Paris autrement

Paris autrement

Blog principalement consacré à Paris, ville touristique qui a la réputation d'être la plus belle ville du monde. Vous découvrirez également un Paris pittoresque, insolite et secret : ce sont des endroits souvent méconnus des Parisiens. Sans oublier la région Ile de France.

 "Ajoutez deux lettres à Paris : c'est le Paradis." Jules Renard

Le mur murant Paris, rend Paris murmurant    Anonyme

Paris se visite le nez en l'air  :   http://www.parislenezenlair.fr/ 

J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire

                       

  Chaque article où ce logo apparaît fait l'objet d'un dépôt chez un huissier de justice

Les écrits et les photos  de ce blog ne sont pas libres de droit. Ils ne peuvent être utilisées, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur.

" L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial " Article L111-1 du code de la propriété intellectuelle

Bien faire et laisser braire

Archives pour juillet, 2015

Les Gouzous de Jace s’exposent sur le Pont des Arts

Les Gouzous de Jace

Pont des Arts Paris

 

Jace est célèbre pour ses petits personnages, les « Gouzous », disséminés dans les rue de Paris. Aujourd’hui il a été choisi par la Ville de Paris pour une intervention originale, libre et éphémère, sur le Pont des Arts, avant  que le pont ne retrouve une seconde vie.Les Gouzous de Jace Pont des Arts

Les Gouzous de Jace Pont des Arts

Les Gouzous de Jace Pont des Arts

Biographie

Jace est un graffiti-artist français. Originaire du Havre, il vit aujourd’hui à La Réunion.
Ses petits personnages, les gouzous,l’ont rendu célèbre. On les trouve dans les rues des villes comme à Paris,  ou au bord des routes depuis 1992. Les Gouzous de Jace Pont des Arts
« Spécialisé dans le détournement d’affiches publicitaires, il a exposé ses œuvres aux quatre coins de la Réunion et du monde à plusieurs reprises depuis 1996. Il a également publié à compte d’auteur plusieurs ouvrages où l’on retrouve sous forme de photographies le travail exécuté sur le terrain. La qualité de ses œuvres lui ont valu plusieurs publications dans différentes revues internationales. »
« Le graphisme du gouzou a été utilisé sans son accord par une marque de vêtements chinoise relativement connue dans ce pays. L’artiste a intenté un procès contre l’entreprise pour faire reconnaître sa paternité, procès qu’il a gagné. »Les Gouzous de Jace Pont des Arts
Les Gouzous de Jace Pont des Arts

Les Gouzous de Jace Pont des Arts

Interview de Jace

– Jace, c’est d’abord le personnage du Gouzou, petit bonhomme sans visage qui recouvre les murs et les affiches réunionnaises (et ailleurs), et aujourd’hui symbole de l’île. Tu peux nous raconter l’histoire du Gouzou ? Qu’est-ce qu’il représente pour toi ?

Jace : Le gouzou et moi, on fait équipe depuis bientôt 20 ans. Au début j’ai été un peu montré du doigt par la frange pédante du graffiti parisien, mais peu m’importait, je prenais plaisir à peindre dans la rue et c’était cette sensation de liberté qui me plaisait le plus. Et le fait d’être loin de tout ses ayatollahs m’a permis de continuer à faire évoluer ce personnage en toute tranquillité.
En 1992 après trois années à parcourir l’île et poser mon nom un peu partout, j’avais l’impression d’être dans un délire trop personnel, pas assez interactif et pas assez identifiable pour un oeil non averti. J’ai cherché à être plus efficace dans l’impact visuel en simplifiant le graphisme, a cela venait s’ajouter les contraintes d’exécution dans la rue. A l’heure actuelle le phénomène me dépasse un peu : plusieurs personnes se sont fait tatouer un gouzou, des industriels chinois me l’ont volé pour en faire leur logo et le décliner sur divers supports, un gendarme m’a arrêté ce matin pour me demander un autographe pour ses enfants (!), on m’invite a l’autre bout de la planète pour venir peindre, les gens font des pieds et des mains pour pouvoir les « voler » dans la rue, j’ai vendu une toile 25000 euros dernièrement (au profit d’une oeuvre caritative)… Je n’aurais JAMAIS imaginé que cela prendrait une ampleur pareille, je me voyais plus finir avec une grosse amende et des emmerdes plutôt que ce genre de choses ! Et tant mieux !

Les Gouzous de Jace Pont des Arts

Les Gouzous de Jace Pont des Arts

Les Gouzous de Jace Pont des Arts

– Tu te considères comme un artiste engagé politiquement ?

Jace : Depuis que Banksy est sur le devant de la scène, ça parait un peu trop « fashion » d’être engagé, mais oui bien sûr que je suis engagé, j’ai pas attendu qu’il débarque pour peindre de cette manière: l’acte de peindre dans la rue sur des supports non-autorisés est déjà un acte engagé en lui même, ensuite dans le propos j’essaie de faire passer des messages. Je ne veux pas être un dictateur qui impose ma vision du monde, je veux juste être un citoyen conscient et acteur de son temps. J’ai une petite fille de 10 ans et je veux pouvoir la regarder dans les yeux dans 20 ans quand elle me demandera: « Mais toi, tu faisais quoi a l’époque? »

 

Sources :

http://www.brain-magazine.fr/article/portfolio/5466-Jace

Street Art au Pont des Arts

Pont des Arts

 

Au diable les cadenas d’amour et… vive le street art exposé sur les parapets du pont des Arts !

Street Art au Pont des Arts

Ainsi les  » calligraffitis  » du Tunisien El Seed courent, telles des arabesques, sur la  passerelle …Street Art au Pont des Arts

… tandis que les cordons du Portugais Pantonio s’enchevêtrent… Street Art au Pont des Arts

 

Jamais le pont des Arts n’a arboré des couleurs aussi vives !
 » C’est un honneur et un privilège de voir mon œuvre exposée dans cet endroit de renommée mondiale !  »  s’enthousiasme Brusk, artiste lyonnais qui a représenté des cadenas dégoulinants,  » comme s’ils coulaient  » . Quant à Jace le Réunionnais, il a peint une cinquantaine de panneaux mettant en scène des personnages aux silhouettes très stylisées. Comme une signature, il a écrit ce cri du cœur sur l’un des parapets :  » Je suis Paris « .Street Art au Pont des Arts

 

Les cadenas font leurs adieux au Pont des Arts
Le retrait définitif des cadenas du Pont des Arts a commencé le 1er juin 2015. Ils sont remplacés par des oeuvres de  street art réalisées par quatre artistes. Ces oeuvres  sont exposées jusqu’à l’automne. Puis des panneaux vitrés seront posés sur l’ensemble du pont ainsi que sur le pont de l’Archevêché.Street Art au Pont des Arts
Ci-dessus, l’Institut de France, qui abrite entre autre l’AcadémieFrançaise, qui se réunit sous la coupole. Ci-dessous, le Louvre.

Street Art au Pont des Arts

Plusieurs centaines de milliers de cadenas ont été retirés par les services municipaux. Une affiche, « Chantier interdit au public », apposée au bout du pont des arts, cache des agents qui s’activent pour décrocher les nombreux morceaux de ferraille. « 45 tonnes de cadenas ont ainsi été collectés sur le célèbre pont. « Les cadenas ne boucheront plus la vue, se réjouit Bruno Julliard, premier adjoint de la Maire de Paris. Paris veut rester la capitale du romantisme et de l’amour, mais sans les cadenas qui abîment notre patrimoine ». « Street Art au Pont des Arts

Ce sont entre 700 000 et un million de cadenas qui ont été décrochés dans la semaine. Les cadenas posait deux problèmes importants : une dégradation durable du patrimoine et un risque pour la sécurité de tous.
Une réflexion sur leur recyclage » est en cours, a ajouté Bruno Julliard, avec des propositions, par exemple, d’associations humanitaires. Street Art au Pont des Arts

Le Pont des Arts rhabillé par les oeuvres de 4 street artistes : Jace, El Seed, Brusk et Pantonio
La Mairie de Paris a demandé à la Galerie Itinerrance de mettre en place une intervention artistique inédite : faire peindre à des Street Artistes 220 panneaux en bois qui serviront de garde corps éphémères. La galerie a fait appel au talent des artistes Brusk, El Seed, Pantonio et Jace dont les oeuvres orneront les prochains mois ce pont légendaire devenu un symbole pour tous les amoureux parisiens.

El Seed

El Seed, artiste d’origine tunisienne nous propose une version calligraphiée d’une citation d’ Honoré de Balzac en écrivant en lettre arabe : “Paris est un véritable océan, jetez y une sonde vous n’en connaîtrez jamais la profondeur”.Street Art au Pont des Arts

Pantonio

Pantonio, artiste Portugais, peint un entrelacement de cordes qui se brisent en leur centre, rappelant la symbolique du pont qui relie deux rives séparées tout en évoquant la tension et la complexité des relations humaines.Street Art au Pont des Arts
Jace

Jace, artiste Réunionnais, prend le parti de l’humour en peignant ses fameux “Gouzous” -personnages naïfs que l’artiste met en scène dans la ville de façon drôle et provocatrice- dans des situations comiques illustrant une facette du tourisme parisien.Street Art au Pont des Arts

Brusk

Brusk, l’artiste lyonnais aux coulures multicolores si reconnaissables, prend les cadenas des amoureux comme sujet en les faisant fondre sur les grilles avec la Punchline “Love is the key”.Street Art au Pont des Arts

Street Art au Pont des Arts
* Le toit de l’Institut de France semble de travers, effet de mon objectif grand angle !!

Les cadenas dégoulinants de BruskStreet Art au Pont des Arts

Sources : http://itinerrance.fr/le-pont-des-arts-transforme-par-les-street-artistes/

Je reprends d’ailleurs la citation de Balzac, calligraphiée en arabe par El Seed,  à droite sur mon blog.

Aswad allaite ses petits lionceaux Parc Zoologique de Paris

Parc Zoologique de Paris

Aswad et ses lionceaux Atlas, Kibo, et Shani

 

Début juillet, la lionne allaitait encore ses petits. Les trois petits lionceaux sont à moitié sevrés, les soigneurs commencent à leur donner de la viande, et ont très certainement réduits les apports journaliers d’Aswad.Aswad et ses trois petits lionceaux

Aswad et ses trois petits lionceaux

Aswad et ses trois petits lionceaux

De plus, les trois petits lionceaux grandissent, et doivent faire mal à Aswad avec leurs petites dents. Aswad et ses trois petits lionceaux

Aswad et ses trois petits lionceaux

Aswad et ses trois petits lionceaux

Ce jour là, après la petite dispute avec l’autre lionne, Aswad s’est couchée, et s’est mise en position pour allaiter ses petits, un moment magique offert aux visiteurs. Aswad et ses trois petits lionceaux

Aswad et ses trois petits lionceaux

Les deux mâles ne laissent pas de place à leur petite soeur Shani … Aswad et ses trois petits lionceaux

 … qui du coup en profite pour aller faire un câlin à maman !Aswad et ses trois petits lionceaux

Aswad n’a plus l’air allaiter les petits lionceaux, mais elle ne les empêche pas de venir, simplement elle se lève au bout de quelques instants. Aswad et ses trois petits lionceaux

 Aswad et ses trois petits lionceaux

Aswad et ses trois petits lionceaux 

 Trop mignons, ces petits lionceaux. Ils grandissent très vite, pas en sagesse, ce sont des chenapans, qui adorent embêter leur tata mal aimable. Aswad et ses trois petits lionceaux

 Aswad et ses trois petits lionceaux

 Hier matin, j’ai assisté à des scènes incroyables entre  les lionceaux et leurs deux tatas, à suivre plus tard !

Photos prises le 4 juillet 2015

Mise en contact des lionceaux et des lionnes Parc Zoologique de Paris

Parc Zoologique de Paris

Mise en contact des lionceaux avec les deux autres lionnes, un apprentissage délicat et non sans heurts ! 

Aswad impose ses petits aux deux autres lionnes, elle va systématiquement s’asseoir auprès d’elles, car elle sait que les lionceaux vont venir la rejoindre. Ce jour là, un des petits a roulé sur lui même, et s’est retrouvé nez à nez avec sa tata !! La réaction de celle-ci a été immédiate, elle a allongé lapatte, a commencé à grogner et à montrer les dents…Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Lionceaux Parc Zoologique deParis 

Lionceaux Parc Zoologique deParis 

Le petit lionceau n’a pas l’air impressionné plus que ça, on a même l’impression qu’il défie sa tata du regard. Aswad était  juste à côé, elle n’a pas bougé, n’est pas intervenue, elle fait l’éducation de ses petits.  Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Impressionnante, la tata … Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Le petit a écouté l’avertissement de tata, il est retourné sagement près de maman, mais la lionne continuait à grogner et à montrer les dents, pas commode la tata!!  Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Lionceaux Parc Zoologique de Paris

L’autre lionne a l’air indifférente auxpetits, ceci dit ils n’ont pas intérêt à s’approcher d’elle ! Elle est moins virulente que sa soeur, cependant.  Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Un matin, nous avons eu des moments assez stressants, un des petits lionceaux avait décidé d’aller embêter ses tatas, il est venu plusieurs fois narguer la tata grincheuse. Celle-ci a évidemment réagi en montrant les dents. Mais elle a fait pire, elle dormait, les lionceaux jouaient un peu plus loin, elle s’est levée brusquement, a couru derrière le lionceau insolent, nous avons eu très peur… Elle s’et contentée de lui donner un coup de museau dans le derrière, comme un avertissement… Elle a recommencé quelques instants plus tard… elle est descendue de son rocher pour courir derrière le petit, mais Aswad étiat là…

Mais il y a eu aussi des moments inattendus, un petit moment de tendresse entre la petite Shani et sa tata.

« Rencontre entre lionceau et tata (moment tendresse et sans agressivité) » (Johanna)

Crédit photos Johanna Viala

Lionceaux Parc Zoologique de Paris

 Lionceaux Parc Zoologique de Paris

 Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Merci Johanna de m’avoir donné tes photos, et surtout de m’avoir autorisée à les publier !

Sans oublier Claudine L.

Première mise en contact des lionceaux avec les deux lionnes Parc Zoologique de Paris

Parc Zoologique de Paris

 

Quelques jours après leur présentation officielle à la presse et au public, les trois  petits lionceaux ont été mis en contact avec leurs deux « tatas », Buni et Savannah. Cette première mise en contact s’est faite sous étroite surveillance des soigneurs, deux étaient dans les loges, deux à l’extérieur, pour vérifier que tout se passe bien lors de ce moment délicat pour les lionceaux Atlas, Kibo et Shani.   Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Je n’ étais pas au pzp ce jour-là, mais des amies y étaient, et d’après leur témoignage et leurs photos, j’ai pu deviner comment un des petits lionceaux s’est retrouvé coincé par une des lionnes entre deux rochers.Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Apparemment, Aswad est partie faire le tour de l’enclos avec ses petits, mais elle ne s’est pas aperçue qu’un lionceau ne suivait pas. Une des deux tatas en a profité pour le coincer entre les rochers. Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Mais que fait maman? Aswad s’est enfin aperçue qu’il y avait un problème et elle est venue à la rescousse…Lionceaux Parc Zoologique de Paris

… La tata l’a vue revenir, néanmoins elle a fait le tour pour venir derrière le pauvre petit !Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Voici ce que dit une de mes amies :

« Moment d’émotion ce matin lorsque Aswad et les lionceaux rejoignent Buni et Savannah. Mais elle est tellement possessive ou inquiète pour ses petits qu’elle ne les a pas tolérées longtemps à proximité. »Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Aswad n’a plus quitté ses petits d’une patte, tout en les imposant aux deux autres lionnes.Lionceaux Parc Zoologique de Paris

La tata surveille de près les petits, surtout qu’ils ne passent pas trop près d’elle, chacun sa place !Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Ci-dessous les deux tatas.Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Lionceaux Parc Zoologique de Paris

Au final les trois petits se sont installés tout près de leurs tatas, visiblement peu contentes. Lionceaux Parc Zoologique de Paris

J’ai assisté à des scènes très stressantes entre les deux lionnes et les lionceaux, nous avons eu des moments d’inquiétude, la cohabitation n’est pas toujours facile.

Mais je vous rassure, les petits lionceaux vont bien, la cohabitation ne se passe pas trop mal, Aswad impose ses petits, tout en douceur, les tatas quant à elles les obligent à garder une distance respectueuse …. Elles les tolèrent, sans plus pour le moment, quoique …. Une autre amie a assisté à une scène incroyable…à suivre au prochain article !

Merci Claudine L. et Raymonde C. pour vos photos.

© Tous droits réservés, Visites guidées.net, © 2009-2017. Site optimisé pour Mozilla Firefox, Google Chrome et Internet Explorer 7+