Paris autrement

Paris autrement

Blog principalement consacré à Paris, ville touristique qui a la réputation d'être la plus belle ville du monde. Vous découvrirez également un Paris pittoresque, insolite et secret : ce sont des endroits souvent méconnus des Parisiens. Sans oublier la région Ile de France.

 "Ajoutez deux lettres à Paris : c'est le Paradis." Jules Renard

Le mur murant Paris, rend Paris murmurant    Anonyme

Paris se visite le nez en l'air  :   http://www.parislenezenlair.fr/ 

J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. Voltaire

                       

  Chaque article où ce logo apparaît fait l'objet d'un dépôt chez un huissier de justice

Les écrits et les photos  de ce blog ne sont pas libres de droit. Ils ne peuvent être utilisées, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite de son auteur.

" L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial " Article L111-1 du code de la propriété intellectuelle

Bien faire et laisser braire

Archives pour mai, 2017

Place du Dam et Palais royal Amsterdam

Place du Dam

Amsterdam

 

Le Dam
La place du Dam, ou Dam, c’est un peu l’âme d’Amsterdam. Cette place, qui autrefois grouillait d’animation, est aujourd’hui un havre de paix qu’affectionnent les pigeons et que fréquentent de nombreux artistes de rue.

Le nom de la place centrale de la vieille ville, le Dam, signifie digue. Il est à l’origine du nom de la ville, Amsteldam, digue sur l’Amstel. Le Dam est au carrefour du Rokin et du Damrak, les deux grandes artères de la ville, sur le parcours de l’Amstel. Le Dam fut construit vers 1270 entre les deux digues, le long des bords de l’Amstel, pour empêcher les violentes inondations dues aux tempêtes venant du nord.

Amsterdam

Cette place médiévale, qui était bâtie sur une écluse voûtée, accueillait autrefois le marché central de la ville : on y vendait toutes sortes de marchandises. Sur la place, le Poids public (aujourd’hui disparu), l’Hôtel de Ville (devenu le Palais royal) et la Nieuwe Kerk (Nouvelle Eglise) constituaient la triade sacrée de l’esprit commercial hollandais. Le Dam a donc toujours été une place très animée, inspirant un grand nombre d’artistes. Amsterdam

Un lieu marqué par les manifestations et les violences

Ici eurent lieu les émeutes des anabaptistes de 1535, et, en 1628, la révolte sur le butin de la « flotte d’argent ». Des troubles politiques se produisirent plusieurs fois ainsi que des échauffourées lors de fêtes populaires. Le Dam a aussi connu les émeutes de 1918 (manque de pommes de terre), et de 1934 (diminution des allocations de chômage); à la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle fut aussi le théâtre de violentes fusillades qui firent de nombreuses victimes dans la population; des affrontements entre la police et les étudiants pendant les années 1960 et 1970; les Provos, les Damslapers (jeunes passant la nuit sur la place), les manifestations contre la guerre du Vietnam , et pendant l’intronisation de la Reine Beatrix dans la Niewe Kerk en 1980, ce sont les dernières émeutes à s’y être déroulées. Les évènements actuels sont plus paisibles : kermesse de la Libération, marché aux livres, …

 Amsterdam

Le mouvement Provo est un groupe contestataire et libertaire ayant « animé » la vie politico-sociale des Pays-Bas dans les années 1965-1970 : se réclamant écologique, ses actions sont souvent humoristiques.
 » Les Pays-Bas ont vu naître, sous le nom de « provos », le premier mouvement de la jeunesse anarchiste et contestataire qui, à partir de 1968, devait s’étendre à la plupart des nations développées du monde et affluer çà et là en manifestations bruyantes et, parfois même, extrêmement violentes. »

Le Palais Royal d’Amsterdam (Koninklijk Paleis)
Le Palais Royal (Koninklijk Paleis) est situé place du Dam à Amsterdam. C’est l’un des trois palais encore utilisés par la famille royale à ce jour. En fait, il ne sert pas résidence au Roi Guillaume-Alexandre, mais est utilisé à l’occasion des visites officielles importantes.

L’histoire du Palais Royal
Ce palais, vieux de 350 ans, fut tout d’abord l’hôtel de ville d’Amsterdam. En 1808, Le prince français puis roi de Hollande Louis Napoléon Bonaparte le transforma en palais, ce qu’il est resté depuis. Toutefois, sa fonction originelle est évidente dès que l’on pénètre à l’intérieur.
Le Palais Royal est ouvert au public la plupart du temps. On peut y admirer les sols en marbre, de magnifiques tableaux, de délicates sculptures, des lustres monumentaux, ainsi qu’une exposition annuelle. La pièce la plus impressionnante est la salle de réception, la Burgerzaal. Amsterdam

En 1648 commençait la construction d’un nouvel hôtel de ville, pour remplacer le vieux bâtiment datant de la fin du XIVe siècle. L’architecte Jakob van Campen (1595-1657) introduisait le style classique à Amsterdam, avec des lignes solides, une grande richesse d’ornements, et la belle pierre de Bentheim, Allemagne. Van Campen prenait ses distances avec les formes pleines de fantaisie de la Renaissance hollandaise en bâtissant dans un style ample assez austère. Le résultat fut à l’époque assez surprenant : soutenu par 13 659 pilotis, le bâtiment mesure 80 m de longueur, 56 m de largeur, et constitue le signe extérieur de prospérité d’une ville vouée au commerce.

Amsterdam

La pose de la première pierre eut lieu le 29 octobre 1648, mais le chantier prit vite du retard : fallait-il d’abord finir la construction de l’hôtel de ville, ou la tour de la Nieuwe Kerk voisine? Une mésentente entre Van Campen et Daniel Stalpaert, nommé architecte de la ville en 1648, et qui voulut remanier le projet, provoqua le départ définitif de Van Campen en 1654. L’incendie de l’ancien hôtel de ville, juste à côté, en 1652, accéléra les choses , et en 1655 les dirigeants de la ville purent s’installer dans le nouveau bâtiment.
Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, et pendant tout le XVIIIe siècle, les services municipaux y étaient installés et le magistrature municipale s’y réunissait. Cependant, en 1808, tout changea : lorsque le roi Louis résida à Amsterdam, il élut domicile à l’hôtel de ville et la municipalité fut obligée de se réinstaller dans le Prinsenhof. Le frère de Napoléon fit modifier l’aménagement intérieur et un balcon fut ajouté à la façade.

Amsterdam

Hôtel de Ville ou Palais royal?
Après la révolution de 1813 le roi Guillaume 1er d’Orange se vit octroyer le palais. On en resta là jusqu’en 1873, année où un groupe de notables demanda au conseil municipal de recouvrer l’édifice, afin de l’utiliser à nouveau comme un hôtel de ville. Un accord fut conclu le 19 décembre 1935 : la municipalité renonça à toute revendication en échange d’un paiement par l’Etat de dix millions de florins, somme destinée à la construction d’une nouvelle maison communale, réalisée dans les années 80, pour un coût bien supérieur, le « Stopera ».

Amsterdam
Le Palais royal appartient toujours au souverain, dont la résidence principale se trouve à La Haye, siège du gouvernement et du parlement néerlandais. Organe commun des fiefs des Pays-Bas, les états généraux se réunirent dès le Moyen Age à La Haye, au château des comtes de Hollande. Les Provinces-Unies perpétuèrent cet état de fait, ce qui explique que les institutions politiques se trouvent à La Haye, et non à Amsterdam, qui demeure néanmoins la capitale du pays. La famille royale n’occupe qu’occasionnellement le palais du Dam, notamment lors de réceptions officielles.

Architecture du Palais royal

Le fronton

Amsterdam

Amsterdam

Amsterdam
Les frères Hemony
Le carillon du Palais royal a été fondu par François et Pierre Hemony (1610-1667) et (1620-1680), Lorrains de Levécourt émigrés à Zutphen (1642) pendant la guerre de Trente Ans. Ils installèrent leur atelier sur le Keisergracht; ils sont enterrés dans la Nieuwe Kerk.

Amsterdam

Amsterdam

 

La coupole
Au-dessus du fronton central se dresse une coupole, du haut de laquelle on pouvait voir arriver les bateaux depuis le Zuiderzee. Elle est surmontée d’une girouette ayant la forme d’une coque, le navire symbole d’Amsterdam. À l’origine, la coupole devait être couronnée par huit images représentant les huit directions du vent. Mais ce projet n’a pas été réalisé.

Amsterdam

Amsterdam
Au lieu d’une porte d’entrée monumentale, on trouve sept petites portes en arc-de-cercle ayant un seuil faible, afin de montrer que cet hôtel de ville est celui de tous. Les sept portes représentent les sept provinces unies : la Hollande, la Zélande, Utrecht, l’Overijssel, la Gueldre, la Frise et Groningue.

 Amsterdam

Fête foraine place du Dam Amsterdam

Fête foraine place du Dam
Amsterdam

Quelques jours avant la fête nationale, une fête foraine s’installe sur la place du Dam, devant le palais royal. Peu de manèges car la place est assez petite.

Amsterdam

Amsterdam

Amsterdam

Le Dam

Le Dam est la place la plus connue des Pays-Bas, mais elle est aujourd’hui surtout le centre commercial et touristique d’Amsterdam. Autant vous dire qu’il y a de bien plus jolies choses à voir que cette grande place franchement décevante d’un point de vue esthétique.

Amsterdam

Amsterdam

Amsterdam

Amsterdam

En tant que site historique, toutefois, il y a là matière à s’arrêter un instant. Au fil des années le Dam a été le théâtre de grands événements qui ont fait l’histoire.

Amsterdam

C’est par exemple là que Napoléon et de ses troupes ont été reçus quand ils prirent la ville en 1808. Notez que l’histoire du Dam est bien expliquée au Musée Historique d’Amsterdam.

Amsterdam

Amsterdam

Amsterdam

Le Palais Royal, qui trône sur la place du Dam, est un ancien hôtel de ville du XVIIe siècle construit à la gloire de la ville d’Amsterdam et du gouvernement.

Amsterdam

Amsterdam

A sa construction, en 1648, il s’agissait de l’édifice non religieux le plus grand au monde. Il fut le palais royal de Louis Bonaparte de 1808 à son abdiquation en 1810.

Amsterdam

Amsterdam

Amsterdam

Il est un des trois palais rachetés par l’Etat et placés à la disposition de la Reine par Acte du Parlement. Cela dit, elle n’y séjourne pas.

Amsterdam

Amsterdam

Koningsdag Fête du Roi Amsterdam

Koningsdag (fête du Roi)

Amsterdam

Mon séjour a coïncidé avec la fête du Roi. Les hollandais aiment leur roi, et on beaucoup de respect pour la famille royale, et le premier ministre. L’année dernière, notre guide hollandaise était très fière de nous monter les photos du coule royal, et du chef du gouvernement. 

La couleur du pays est l’orange. Chacun est soit habillé en orange, ou porte un accessoire orange : cravate, foulard, lunettes, perruque, etc … Tous les hollandais sont dans la rue pour faire la fête. C’est une véritable marée humaine qui déambule dans les rues. Des orchestres sont installés un peu partout en ville. C’était un flot ininterrompu de la gare jusqu’à la place du Dam, où se trouve le Plais royal.

Amsterdam

Amsterdam

Amsterdam

C’est peut-être la fête la plus sympa de la Hollande : le Jour du Roi. Le 27 avril, nous célébrons l’anniversaire du Roi Guillaume-Alexandre avec de la musique, des fêtes de rue, des marchés aux puces et des foires. Le roi lui-même parcourt le pays avec sa famille. La veille du Jour du Roi, la Nuit du Roi en fait, est également célébrée avec des spectacles de musique à La Haye et dans d’autres villes, et le plus grand marché aux puces du pays à Utrecht.

Amsterdam

Amsterdam

Amsterdam

A cette occasion, le pays est habillé en orange, et de façon très exubérante. Même les chiens sont habillés en orange.

Amsterdam

Amsterdam

Le Jour du Roi dans tout le pays
Toute la Hollande fait la fête le 27 avril ; les grandes villes, mais aussi les plus petits villages célèbrent le Jour du Roi. Il y a des braderies et des brocantes partout où tout le monde peut vendre ses objets usagés ou des gourmandises faites maison. Chaque bar installe une pompe à bière en extérieur et les gens dansent dans leurs tenues oranges, car plein d’orchestres se produisent un peu partout. Traditionnellement, la famille royale visite 1 ou 2 communes du pays : vous les voyez peut-être même en vrai !

Amsterdam

Amsterdam

Le Jour du Roi à Amsterdam
C’est surtout dans la capitale que le Jour du Roi est fêté avec exubérance : des activités sont organisées dans toute la ville. Le parc Vondelpark se transforme en braderie géante où toutes sortes d’objets peuvent être vendus et achetés. Le public peut également profiter de nombreux spectacles artistiques. Le long des canaux, vous verrez d’innombrables petits bateaux avec des gens qui font la fête. Et pour les amateurs de dance, plusieurs grandes fêtes avec des DJ connus sont organisées.

Amsterdam

 

Maison d’Orange
La famille royale hollandaise porte le nom de Maison d’Oranje. Cela signifie littéralement : la couleur orange. Cette couleur est la couleur nationale de la Hollande. Au cours du Jour du Roi, il est d’usage de porter des vêtements orange, souvent même avec des perruques ou du maquillage orange.

Amsterdam

Amsterdam
Marchés aux puces
Au cours du Jour du Roi, il est autorisé de vendre des affaires dans les rues sans licence. Dans les parcs et les rues, vous trouverez les marchés aux puces où beaucoup de gens proposent leurs vieilles affaires, font de la musique ou d’autres activités de divertissement moyennant rétribution. À Utrecht, le marché commence même le soir précédent.

Amsterdam

Fête foraine le Jour du Roi
Le Jour du Roi sans fête foraine n’existe pas. Tous les ans de nombreuses communes organisent une fête foraine. Les plus connues sont sur le Dam à Amsterdam, la place Grote Markt à Haarlem, au Schiehaven à Rotterdam et autour de la Lange Voorhout à La Haye. Elle a été désinstallée quelques jours avant la fête du Roi.

Amsterdam

Pourquoi et comment célébrons-nous le Jour du Roi ?
Lors du Jour du Roi, les Hollandais célèbrent l’anniversaire du chef de l’État. L’anniversaire du roi Guillaume-Alexandre est le 27 avril et ce jour-là est donc sous le signe des fêtes, des marchés aux puces et bien sûr du roi lui-même.
Sortez votre plus belle tenue orange. Allez visiter l’un des nombreux marchés aux puces. Portez un toast à la santé du roi avec un verre de liqueur d’orange amère.

Amsterdam

Amsterdam

Du Jour de la Princesse au Jour du Roi
À l’origine, on fêtait en Hollande le Jour de la Princesse à l’occasion de l’anniversaire de Wilhelmina (31 août), qui n’était alors que Princesse. La fête consistait en jeux pour les enfants et des rues décorées. Quand Wilhelmina est devenue reine après la mort de son père, la journée est devenue le Jour de la Reine.
Juliana, la fille de la Reine Wilhelmina fêtait le Jour de la Reine le 30 avril avec un défilé à Soestdijk. Beatrix a également célébré la Journée de la Reine le 30 avril (son propre anniversaire est en janvier), mais contrairement à sa mère, elle parcourait le pays avec toute la famille pour visiter diverses communes. Le Roi Guillaume-Alexandre a continué cette tradition. Son anniversaire est le 27 avril, et c’est depuis 2014 le Jour du Roi officiel.

Amsterdam

Amsterdam

Amsterdam
Oranjebitter
Lors d’une fête, il faut porter un toast. Le Jour du Roi, les gens portent un toast avec de la liqueur Oranjbitter : une liqueur orange vif. La boisson date de 1620 et a été élaborée en l’honneur de la victoire du Prince Frédéric-Henri. À l’origine, la liqueur Oranjebitter n’était pas très connue, mais avec l’arrivée du premier Roi Guillaume d’Orange, la liqueur fut de nouveau lancée sur le marché. Depuis lors, l’Oranjebitter est intimement liée avec la famille royale hollandaise.

Amsterdam

Amsterdam

La famille royale hollandaise
La Hollande est une monarchie relativement jeune. Le Royaume des Pays-Bas a été fondé en 1815 par Willem (Guillaume) 1er, qui appartenait à la maison d’Orange-Nassau. La devise du pays,  ‘Je maintiendrai (en français), le drapeau, la couleur orange nationale, émanent tous de la maison d’Orange-Nassau. La Princesse Béatrix a été la femme monarque qui a régné pendant plus de 30 ans. En 2013, son fils aîné, Guillaume-Alexandre, lui a succédé sur le trône. En Hollande, le monarque n’a qu’un pouvoir limité. La reine est constitutionnellement le chef de l’État, mais ce sont les ministres qui détiennent le véritable pouvoir. Le monarque est neutre et ne se prononce pas sur les affaires politiques.

DIAPORAMA DE LA FETE

Amsterdam

Le Roi Guillaume-Alexandre
Le roi Guillaume-Alexandre est né le 27 avril 1967 comme fils ainé de la Princesse Béatrix et de Prince Claus. Dans les années qui suivent, il a 2 frères : Prince Friso (1968-2013) et Prince Constantin (1969). En tant que fils ainé, Guillaume-Alexandre a succédé à sa mère et été intronisé le 30 avril 2013, depuis il est officiellement le roi Guillaume-Alexandre.

Famille royale Amsterdam

La vie du roi Guillaume-Alexandre
Après ses études secondaires, le roi Guillaume-Alexandre a fait son service militaire dans la Marine. En 1987, il commence ses études d’Histoire à l’Université de Leiden, qu’il termine en 1993. Puis il obtient son brevet de pilote militaire et suit des cours à l’Institut de la Défense. Un programme d’introduction, tout spécialement formulé pour Guillaume-Alexandre, lui donne d’autres informations sur la société hollandaise, la structure étatique et les systèmes juridiques.
Le 2 février 2002, le monde assiste au mariage de conte de fée du prince Guillaume-Alexandre et de Máxima Zorreguieta. Le 7 décembre 2003, nait le premier enfant du prince d’Orange et la princesse Máxima, la princesse Catharina-Amalia. La princesse Amalia aura, les années suivantes, deux petites sœurs. Le 26 juin 2005 nait la princesse Alexia et le 10 avril 2007 nait la princesse Ariane. La famille vit maintenant sur le domaine Horsten à Wassenaar.

Pourquoi l’orange est la couleur des Pays-bas sans être sur leur drapeau ?

Vous avez peut-être déjà remarqué que la teinte orange est très souvent présente au Pays-Bas. En sport par exemple, il s’agit de leur couleur officielle. Or, en général, cette dernière est en rapport avec le drapeau, ou avec la culture du pays. N’étant pas placé sur le premier, on peut se demander pourquoi l’orange est la couleur des Pays-Bas sans être sur leur drapeau… Voici l’explication.

Amsterdam

Sachez que le drapeau des Pays-Bas est composé de trois bandes horizontales. La première, celle du haut, est rouge, puis blanche, puis bleue. Vous avez peut-être déjà remarqué que la teinte orange est très souvent présente au Pays-Bas. Et pourtant, c’est tout le contraire !

En effet, à l’origine, cette teinte en faisait partie, à la place du rouge. Pour comprendre cela, il faut remonter quelques années en arrière. À l’origine, les Pays-Bas sont la réunion de plusieurs régions. Elles vont finalement être réunies en un seul royaume par un homme : Guillaume d’Orange-Nassau (1533-1584). Il fut l’initiateur et le chef de la révolte des Pays-Bas contre le roi d’Espagne Philippe II, qui mena à l’indépendance des Pays-Bas. Ceux qui le suivent sont appelés les Orangistes, et c’est donc tout naturellement qu’ils ont adopté cette teinte comme bannière.

C’est donc à lui que l’on doit la première version du drapeau tricolore des pays-bas qui reçut le nom de « drapeau du Prince ». D’abord orange, blanc, bleu, la bande orange fut progressivement remplacée par une bande rouge. Ce changement fut réalisé, car grâce à cela, il était bien plus visible en mer. L’orange est donc lié à la maison royale, qui est toujours la famille « Orange-Nassau ». Cette couleur est conservée aujourd’hui par la population, comme faisant partie de la culture même du pays. Voilà pourquoi l’orange est la couleur des Pays-bas sans être sur leur drapeau.

Sources 

http://www.holland.com/fr/tourisme/article/le-roi-willem-alexander.htm

http://www.pourquois.com/histoire_geo/pourquoi-orange-est-couleur-pays-bas-sans-etre-leur-drapeau.html

La pierre de façade du bar In De Olofspoort

Amsterdam insolite et secrète

La pierre de façade du bar In De Olofspoort
Nieuwebugsteeg 13
Amsterdam

Les gevelstenen sont une des curiosités d’Amsterdam et font partie de son patrimoine. Comme vous l’avez lu, ces pierres de façade datent du Moyen Age. Destinées aux personnes qui ne savaient pas lire, leurs dessins permettaient d’identifier le nom du propriétaire, ou sa profession. L’Association « Amis de l’Amsterdam Gevelstenen » les restaure, et en a dressé un inventaire.

Une ancienne raffinerie
De Olofspoort est un bar de dégustation, hébergé dans un bâtiment qui date de 1619. Il a été construit par l’architecte Hendrick de Keyser à l’emplacement de l’ancienne porte Saint Olaf, d’où son nom « In De Olofspoort ». 

Amsterdam

Cette maison est surmontée d’un beau pignon à redans, bel exemple du style Renaissance hollandais.  Le pignon à redans a été réalisé dans le style de Lieven de Key, un architecte flamand qui a introduit le style Renaissance à Haarlem au début du du XVIIe siècle. Ce pignon présente de nombreuses petites marches décorées de minutieux blocs blancs et un pilastre. 

Amsterdam

La pierre de façade polychrome et un témoignage intéressant de l’histoire de cette maison. On y voit trois hommes, leurs costumes témoignent de la façon de s’habiller à l’époque de la construction du bâtiment.

Amsterdam
Cette maison  a d’abord hébergé une raffinerie de sucre, comme l’attestait l’ancienne inscription sur la pierre, « In de Lompen », lomp étant le nom des pains de sucre en néerlandais ancien.

Amsterdam In de Lompen

Puis il fut utilisé comme boulangerie. Ce n’est qu’en 1986 que ce bâtiment a été reconverti en bar de dégustation. L’intérieur a été aménagé dans l’esprit du XVIIe siècle et l’on peut y déguster une soixantaine de genièvres hollandais et belges.

Le texte « Hoe de Kramer » a été découvert lors de la récente rénovation de la pierre.

Amsterdam
La plaque montre la vue intérieure de l’atelier d’un chapelier. une base en feutre est réalisé sous la forme d’un cône. Le chapelier fait ces « hottes » lui-même et ces chapeaux à nouveau. Le texte « garde kramer » sous la plaque a récemment été trouvé. Hoed en néerlandais signifie chapeau.
Le rapport avec le marchand de chapeau, Jan Reinerts Coster, qui était le premier propriétaire de cette maison, reste inexpliqué. 

Maisons à pots
Devant cette maison, il y avait autrefois une « puithuis ». A l’angle du Nieuwebugsteeg 13 et de la rue Sint Olospoort, on remarque ces petits abris devant les maisons. il s’agit d’un « pothuis ». Il en reste également sur Zeedjik, tout proche.

Amsterdam

L’histoire des « Maisons à pots »
Au Moyen Age, les maisons avaient un puits côté rue, abrité par une petite maison en bois et accessible depuisl’étage inférieur. D’où le nom de « puithuis », ou maison du puits. Dans le courant du XVIIe siècle, quand les maisons furent reconstruites en briques, la plupart des pothuizen ont disparu. Certains ont été conservés comme arrière cuisine pour entreposer les ustensiles. Ils ont aussi été utilisés par de petits artisans, comme les cordonniers ou même parfois comme habitation. La construction de pouthuizen a été interdite en 1820.

Amsterdam

Amsterdam

Sources :
Amsterdam insolite et secrète, par Marjolin van Eys et Delphine Mousseau aux Editions Jonglez
https://www.hendrickdekeyser.nl/site/80/249/amsterdam+-+in+de+lompen.html

La pierre de façade de Riga Amsterdam

Amsterdam insolite et secrète

La pierre de façade de Riga
Oudezijds Voorburgwal 14 Amsterdam

Les pierres de façade (gevelsteen)
En admirant les maisons étroites le long des canaux, vous remarquerez peut-être que la plupart possède une plaque sur leur pignon avec un dessin dessus. Ces plaques datent du Moyen-âge, période à laquelle la plupart des gens ne savaient pas lire. Les dessins sur ces plaques représentaient alors le nom ou la profession du propriétaire. Aujourd’hui vous trouverez plus de 650 plaques qui ont été conservées à Amsterdam. Les numéros de rue n’ont été introduits sur Amsterdam qu’à la période de Napoléon. Louis Napoléon, nommé roi de Hollande par son frère Napoléon Bonaparte en 1806, a fait remplacer les gevelstenens par des numéros. Il est plus simple de contrôler une ville et ses habitants quand leurs maisons sont numérotées.

Ces pierres de façades (gevelsteen) sculptées et peintes permettaient d’identifier le métiers (symbole) ou la famille (emblème) des habitants de l’immeuble. Amsterdam était avant tout une « république de commerçants », tout comme Venise. Bouchers, pêcheurs, meuniers, forgerons, brasseurs, tisserands, tous avaient leur symbole et leur puissante guilde. Le vaste réseau d’artisans, de marchands et l’importance des corporations explique l’utilisation des gevelstenens et leur nombre.

La pierre de façade de Riga

Une autre pierre de la V.O.C.

Au numéro 14 de la rue Oudezijds Voorburgwal, non loin de l’ancien port du XVe siècle, une pierre de façade représente des clés disposées en croix : elles sont les armes de la ville de Riga, capitale de la Lettonie depuis 1918. La pierre de façade des trois matelots d’hier se trouve sur le côté de cette maison.

La pierre de façade de Riga Amsterdam 

Les armes de Riga, traces du commerce vers la mer Baltique
Cette gevelsteen rappelle l’importance du commerce entre les Pays-Bas et les pays baltes : Wessel Becker, qui fit construire cette maison vers 1650, était un marchand originaire de Riga, ville avec laquelle Amsterdam entretenait alors des relations commerciales très florissantes. En effet, dès 1356, les villes de Zutphen, Deventer, et Tiel s’étaient regroupées pour constituer une alliance commerciale avec des villes allemandes, belges, et baltiques : « De Hantze » (la « hanse », ou « ligue hanséatique ») jouissait alors de privilèges accordés par plusieurs souverains européens, qui garantissaient un commerce particulièrement fructueux.

La pierre de façade de Riga Amsterdam

* on distingue bien sur la maison du marchand la pierre de façade de Riga, pierre peinte en rouge, nous sommes au coeur du Quartier Rouge

 

En 1438, une autre organisation de commerce se développa sur la mer Baltique, connue sous le nom de « Moeder Negotie » (mère commerce), dénomination qui révèle le caractère très lucratif de cette activité. On trouve dans les archives du XVIe siècle près de 3000 mouvements de bateaux hollandais vers la mer Baltique et vers la Suède. De plus, à cette époque, la famille royale suédoise et le notables suédois parlaient couramment le hollandais, illustrant ainsi la suprématie que les marchands des Pays-Bas avaient acquise dans cette région.

Sources :
Amsterdam insolite et secrète, par Marjolin van Eys et Delphine Mousseau, aux Editions Jonglez
complément
http://www.iamsterdam.com/
http://www.vanupied.com/

© Tous droits réservés, Visites guidées.net, © 2009-2017. Site optimisé pour Mozilla Firefox, Google Chrome et Internet Explorer 7+