Paris autrement

Paris autrement

Blog principalement consacré à Paris, ville touristique qui a la réputation d'être la plus belle ville du monde. Vous découvrirez également un Paris pittoresque, insolite et secret : ce sont des endroits souvent méconnus des Parisiens. Sans oublier la région Ile de France.

 "Ajoutez deux lettres à Paris : c'est le Paradis." Jules Renard

Le mur murant Paris, rend Paris murmurant    Anonyme

Paris se visite le nez en l'air  :   http://www.parislenezenlair.fr/ 

J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire

                       

  Chaque article où ce logo apparaît fait l'objet d'un dépôt chez un huissier de justice

Les écrits et les photos  de ce blog ne sont pas libres de droit. Ils ne peuvent être utilisées, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur.

" L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial " Article L111-1 du code de la propriété intellectuelle

Bien faire et laisser braire

Archives pour juin, 2015

Première sortie officielle des trois petits lionceaux Parc Zoologique de Paris

Parc Zoologique de Paris

 

Première sortie officielle de trois petits lionceaux

Ce vendredi 26 juin 2015, c’était la sortie officielle des trois lionceaux. Ils ont été présentés à la presse à 9h30, puis au public à 10 heures.

Tous les habitués du parc attendaient ce moment avec grande impatience, pas question de rater ce premier rendez-vous avec ces trois petites merveilles.Les trois lionceaux Parc zoologique de Paris

Les trois lionceaux Parc Zoologique de Paris

Les trois lionceaux Parc Zoologique de Paris

Les deux mâles se prénomment Atlas et Kibo, la femelle Shani. Ce sont les internautes qui ont choisi les prénoms.

Ils sont nés le mercredi 22 avril 2015.

Faites connaissance avec Atlas, Kibo et Shani

Le 22 avril 2015, Aswad, jeune lionne arrivée au Parc Zoologique de Paris en 2014 en provenance du zoo de Port Lympne en Angleterre, a donné naissance à trois lionceaux : 1 femelle et 2 mâles. Après 15 jours, ils pesaient respectivement 2,41 kg, 3,08 kg et 3,10 kg ! Des examens cliniques ont été réalisés et les jeunes lions sont en parfaite santé.Les trois lionceaux Parc Zoologique de Paris

Atlas et Kibo, les deux mâles lionceaux, pèsent le même poids mais Atlas a une morphologie plus carrée que Kibo, il est aussi plus calme et plus assuré. Kibo a une morphologie moins carré, il est aussi plus indépendant et se ballade souvent seul.Les trois lionceaux Parc zoologique de Paris

*Je suppose que Kibo est au fond, puis Shani est en premier, avec Atlas derrière elle. Shani et Atlas jouent très souvent touts les deux.

Les trois lionceaux Parc Zoologique de Paris

*Atlas et Shani, j’imagine ! Difficile de les reconnaître.

Les trois lionceaux Parc Zoologique de Paris

Le père, Néro, est un imposant lion d’Afrique, en provenance de Montpellier qui a pris ses quartiers dans son enclos de la biozone Sahel-Soudan dès l’ouverture du Parc Zoologique de Paris en avril 2014.

Poids à 6 semaines des deux mâles : 6,6 kg, Shani : 5,4 kgLes trois lionceaux Parc Zoologique de Paris

Premierspas dans l’enclos

Accompagnés de leur  » maman », ils ont pu faire un premier tour de leur enclos. En fait ils étaient déjà sortis dès mardi, pour les habituer petit à petit.

Le vétérinaire Alexis Lécu est ravi de leur première sortie :  » Ils ont l’air d’apprécier leur nouveau cadre, mais pour l’instant ils n’y seront que le matin. Ils commencent à courir et à jouer, c’est formidable comme certaines choses sont innées chez eux ».Les trois lionceaux Parc Zoologique de Paris

Les trois lionceaux Parc Zoologique de Paris

Les trois lionceaux Parc Zoologique de Paris

Une famille monoparentale

Pour l’instant les bébés qui approchent des dix kilos ne sont accompagnés que de leur mère, le père  » Néro  » n’est pas encore mis en contact physiquement avec ses petits. Il a pu les observer d’un enclos voisin et assisté à la naissance  » Mais il s’en fiche donc je préfère attendre d’être sûr de son comportement car on est jamais à l’abri d’une morsure « , explique le vétérinaire.

Dans la nature, le père peut être très joueur, indifférent, ou parfois violent avec ses bébés.

Les trois lionceaux Parc Zoologique de Paris

Les trois lionceaux Parc Zoologique de Paris

 » Il faut donc analyser un peu le comportement avant de les mettre ensemble tous les trois « , insiste Alexis Lécu. Avant de les laisser courir seuls, les petits devront apprendre à mordiller pour contrôler leur mâchoire et à avoir une autonomie alimentaire.  » La maman va bientôt les empêcher de téter à cause de la douleur et ils devront manger de la viande « . D’ailleurs ils sont à moitiés sevrés, pourpreuve ce petit lionceau qui déguste une côtelette d’agneau tranquillement à côté de sa mère !Les trois lionceaux Parc zoologique de Paris

Les trois lionceaux Parc zoologique de Paris

Des lionceaux au patrimoine génétique particulier

Atlas, Kibo et Shani ont un patrimoine génétique exceptionnel. Ils ressemblent au lion d’Asie mais aussi à la sous-espèce du lion de l’Atlas Panthera leo leo, abattu en milieu naturel en 1922. « Ils ont une crinière plus sombre qui descend jusque sous le ventre, et ils sont plus adaptés à la vie en milieu aride ».

En Europe et en Afrique, seuls quelques zoos détiennent encore 70 animaux aux gènes et à l’aspect de ce félin d’Afrique, très différent des autres espèces.Les trois lionceaux Parc Zoologique de Paris

Les trois lionceaux Parc Zoologique de Paris

Ce matin, Aswad s’est jetée sur un morceau de viande, et pas question de la déranger pendant son repas. Un des petits lionceaux l’a appris à ses dépends. Il est venu s’approcher trop près de sa mère, Aswad lui a allongé un méchant coup de patte en grognant, il est tombé. Mais qu’à cela ne tienne, il est revenu, en douce, par derrière, et le voila qui se met à mordre la queue d’Aswad ! La lionne qui s’est retournée brusquement, se demandant ce qu’il se passait, et hop, le petit par terre! Il n’est pas revenu.

A part ça, Aswad est une bonne mère, elle s’en occupe bien, mais le repas, c’est sacré !

Sources : mnhn, et 20 minutes

Croisière sur la Seine (1)

C’est par le chemin des écoliers que je me suis rendue sur l’Ile des Impressionnistes à Chatou. J’ai pris place à bord d’un petit bateau de croisère, au départ du Pont Neuf à Paris.

Nous avons suivi la Seine jusque Chatou, et passé trois bloucles de la Seine, dont deux grandes au niveau des Iles Saint Germain et Seguin ( Hauts de Seine 92), et la seconde au niveau de l’Ile Saint Denis ( Seine Saint Denis 93). Voici la carte du parcours pour vous situer :Parcours croisière sur la Seine

Les paysages de bords de Seine sont verdoyants et paraissent bucoliques, mais il ne faut pas s’y tromper, derrière ces arbres le tissu urbain est très dense. Nous sommes dans ce qu’on appelle la « petite couronne » de Paris, c’est à dire les communes et départements limitrophes de Paris (départements 92, 93, 94 ) . Plus on s’éloigne vers la « grande couronne », plus les zones d’espaces verts et les forêts sont nombreuses (départements 77, 78, 91, 95).

Après avoir passé Paris, La Défense et la grande écluse de Suresnes, nous arrivons au niveau de l’Ile de la Jatte, à Neuilly sur Seine (92) et de son petit Temple de l’Amour.

L’île de la Jatte, autrefois appelée île de la Grande Jatte, est une île sur la Seine, située dans le département des Hauts-de-Seine et partagée entre les deux communes de Neuilly-sur-Seine et Levallois-Perret. Elle fait face à Courbevoie et au quartier d’affaires de La Défense. L’île dépend des communes de Neuilly-sur-Seine et de Levallois-Perret. Sa population est aujourd’hui d’environ 4 000 habitants.

Elle a été rendue célèbre par les peintres impressionnistes qu’elle a inspirés, en particulier Seurat, Monet, van Gogh et Sisley. Voir : http://france.jeditoo.com/IleDeFrance/hauts-seine/grande-jatte.htm

Temple de l'Amour Ile de la Jatte

Le Temple de l’Amour dit Temple de la Réserve du Roi est situé sur la pointe sud de l’Île de la Jatte à Neuilly-sur-Seine, dans le département de Hauts-de-Seine en Île-de-France. Le temple est classé monument historique par l’arrêté du 13 juin 1913.

 L’autre extrêmité de l’Ile de la Jatte :Ile de la Jatte

En face nous avons Courbevoie (92) :Croisière sur la Seine

Nous passons le joli Pont de Gennevilliers (92), restauré récemment.Pont de Gennevilliers

Parc de l’Ile Saint Denis (93) :Parc ile st denis

Parc Ile St Denis

Paroisse Saint Pierre, commune L’Ile Saint Denis :Paroisse St Pierre Ile St Denis

Paroisse St Pierre Ile St Denis

Paroisse St Pierre Ile St Denis

Mairie de la commune de L’Ile Saint Denis(93)L'Ile Saint Denis

Pont Saint Denis, Ile Saint Denis :pont ile st denis

La balade se poursuit en direction D’argenteuil (95)après ile st denis

croisière sur la Seine

Enfin, nous croisons le Canal Saint Denis, à l’endroit où il débouche dans la Seine, à hauteur de la 7e écluse de la Briche, après Saint Denis (93).

Long de 6,6 kilomètres, il relie le rondpoint des canaux (Parc de la Villette) à la Seine en Seine-Saint-Denis par sept écluses et six biefs sur un dénivelé de vingt-huit mètres, en traversant le 19e arrondissement de Paris, les communes d’Aubervilliers et de Saint-Denis. Le canal Saint-Denis est ouvert à la navigation trois cent soixante-cinq jours par an. Cette voie d’eau à grand gabarit peut accueillir des bateaux jusqu’à mille tonnes qui franchissent la totalité des sept écluses en deux heures et demie. Sa vocation industrielle est très prononcée car il permet la desserte des ports de fret situés le long de ses berges. Ces ports servent au chargement et au déchargement de matériaux de construction, à l’évacuation de déblais et à la production de béton « prêt à l’emploi ».Canal St Denis

canal st denis

Saint Denis (93) :Saint Denis

 Demain, je vous présenterai quelques un des jolis ponts de banlieue croisés sur le chemin vers Chatou.

Garage à bateaux de Sequana Ile des impressionnistes Chatou

Le garage à bateaux  de l’ Association Sequana

La Gare d’Eau, 2 quai Philippe Wattier, Île des Impressionnistes, 78 Chatou

 

Merci Messieurs pour la visite ! 

Merci à tous mes visiteurs qui signeront la pétition, voir en fin d’article

L’atelier de l’association Sequana possède une collection étonnante de différents bateaux: canotages, moteurs, non navigants et voiliers. « N’hésitez pas à pousser la porte, cette joyeuse équipe vous présentera « Suzanne » ou le « Nymphée » et vous guidera à travers sa collection de bateaux. « garage à bateaux Chatou

Garage à bateaux Chatou

* Un des plus vieux modèles de l’association Sequana, en cours de restauration

 

L’association Sequana est une association culturelle loi 1901, créée en 1990 et animée par des bénévoles. Son maître mot : « La vie de la rivière en Île-de-France ».

Les locaux
En partenariat avec la ville de Chatou, Sequana a mené durant 6 à 7 ans une opération dont l’objectif était la construction d’une Gare d’Eau. Ce projet a reçu le support des collectivités publiques et a obtenu un accessit au Concours du Patrimoine des Côtes et Fleuves de France à Brest en 1996. Garage à bateaux Chatou
Ce bâtiment a été construit entièrement en bois par les Charpentiers de Paris. Situé en bord de Seine, il s’intègre au Musée Fournaise, à la Maison Levanneur et à la Maison Fournaise déjà existants pour former un ensemble culturel cohérent. L’association Sequana y dispose au niveau inférieur : d’un atelier de 170 m2 dont la surface permet de travailler simultanément sur plusieurs unités importantes d’un garage à bateaux permettant d’y conserver et d’y présenter au public les embarcations de sa collection.Garage à bateaux Chatou
*Le dénicheur, construit par l’association Sequana, et qui propose des croisières.

 

Objectifs
Ses objectifs sont la défense et la mise en valeur du patrimoine fluvial en Ile-de-France, la restauration, la reconstruction à l’identique et la conservation de bateaux de plaisance de l’époque du canotage (1880 à 1972) utilisant toutes les formes de propulsion : avirons, pagaïes, voiles, moteur thermique et machine à vapeur, les recherches historiques sur les loisirs, les métiers, la peinture et la littérature ayant un lien avec le patrimoine fluvial de la Seine,·la participation aux expositions de musées nationaux, aux manifestations et aux fêtes fluviales ou maritimes,·l’animation touristique de la Seine au Pays des Impressionnistes.Garage à bateaux Chatou

Activités de Sequana
L’association conserve, restaure et un entretient une collection de bateaux appartenant au patrimoine fluvial, reconstruit à l’identique des bateaux emblématiques de la région à partir de recherches historiques et techniques tout en adoptant les matériaux et les techniques traditionnelles de construction, exploite et présente des bateaux restaurés ou reconstruits dans leurs sites d’origine.Garage à bateaux Chatou

Reconstructions à l’identique

La reconstruction à l’identique des bateaux de plaisance concerne l’époque du canotage (1880 à 1972 ) et inclut avirons, pagaïes, voiles, moteur thermique et machine à vapeur.
Sequana a reconstruit à l’identique trois bateaux emblématiques :
– Roastbeef, un des voiliers dessiné et construit en 1892 par le peintre impressionniste Gustave Caillebotte;
– Nymphée, réplique d’un monotype de Chatou de 1899,
– La Suzanne, une chaloupe à vapeur de 1882, équipée de sa machine d’origine.Garage à bateaux Chatou

Suzanne, construite par les Schindler, reconstruite par Sequana

Les plans du bateau sont les plans originaux retrouvés par Monsieur Georges Schindler dans les archives familiales et dont l’association est dépositaire.
Lesfrères Schindler, Georges-Antoine, Charles et Jules sont à l’origine de la construction de Suzanne en 1882. Ils sont héritiers d’une famille d’ébénistes installée rue Saint Antoine à Paris depuis 1845.
Après la guerre de 1870, les frères Schindler prennent une place sur le marché des embarcations de plaisance à moteur. En 1884, ils créent leurs ateliers 40 rue de Châlon à Paris où ils exercent une activité de construction navale, de construction de chaudières et de machines à vapeur. Le succès de leurs machines à vapeur est tel qu’ils abandinnent la construction navale au profit de la seule fabrication de ces machines.Garage à bateaux Chatou

Garage à bateaux Chatou

Le moteur et la chaudière se trouvent en partie centrale du bateau. Les  » chambres  » sont réparties de part et d’autre du groupe de propulsion, l’une à l’avant habituellement réservée à l’équipage, l’autre à l’arrière destinée aux invités. Les plans révèlent un certain nombre de détails quand à la façon souhaitée pour les réaliser (planchers, banquettes, cloisons…). Ils sont d’une ébénisterie très soignée, conférant au bateau son caractère prestigieux, sans doute un hommage ou un rappel du savoir-faire familial ?Garage à bateaux Chatou

Le canotage, un loisir populaire
Né à Paris sur les quais de Bercy avec la Monarchie de Juillet (1830-1848), le canotage connaît un succès tel que vingt ans plus tard on compte en région parisienne deux mille canots et près de dix mille canotiers. Pour des raisons obscures, le Second Empire chasse les canotiers de Paris; ils se « réfugient » sur la Seine en amont et en aval de la capitale, en particulier à Chatou où, selon Maupassant, l’on pratique un « canotage nonchalant ». Le canotage est une source d’inspiration pour les peintres.
Les chantiers de construction
Au milieu du XIXe siècle, une trentaine de chantiers sont répertoriés à Paris et dans la proche banlieue. Il s’agit souvent d’un complément d’activité pour les propriétaires de bateaux lavoirs ou d’établissements de bains, ou d’autres artisans exerçant leur métier sur la rivière. Garage à bateaux Chatou
Le canotage à la voile
Les embarcations utilisées par les fondateurs du canotage conjuguent propulsion à la voile et propulsion à l’aviron. Ces canux mixtes sont généralement armés par six rameurs et présentent un plan de voilure allongé afin de passer sous les ponts.
On distingue très vite deux types de canotage :
le « petit canotage » qui ne concerne que les bateaux à rames avec des embarcations capables d’êtremenées par un ou plusieurs rameurs (yoles, gigs, wherrys, skiffs…)
le grand canotage qui se pratique avec des ambarcations exclusicement dotées d’une voilure, de taille et de forme variable. Ce dernier donne naissance au Yatching sous la forme que nous connaissons.Garage à bateaux Chatou

Les chantiers de construction
Les bateaux à voile destinés à naviguer sur la Seine doivent être légers afin de vaincre facilement la résistance du courant, porter une voilure importante pour profiter des moindres risées et avoir un tirant d’eau le plus faible possible pour faciliter les évolutions au plus près de la berge.Garage à bateaux Chatou

Gustave Caillebotte, peintre …mais aussi architecte naval
Dans les années 1880, le peintre et architecte naval Gustave Caillebotte crée son propre chantier du Petit Gennevilliers pour être certain de la bonne exécution de ses plans. les voiliers issus de ce chantier marquent leur époque et sont considérés comme les meilleurs de leur temps. En 1891, il dessine Roastbeef, un 30m2 CVP.

Caillebotte travaillant à un plan de bateau Caillebotte

Le Roastbeef, bateau de Caillebotte, reconstruit à l’identique par SequanaGarage à bateaux Chatou

 

Sequana menacée d’expulsion
Après 25 ans d’une collaboration harmonieuse et loyale avec la Ville de CHATOU, sans l’ombre d’un nuage, le Maire, alors qu’il a apporté sans réserve son soutien jusqu’en septembre 2014, a signifié deux mois plus tard à SEQUANA de quitter la gare d’eau, fin Avril 2015. Pourtant, la fierté de la ville, c’est cette collection constituée en 20 ans, sans autre contrepartie que l’exclusivité de son entretien afin que SEQUANA puisse continuer à faire naviguer ces embarcations témoins de notre patrimoine fluvial.
Dehors, tous ces bénévoles passionnés qui ont conçu la Gare d’eau et le bateau touristique « Le Dénicheur » ! Dehors tous ces bénévoles passionnés qui ont oeuvré pendant des milliers d’heures à la reconstruction à l’identique ou à la restauration de bateaux du canotage ! Dehors Sequana qui a fait don à la ville de Chatou, il y a à peine 3 ans, de sa collection exceptionnelle ( 33 bateaux : 325.500 € ). Dehors tous ces bénévoles passionnés qui depuis 25 ans ont participé sans compter à l’animation du site du Hameau Fournaise, que ce soit en travaillant sur les bateaux, en formant de nouveaux adhérents, en naviguant ou organisant des fêtes autour du canotage et de l’ Impressionnisme, en accueillant et en informant les promeneurs, ou en participant à des rassemblements nationaux ou internationaux.Garage à bateaux Chatou

Avec la reconstruction de Rostbeef, la restauration de deux Monotype de Chatou, d’un Plongeon, de la Chaloupe à vapeur Suzanne, d’un Monotype de Nogent, d’un Caneton Sergent, au total ce sont plus de trente embarcations qui ont été sauvées d’une mort certaine par les 140 membres de l’association Sequana, qui durant près de vingt ans, ont consacré leurs week-ends à faire revivre un patrimoine, témoin des riches heures de la plaisance du siècle dernier…Garage à bateaux Chatou

Le motif officiel invoqué est l’utilisation du local par la mairie pour former des gens de Chatou aux métiers du bois. Vrai ou faux, l’avenir le dira. Mais aujourd’hui, Jean-Jacques Gardais, l’un des deux vice-présidents de Sequana voit rouge. Il ne compte pas baisser les bras mais avoue sa colère, d’autant que l’association avait fait don à la mairie de toute la collection d’embarcations. « Aujourd’hui, nous sommes prêts à la reprendre avoue-t-il, mais où trouver de nouveaux locaux pour l’accueillir et disposer d’un atelier pour nos travaux ? » C’est dire qu’une nouvelle fois, on semble faire bien peu de cas de notre patrimoine maritime et que l’on fait tout pour briser l’enthousiasme et l’engagement des quelques rares passionnés qui se dévouent pour la bonne cause.

Pour signer lapétition :

http://www.sequana.org/index.php/2-non-categorise/281-petition 

(il suffit de signer, la seconde partie n’est pas obligatoire, la signature de la pétition sera bien prise en compte)

Sources 

http://www.voilemagazine.com/2015/02/chatou-sequana-mis-la-rue/
http://www.sequana.org/
http://www.pays-des-impressionnistes.fr/cote-seine/sequana90

La Maison Fournaise Chatou

La Maison Fournaise

Ile des Impressionnistes
3 rue du Bac – 78400 Chatou

Maison Fournaise Chatou 

Déclin et renaissance de la Maison Fournaise 

La première ligne de chemin de fer, construite à Chatou en 1837, contribue à l’essor rapide du canotage et des promenades dans l’île. Alphonse Fournaise, issu d’une famille de mariniers, lui-même charpentier de bateaux, achète en 1857, à l’un de ses cousins, une modeste maison dans l’île. Maison Fournaise Chatou

Maison Fournaise Chatou

Maison Fournaise Chatou

Maison Fournaise Chatou

 

 

Il sait très vite développer ses affaires et lance le restaurant qui portera son nom.Il procède à plusieurs constructions et adjonctions jusqu’en 1877. Sa fille Alphonsine et son fils Alphonse l’aident à la construction de canots, à la location de garages à bateaux et à l’organisation de fêtes nautiques célèbres.

Maison Fournaise Chatou

Maison Fournaise Chatou

La Maison Fournaise et son restaurant deviennent le lieu de rencontre des gens de lettres, des peintres, de personnalités de la politique et de la finance. Parmi tous ceux, obscurs ou talentueux,  qui les fréquentaient, les noms de Maupassant et de Renoir demeurent à jamais gravés dans les mémoires. Renoir y peint trente chefs d’ouvre dont le célèbre déjeuner des canotiers.

Maison Fournaise Chatou

Fresques maison Fournaise

A la fin du XIXe siècle, la bicyclette supplante la mode du canotage sur la Seine et le déclin de la clientèle entraîne la fermeture du restaurant en 1905. Alphonsine décède en 1937. La maison est divisée en treize logements locatifs et se dégrade lentement.

Maison Fournaise Chatou

Maison Fournaise Chatou

La ville de Chatou achète le bâtiment en 1979 afin de procéder à sa rénovation complète. Les façades sont inscrites en 1982 à l’inventaire supplmémentaire des Monuments historiques. L’exploitation du restaurant, confiée à un concessionnaire, reprend en 1990  et, depuis 1992, la partie ouest de la maison abrite un musée-lieu de mémoire. Maison Fournaise Chatou

Maison Fournaise Chatou

A propos du chiffre

Regardez à l’angle du balcon, on distingue nettement  le A et le F entrelacés d’Alphonse Fournaise.Maison Fournaise Chatou
Le chiffre, c’est l’entrelacement des initiales d’Alphonse Fournaise, restaurateur et constructeur de canots. Il est forgé à l’angle du balcon de la maison Fournaise où a été peint le tableau « Déjeuner des Canotiers » de Pierre Auguste Renoir.

 

Ile des Impressionnistes Chatou

Ile des Impressionnistes
Maison Fournaise
3 rue du Bac  Chatou (78) Yvelines

Une croisière sur la Seine m’a menée sur les traces des Impressionnistes, plus précisément sur l’Ile de Chatou, également surnommée Ile des Impressionnistes, où le bateau a accosté.
L’escale pour le déjeuner s’est effectuée au niveau de la Maison  » Fournaise », autrefois prisé par les artistes du XIXème siècle, tel que Manet, Maupassant et bien sûr Renoir qui immortalisa ce lieu avec son célèbre tableau : Déjeuner des canotiers. Le déjeuner s’est déroulé en bord de Seine, à la maison Fournaise, dans ce cadre enchanteur, et  dans les pas de Renoirs et de Maupassant.Ile des Impressionnistes Chatou

Ile des Impressionnistes Chatou

Chatou, rendez-vous des artistes
Les paysages préservés des bords de Seine, les plaisirs du canotage, la vie des guinguettes attirent et inspirent les grands artistes du XIX° siècle. Renoir, habitué du célèbre restaurant Fournaise, y peint le célèbre Déjeuner des canotiers. Il est souvent rejoint par Manet, Maupassant…
Quelques années plus tard, les peintres Derain et Vlaminck, installés à Chatou créent un nouveau courant pictural qui fera date : le Fauvisme (appelé également Ecole de Chatou).

La Famille Fournaise et le canotage
Le canotage, devenu à la mode, attire dès le milieu du XIXème siècle les parisiens sur les rives de Chatou. Ils se délassent des contraintes de la vie urbaine. rameurs à chatou renoir

Monsieur Alphonse Fournaise, charpentier de Bateau, vient d’y installer son atelier en 1857, et sa femme ouvre un restaurant en 1860, et régale ses  hôtes de sa cuisine traditionnelle. Ile des Impressionnistes Chatou

« Tandis qu’Alphonse s’affaire à l’organisation des fêtes nautiques, Madame veille à ravir ses convives par une gastronomie de choix. Alphonse fils, chargé de la location et de l’entretien des bateaux aide les dames à embarquer alors que la fille Alphonsine, remarquée par la grâce de son accueil est le modèle choyé des peintres. »Alphonsine Fournaise Renoir Musée Orsay

*Alphonsine Fournaise, Renoir Musée d’Orsay

 

La Guinguette des Impressionnistes
L’ambiance impressionniste de la Maison Fournaise a séduit beaucoup de peintres. Renoir, Edouard Manet, Gustave Caillebotte, Claude Monet, Alfred Sisley, Berthe Morisot, Camille Pissarro, Pierre Prins viennent flâner et arpenter l’île en quête de cette lumière mobile sur les eaux frémissantes de la rivière, et pour y trouver l’inspiration au son des canots de la Seine.  Edgar Degas est un ami intime d’Alphonsine, Gustave Caillebotte aime faire évoluer ses bateaux dans la boucle de la Seine.
Si l’île de Chatou est le lieu d’élection des peintres impressionnistes avides de grand air, elle  est également très fréquentée par les gens de lettres et la bohême, dorée ou non, de la seconde moitié du XIXème siècle. Maupassant a laissé son empreinte dans la Maison Fournaise.Ile des Impressionnistes Chatou

La maison Fournaise au coeur du tableau « Le Déjeuner des Canotiers »
La Maison Fournaise est surtout connue par le fait que c’est de son balcon que Pierre-Auguste Renoir a peint son célèbre tableau, le déjeuner des canotiers.
Parmi toutes ces illustres figures, Pierre-Auguste Renoir est un hôte régulier du Restaurant de 1868 à 1884. « J’étais toujours fourré chez Fournaise, j’y trouvais autant de superbes filles à peindre que je pouvais en désirer. »
En 1880, il écrit à un ami : « Je suis revenu à Chatou à cause de mon tableau. Vous serez bien gentil de venir déjeuner. Vous ne regretterez pas votre voyage, c’est l’endroit le plus joli des alentours de Paris. »
Renoir peint une trentaine de toile à Chatou, dont le portrait du Père Fournaise, fumant la pipe après dégustation d’une dernière absinthe. La plus belle trace de son passage est le Déjeuner des Canotiers, peint du balcon du restaurant. Il est visible à la Phillips Collection de Washington.Ile des Impressionnistes Chatou

 Renoir le Déjeuner des Canotiers

*Le Déjeuner des Canotiers 1881 Pierre-Auguste Renoir (1841-1919) Phillips Collextion, Washington
« Je suis retenu à Chatou… à cause de mon tableau… c’est l’endroit le plus joli des alentours de Paris … il faut de temps en temps tenter des choses au-dessus de ses forces … » écrit Renoir à ses amis. Le peintre a voulu représenter le mélange de monde qui formait la clientèle du restaurant Fournaise et appréciait le site.

Le Tableau
Pierre-Auguste Renoir a réuni, sur la terrasse de l’Auberge du Père Fournaise, tous ses amis et modèles pour participer à cette grande œuvre.
Au premier plan, à gauche, Aline Charigot, sa future épouse joue avec son petit chien. Derrière elle se tient Alphonse Founaise, le propriétaire de l’auberge. Accoudée à la rambarde, Alphonsine Fournaise, sa fille, écoute le Baron Raoul Barbier assis dos tourné.
Au premier plan, à droite, se trouve le peintre Gustave Caillebotte assis à califourchon sur une chaise qui écoute discrètement l’actrice Ellen Andrée tandis que le journaliste italien Maggiolo se penche sur elle.
Derrière eux, le petit groupe est formé du journaliste Paul Lhote avec un pince-nez, d’Eugène-Pierre Lestringuez et de l’actrice Jeanne Samary.
Au centre, le modèle Angèle boit assise à côté d’un homme dont on aperçoit juste le profil. Derrière elle se tient le financier Ephrussi en chapeau haut de forme. En arrière-plan, au travers des saules miroite la seine sur laquelle passent des voiliers.
L’ambiance est heureuse et sereine. Pourtant, Renoir dont la situation financière de l’époque n’était pas brillante, ne savait pas, lorsqu’il commença cette œuvre majeure, s’il pourrait la terminer.
Renoir travailla au « Déjeuner des Canotiers », d’avril à juillet 1881.  La toile mesure 130 x 173 cm.Ile des Impressionnistes Chatou

Sous le pinceau de Renoir
Pierre Auguste Renoir découvre, semble-t-il, Chatou et ses berges lors d’une promenade avec le Prince Bibesco, un familier du restaurant Fournaise, en 1868.
Avec Claude Monet, il plante cette année-là son chevalet aux bains froids de la Grenouillère sur l’Ile de Croissy, non loin de Chatou. Les deux peintres n’ont pas encore trente ans et entreprennent côte à côte une série de tableaux sur le motif. L’eau, la lumière et le canotage sont les thèmes des deux artistes à la touche libérée, qui marquent la maturité du mouvement impressionniste. Chatou et ses environs entrent à tout jamais dans l’histoire de la peinture et de celle du canotage.Renoir Rameurs à Chatou

* Les canotiers à Chatou 1881 Pierre-Auguste Renoir (1841-1919) National Gallery of Art Washington
« Je suis à Chatou…Je fais un tableau de canotiers qui me démangeait depuis longtemps ». Peut-être s’agit-il de cette toile peinte à l’embarcadère du restaurant Fournaise, maison assidûment fréquentée par Renoir, et dont le terrasse fournit le décor du « Déjeuner des Canotiers ». On y reconnaît ici Aline Charigot, future épouse de Renoir.

Pendant près de quinze ans, de 1868 à 1884, Renoir vient régulièrement à Chatou. Il dira plus tard : “J’étais toujours fourré chez Fournaise, j’y trouvais autant de superbes filles à peindre que je pouvais en désirer”. En 1880, il écrit à un ami :  « Je suis retenu à Chatou à cause de mon tableau. Vous serez bien gentil de venir déjeuner. Vous ne regretterez pas votre voyage, c’est l’endroit le plus joli des alentours de Paris ». Ce tableau est Le Déjeuner des Canotiers peint en 1881 sur le balcon du restaurant et aujourd’hui conservé à la Phillips Collection de Washington. Renoir peint une trentaine de toiles à Chatou, dont le portrait d’Alphonsine Fournaise, présenté au Musée d’Orsay à Paris.

Ile des Impressionnistes Chatou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*Le balcon de la Maison Fournaise, qui servit de décor au tableau de Renoir, le Déjeuner des Canotiers. 

 

Sous la plume de Maupassant
Guy de Maupassant (1850-1893) est le canotier le plus célèbre de la Maison Fournaise. Il découvre Chatou et ses environs en 1873. Ce jeune normand travaillait depuis un an au Ministère de la Marine, puis au Cabinet de l’Instruction publique des Beaux-Arts et du Culte. A partir de 1880, il décide de se consacrer entièrement à la littérature. C’est grâce aux encouragements de Gustave Flaubert qu’il développe des qualités littéraires hors du commun et invente à travers ses nouvelles un style réaliste, incisif et rapide. Il écrit ce qu’il regarde, tout comme les peintres du plein air et résume ainsi son art :
 » J’arrive à cette certitude que pour bien écrire, en artiste, en coloriste, en sensitif, en imagier, il faut décrire et non pas analyser. […]  »
 » Il faut exiger de notre mémoire un enregistrement constant et exact, avec leurs moindres détails des faits que nous voyons même des nuances.  » Ile des Impressionnistes Chatou
Guy de Maupassant immortalise l’ambiance festive de la Maison Fournaise et le canotage à travers plusieurs nouvelles publiées en 1880 dans le recueil intitulé La Maison Tellier :  » La femme de Paul, Mouche, Sur l’eau, Yvette… »
Extrait « La Femme de Paul »
 » Le Restaurant Grillon, ce phalanstère des canotiers, se vidait lentement. C’était devant la porte, un tumulte de cris, d’appels, et les grands gaillards en maillot blanc gesticulaient avec des avirons sur l’épaule. Les femmes en claire toilette de printemps, embarquaient avec précaution dans les yoles, et s’asseyant à la barre, disposaient leur robe, tandis que le maître de l’établissement, un fort garçon à barbe rousse, d’une vigueur célèbre, donnait la main aux belles petites en maintenant d’aplomb les frêles embarcations.  »
Maupassant a également laissé un poème à l’intérieur du restaurant Fournaise, illustré par un chien dessiné par le Comte Lepic. Sur l’initiative de l’Association des Amis de la Maison Fournaise, il a été restitué dans l’accueil du restaurant Fournaise, sous la tête d’un chien de Lepic.

Ile des Impressionnistes Chatou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sauve-toi de lui s’il aboie ;
Ami prends garde au chien qui mord
Ami prends garde à l’eau qui noie
Sois prudent, reste sur le bord.

Prends garde au vin d’où sort l’ivresse
On souffre trop le lendemain
Prends surtout garde à la caresse
Des filles qu’on trouve en chemin.

Pourtant ici tout ce que j’aime
Et que je fais avec ardeur,
Le croirais-tu ? C’est cela même
Dont je veux garder ta candeur.

Ile des Impressionnistes Chatou

Sur ce mur sous une tête de griffon signée à l’époque par le Comte Lepic, Guy de Maupassant avait tracé au charbon ce poème. 

Guy de Maupassant confiait ses bateaux à Monsieur Fournaise qui se charge de leur entretien. En 1887, il loue même un appartement aux Fournaises durant six semaines afin de fuir la vie parisienne, pour écrire et canoter.
Finalement, Guy de Maupassant quitte Chatou pour Poissy en 1889 où il y fait transporter ses bateaux. « … car à Chatou, ce n’était plus tenable, à cause du voisinage. Il y avait vraiment trop de demi-mondaines. Je le regrette pour Alphonse et Madame Papillon qui ont toujours été très gentils et qui prenaient grand soin de mes bateaux. »

 » Ma grande, ma seule, mon absorbante passion, pendant dix ans, ce fut la Seine. »

 

Sources : sur site, et : http://www.chatou.fr/

http://www.musee-fournaise.com/

© Tous droits réservés, Visites guidées.net, © 2009-2017. Site optimisé pour Mozilla Firefox, Google Chrome et Internet Explorer 7+