.Le public était tout autour, cantonné derrière des barrières, et certainement pas face à l’écran mais sur les côtés. L’accès face à l’Hôtel de Ville nous était interdit. Les médias n’ont pas montré ça!

 Nous avons vu le spectacle, mais dans de mauvaises conditions, en plus de la pluie battante !! Je trouve dommage que la Mairie en fasse rn tel battage, invite les parisiens, alors qu’on ne peut pas se placer correctement pour apprécier le spectacle ….

Pourtant, les parisiens, et les touristes étaient là, massés derrière les barrière, sur les ponts … Mais les caméras ne se sont pas attardées sur nous ! C’est plus valorisant de montrer la foule sur le parvis de la Mairie de Paris.

 Paris célèbre sa Libération

 

Sources : www.paris.fr 

 complément le Parisien du 25 août 2014, et    http://www.charles-de-gaulle.org/

Libération de Paris L’ arrivée de la 2e DB et de la 4e DIUS le 25 août 1944

Libération de Paris L’ arrivée de la 2e DB et de la 4e DIUS

Rappel historique

En ce 14 juin 1940, par une journée pluvieuse, Paris tombe sans combat. Les soldats du Reich entrent dans une ville silencieuse vidée des deux tiers de sa population, partie sur les chemins de l’exode. Le premier acte de l’occupant sera d’ôter le drapeau français qui flotte sur le ministère de la Marine. A la place se dressera le drapeau à croix gammée au sommet de l’Arc de triomphe.

Les allemands réquisitionnent par la suite les monuments et les immeubles afin d’y installer leurs bureaux, leurs logements et leurs soldats. Tout cela, sous les yeux du petit million de parisiens toujours dans la ville …Leur vie quotidienne en sera affectée, ils subiront les réquisitions, les pillages, les persécutions, la répression, le froid et la faim.

 

Paris, Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé mais Paris libéré !

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

*Les soldats de la 2e DB saluent les parisiens incrédules mais heureux d’être enfin libérés…

 

La libération de Paris le 25 Août 1944 : la 2e DB et de la 4e DIUS*

L’arrivée de la 2e DB

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

 Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

*La joie des soldats de libérer Paris devant une foule en liesse…

 

« A partir du 13 août 1944, la division est regroupée dans la région d’Argentan et le général Leclerc (Philippe de Hauteclocque) attend impatiemment l’ordre de foncer sur Paris. Cette impatience grandit avec l’annonce de l’ordre d’insurrection de Rol-Tanguy, commandant les FFI d’Ile de France, affiché dans Paris le 18 août.

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

 Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

La libération de Paris est en marche… Le long cortège de la 2e Division Blindée, dirigée par le Philippe général de Hauteclocque, entre enfin dans Paris !

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

Division de fer toujours en avant
Les gars de Leclerc passent en chantant.
Jamais ils ne s’attardent, la victoire n’attend pas et chacun les regarde
Saluant chapeau bas.
Division de fer toujours souriant
Les gars de Leclerc passent en chantant.
D.B. vive la deuxième DB !

Chant de la 2e DB

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

Leclerc envoie de sa propre initiative le 21 août en direction de Versailles, un élément aux ordres du commandant de Guillebon, -polytechnicien, rallié de la première heure- pour tester les défenses allemandes. Face aux hésitations du commandement allié, l’insistance de Leclerc et celle du général de Gaulle auprès du général Eisenhower, commandant en chef allié, l’envoi de la mission Gallois par Rol-Tanguy, l’ordre est enfin donné le 22 août au soir par Bradley de libérer la capitale avec l’aide de la 4e Division américaine. »

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

 Ils ont connu des brunes et des blondes
Dans les pays qui les ont vus passer
Mais dans leur coeur un seul amour au monde
Notre pays qu’ils viennent délivrer.
C’est pour eux tous dans un doux coin de la France
La fiancée qui attend le retour,
Elle oubliera tous les jours de souffrance
Quand la victoire lui rendra son amour.

Chant de la 2e DB

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

Enfin, le 24 août, la division Leclerc s’organisée en deux colonnes et se dirige vers Paris à l’ouest, par la vallée de Chevreuse, Jouy-en-Josas, Clamart; au sud elle emprunte un itinéraire sans opposition allemande; la colonne se glisse à travers Fresnes, l’Haÿ-Les-Roses, Bagneux, Cachan, Arcueil, Gentilly la porte d’Italie, puis le boulevard de l’Hôpital, franchit le pont d’Austerlitz longe le quai Henri IV et atteint l’Hôtel de Ville à 21 h 22.

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

« Le lendemain, le groupement Billotte suit l’itinéraire de Dronne et installe à la Préfecture de Police avec l’ordre d’intervenir aussitôt sur les Tuileries, la Concorde et l’Hôtel Meurice. Le groupement Dio met en route deux colonnes : Noiret passe par les boulevards extérieurs pour se rabattre sur le Champ de Mars. Rouvillois, s’assurant au passage des ponts principaux converge par les Invalides vers le palais Bourbon et le quai d’Orsay. Le groupement Langlade atteint en début d’après-midi l’avenue Victor-Hugo, l’action principale est portée sur l’avenue Kléber. Ses hommes font la jonction avec ceux de Billotte à la Concorde. Suivi du groupement Dio prêt à intervenir, le général Leclerc s’est réservé avec son escadron de protection la porte d’Orléans et la gare Montparnasse. Chaban, suivant l’ordre de Koenig, se porte à sa rencontre et le guide à bord de son scout-car, jusqu’à la gare Montparnasse où Leclerc établit son PC. En début d’après midi, von Choltitz est fait prisonnier, et signe la convention de reddition que lui tend Leclerc à la Préfecture de Police. A la gare Montparnasse, après la signature de la vingtaine d’ordres de cessez-le-feu par le commandant du Gross Paris, des proches l’entendent murmurer : « Enfin, ça y est ! ». Il est un peu moins de 17 heures lorsqu’il accueille avec le colonel Rol-Tanguy, chef des FFI, le général de Gaulle. »

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

L’arrivée de la 4e DIUS

« Le 23 août, à une 1 h du matin, devant la situation périlleuse à Paris, Gerow, commandant le 5e corps d’armée américain dont dépendent la 4e DIUS et la 2e DB donne comme base d’ordre le « 5e corps avancera sans attendre sur Paris par deux routes, prendra la relève des FFI à Paris, s’emparera des ponts au sud de la ville et établira une tête de pont au sud-est de Paris ». »

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

« A ce moment là, la 4e division, commandée par Barton après de durs combats et des pertes, s’est regroupée près d’Arpajon. Le général Barton place le 8e régiment d’infanterie en réserve et choisit le 22e régiment d’infanterie, alors le plus proche de Paris, pour lui intimer de mener les troupes américaines dans la capitale ; motorisé, le régiment prend la route en traversant Athys-Mons, Villeneuve le Roi.

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

 *Sur la  jeep, le sigle de la 2e DB, sur la portière, la France avec la Croix de Lorraine

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

Le temps est exécrable, les chemins glissant, la marche exténuante. Et pourtant…Ecartée de la Seine par des coups de canons, la troupe avance sans rencontrer de résistance avec pour écran le 102e groupe de cavalerie du colonel Dolph, et les Américains atteignent Notre Dame (25 août, il semble que ce soit par l’escadron de la 38e à 8h30), malgré l’énorme foule parisienne qui les acclame et retarde l’avance. Les soldats occupent les gares d’Austerlitz, de Lyon, la gare de Vincennes et des éléments de reconnaissance poussent jusqu’aux faubourg nord et nord est de la capitale. »

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

 

 *2e Division blindée et  4e Division d’infanterie américaine US

Demain, je vous dirai pourquoi ces chars de la 2 DB dans Paris ainsi que ce défilé en ordre serré de troupes à pied, encore que vous avez une idée! Ca se passait à Paris ce samedi 23 août 2014.

 

sources : http://liberation-de-paris.gilles-primout.fr/ 

complément Paris Zigzag et paris.fr

Article rédigé par mes soins, toute copie sera sanctionnée

Fontaine Sainte-Avoye

Fontaine Sainte-Avoye
56  rue du Temple
Paris 4e
Métro Rambuteau

 

C’est une des plus vieilles fontaines de Paris, et une des plus petites que je connaisse ! Elle passe quasiment inaperçue, et celle-ci fonctionne toujours.

Les eaux de Belleville

La fontaine Sainte-Avoye est plaquée contre le retour de l’immeuble du 47 rue Rambuteau. Elle remplace une des plus vieilles fontaines de Paris délogée de la rue du Temple pour les nécessités du percement de la rue Rambuteau sous la Monarchie de Juillet.

Fontaine Sainte-Avoye

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le préfet, qui était soucieux de maintenir cet équipement public, décida de remonter la fontaine. Sous le tympan, les armes de la Ville furent apposées, entourées de deux dauphins. 

Fontaine Sainte-Avoye

La fontaine était alimentée par les eaux de l’aqueduc de Belleville, construit au milieu du XIIe siècle sur ordre de Philippe Auguste, pour subvenir aux besoins en eau du nouveau quartier abrité derrière l’enceinte. 

Fontaine Sainte-Avoye

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La distribution des eaux  de source de Belleville, Ménilmontant et du Pré Saint Gervais était assurée par deux aqueducs souterrains construits par des communautés religieuses entre l’an 1000 et le début du XIIe siècle.
Ces eaux étaient captées au point le plus haut de la ville, elles dévalaient les pentes sous terre, pour venir alimenter plusieurs fontaines de la rive droite.

Quelques regards subsistent au nord-est de Paris, qui permettaient d’accéder aux canalisations pour les inspecter et les entretenir.
On peut citer le très ancien regard Saint-Martin, 55 rue des Cascades, Paris 20e, celui de la Lanterne, datant de la fin du XVIe, couronné d’un magnifique lanternon, au 213 rue de Belleville, dans le 19e.

Sources : N. Jacquet

Si je vous ai parlé de ces deux fontaines, ce n’est pas anodin. Elles étaient toutes les deux alimentées par les eaux de source de Belleville. La suite de l’alimentation en eaux de Paris sera à suivre dans de prochains articles.

© Tous droits réservés, Visites guidées.net, © 2009-2017. Site optimisé pour Mozilla Firefox, Google Chrome et Internet Explorer 7+